Skip to main content
Internet Archive's 25th Anniversary Logo

Full text of "Dix années d'apostolat au Pundjab (Indes Anglaises) : mission confiée aux frères - mineurs capucins de Belgique : aux amis et bienfaiteurs de la mission"

See other formats



m 




1 


LU 






■^ 


-1^ 


V 




O 


91 


O 


oo ■ 


t/i 


/•^v ^H 




CJ> H 




UJ 


-^ P 


" w 




I=r:: 




OIl^— 




5 ■ 


"^ 




o 


w 




u. 


s 


> 

1 


r-- 


■"— 






(/) 


co 


NIVEF 










1' 


' 






i>^\ ¥;*''I- 



v*^ 



bS^^^^î^^^m,-^ 



*.:r^'^.;-^ 



-l'f-- 






t». t' 



■^:- 






^^^^^ 



:V i '• ^ 



\ Z:^ 









^'<^ 



>:'..« 



**.. ^' 



'^- ■V'- 






, «^v 



. '. ,1;. 't J, 



.<? 



«0LTRED«»lfnr8ffARY^4„9S„p 



/ 




r ■■\,- :: 'H 'M' 



Digitized by the Internet Archive 

in 2011 with funding from 

University of Toronto 



http://www.archive.org/details/dixannesdapostOObrug 



. \ 



r-^ V. 



u 



^..>^ 



<:: 



i^ 



^^-^.i 

~^'^\ 



3k 



RAPPORT 

DE 

DIX ANNÉES D'APOSTOLAT 

AU PUNDJAB. 





% 




-m- 



i^ 



4^. 



2s 



'Â 






AU 

PUNDJ AB 

(IiniES ANGUISES). 

Mission confiée aux 

DE 

BELGIQUE. 
AUX AMIS ET BIENFAITEURS 

DE LA 

MISSION. 




f 



BRUGES, 

Ch. Ryckbost-Monthaye, 

Imprimeur - Éditeur, 
Rue du Puits aux Oies, 41. 

1900. 

7% 







-%: 



%i. 



% 






Tïî^ 










m.J<^êk>£.:M.^. 



(^f^^Pt^d 



A NOS CHERS 






1 BIENFAITEURS. W- 






La Mission de Lahore pendant ses dix premières 
années d'existence. 



% 




IX années se sont écoulées depuis que le 15 No- 
vembre 1888, un décret pontifical annexait, à 
la province Belge des Capucins, la Mission de Lahore. 
Il est tout naturel, après une si longue période, que la 
pensée du missionnaire se reporte en arrière j)our me- 
surer le chemin parcouru . et retirer de ses essais d'apos- 
tolat des leçons d'expérience et des encouragements 
précieux 230ur l'avenir. Mais, ce que, dans ce court 
aperçu des travaux aj)ostoliques réalisés en ces dix? 
années, nous désirons surtout mettre sous les yeux de 
nos chers bienfaiteurs, c'est la réelle et précieuse coo- 
pération, qu'ils ont si généreusement apportée à cette 
œuvre de propagation de notre S^*^ Foi au sein de peu- 
plades infidèles. Xous voudrions, par le simple exposé 
des faits accomplis dans la fondation d'institutions 
qui sont leur œuvre autant que la nôtre, qu'ils sou- 
tiennent et encouragent toujours de leur bienveillante 



st 



M_ . i^ 

6 A NOS CHEES BIENFAITEURS. 

charité, leur témoigner publiquement la reconnais- 
sance dont les missionnaires et les âmes régénérées 
par leurs soins sont animés envers eux. Aussi conso- 
lant qu'impérieux, ce devoir s'imposait encore à 
notre charge d'administrateur responsable des aumô- 
nes versées entre nos mains. 
1 Mais, demandera- t-on, peut-être, quel bien s'est 

j donc réalisé dans cette contrée lointaine, d'où nos 
missionnaires nous ont adressé des appels si pressants 
pour voler au secours de leur pauvreté et les aider à 
donner des âmes à Jésus-Christ? 

C'est ce que nous nous proposons d'exposer dans 
ces quelques pages, qu'après Dieu, premier Auteur 
; de tout bien, nous leur dédions de tout cœur. 
■^i'y Heureux si par ce modeste hommage nous pouvions 
payer quelque peu la dette immense de gratitude 
que nous avons contractée envers eux. Nous 
serions encouragés en même temps que rassurés 
pour l'avenir, si par ces pages nous avions la douce 
consolation de resserrer et de développer davantage 
encore les relations cordiales et sympathiques, qui 
les attachent désormais à la Mission de Lahore, 
où la religion de Jésus-Christ en est encore à son 
berceau. 



#r 






^^'^•^^^«suii^i.iu^^ 







èr2L_i 






W^fM 



Les trois pee^iiees Évêques du diocèse de Lahore. 



lW_ 




LES FONDATEURS 

du diocèse de 



A Sainteté Léon XIII, glorieusement régnant, 
mû par une sollicitude vraiment paternelle 
pour le salut de tant de millions d'âmes disséminées 
sans pasteur le long des bords du Gange et de l'Indus, 
se proposait depuis longtemps de fractionner le 
vaste Vicariat ApostoKque de l'Hindoustan, dont 
la superficie s'étendait depuis Chandernagore, près 
de Calcutta, jusqu'à Peshawar, à l'extrême fron- 
tière du Pundjab.Ce fut le 26 Février 1887 que le 
décret établissant les nouvelles divisions ecclésiasti- 
ques de l'Inde, fut solennellement publiée à Allahabad, 
décret par lequel Agra fut déclaré siège métropoli- 
tain, avec Allahabad et Lahore comme suffragants. 
Le diocèse de Lahore ne date donc que de quelques 
années et cependant, depuis son érection canonique, 
trois évêques en ont déjà occupé le siège. Il convient, 
pensons-nous, avant d'aborder le rapport des tra- 
vaux apostoliques entrepris sous leur prudente admi- 
nistration, que nous donnions quelques détails bio- 
graphiques sur les deux premiers vénérés prélats. 

Mgr. SYMPHORIEN MOUARD. — Le l^-Évêque 
du nouveau diocèse fut l'illustre et regretté Mgr. 
Symphorien Mouard, Français d'origine. Il naquit 



-^ S# 

8 DIX ANNÉES d'apostolat 

à Sombernorijdans le diocèse de Dijon, le 22 Novem- 
bre 1828. Après avoir heureusement terminé ses 
études au séminaire de la même ville, où il laissa un 
impérissable souvenir de piété et de bonté, le jeune 
séminariste se sentit poussé par la grâce vers l'Ordre 
des Capucins; il y fut reçu en l'année 1851. Son 
noviciat s'écoula dans les sentiments de la plus grande 
ferveur, et il fit profession de la vie sérapliique le 
8 Septembre de l'année suivante. 

Il passa successivement par les différents cours 
d'études préparatoires à la prêtrise, et se distin- 
gua toujours par un profond esprit de piété. Devenu 
prêtre, son cœur fervent se tourna naturellement 
^1 vers ces contrées lointaines où tant d'âmes se 
3/ perdent, alors qu'il ne s'y trouve personne pour leur 
rompre le pain de vie. Il résolut de se dévouer à 
cette œuvre, mais hélas! sa santé délicate, minée déjà 
par un commencement de phtisie, l'arrêta. Toutefois, 
lorsque Mgr Persico, Vicaire Apostolique d'Hindou- 
stan, se rendit en France pour recruter des sujets, 

{ le P. Symphorien fut un des premiers à s'offrir. 

i A l'objection que sa faible poitrine ne résisterait 

pas longtemps au climat :" Allons, mon cher ami, „ 
lui répondit le prélat d'un air moitié enjoué et 

j moitié prophétique «que cela ne vous inquiète guère; 

j je vous promets longue vie dans les Indes ; là, il 
n'y a pas de poitrinaires. « 

Et le jeune apôtre fit voile vers les Indes. L'évé- 
nement confirma la prophétie : il passa 31 années 
dans les rudes labeurs de l'apostolat, qu'il avait 
inauguré dans la Mission d'Agra. 



^^ 



f\> 



_ i# . 

AU PUNDJAB 9 

Cependant Mgr Jacopi, qui succéda à Mgr. Bene- 
dict en qualité de Vicaire apostolique d'Hindoustan 
et devint ensuite le premier Archevêque d'Agra, ne 
tarda pas à apprécier les belles qualités du Père 
Symphorien. Bien que jeune encore, il n'hésita pas 
à le mettre à la tête du collège St. Pierre à Agra et à 
lui conlier la direction des religieuses de la Congré- 
gation de Jésus et de Marie. Ce collège acquit, par la 
suite, grâce à sa sage administration, une réputa- 
tion universelle, qui en fit, pendant de longues années, 
tin des premiers établissements de PHindoustan. Mal- 
gré les occupations absorbantes du rectorat, le Père 
Symphorien trouvait encore le temps de semer la 
bonne parole dans les âmes des infidèles et des pro- j, 
testants. Mais ce fut surtout en 1872, à l'époque où 
le choléra moissonna des milliers de victimes, que le 
zèle du Père Symphorien se manifesta d'une façon 
vraiment héroïque. Oublieux du danger, on le vit 
circuler dans les rues d'Agra où gisaient les mal- 
heureux cholériques, ramassant ceux qui pouvaient 
encore être transportés , et les faisant conduire aux 
hôpitaux improvisés à cet eff"et ; il parvint ainsi à 
sauver un grand nombre de ces pauvres victimes. 

Ajoutons ici encore une mention spéciale pour les 
centaines d'enfants que, dans ces circonstances 
lamentables, il régénéra à Jésus-Christ " in articule 
mortis», par les eaux du baptême. Ce dévouement 
et cette abnégation le désignèrent au choix du 
Souverain Pontife, lorsque les îles Seychelles, con- 
fiées aux soins des religieux Capucins de la Pro- 
vince de Savoie, réclamèrent un nouveau Pasteur. 



r's 



}^ ^ ^ 

j 10 DIX ANNÉES d'apostolat 

I 

I Consacré évêqué le 28 Octobre 1882, le nouveau 
Vicaire Apostolique quitta, non sans émotion et 
sans regrets, la terre indienne, où tant de souvenirs 
l'attachaient, et il s'embarqua pour sa nouvelle desti- 
nation. 

I Là encore, Mgr. Mouard se dévoua au bien des 

I âmes et à la gloire de Dieu avec tant de zèle qu'après 
1 six ans d'administration et d'apostolat, il eut la con- 
solation de voir presque toute la population des îles 
I convertie au catholicisme. 

Le moment n'était plus éloigné où l'Église de 

Lahore aurait la gloire d'inaugurer la liste de ses 

; prélats par la nomination de celui qui avait laissé 

aux Indes de si profonds regrets et d'inoubliables 

:r| souvenirs. 

"*! Lorsqu'en 1889, le Souverain Pontife créa le dio- 

cèse de Lahore, son choix tomba sur Mgr. Mouard, 
qui, après une absence de six années, eut la conso- 
lation de revoir la terre, témoin des prémices 
de sa vie apostolique. Hélas ! ses forces physiques 
I délabrées , brisées par les travaux et l'influence néfaste 
! du climat des tropiques, ne lui permirent pas de 
i réaliser les vastes projets qu'il avait conçus, pour 
faire sortir le nouveau diocèse de l'état lamentable 
1 de pauvreté et de dénùment où il le trouva à son 
! arrivée, au mois d'Août 1888. Soucieux d'ouvrir une 
' mission pour les indigènes, de créer des écoles, de 
fonder un séminaire pour le recrutement d'un cler- 
gé indigène, il n'eut que le temps d'esquisser 
les grandes lignes du plan qu'il méditait et d'en 
demander, par de ferventes prières, la réalisation 



.i#. 



AU PUNDJAB 



11 



Jf 



au Père des miséricordes. Exténué par une longue 
maladie, il demanda et reçut les saints sacrements 
avec cette piété sincère et profonde dont il avait fait 
preuve toute sa vie, et s'endormit dans le Seigneur à 
Lahore le 14 Juillet 1890. Son passage, quoique court 
à Lahore, fut cependant marqué par un événement 
de la plus haute importance pour l'avenir religieux 
du diocèse. 

Il eut le bonheur de présider le premier Synode 
diocésain, et de laisser aux continuateurs de son 
œuvre de précieux conseils et des règles sûres, où, 
dans le doute, ils pourront toujours puiser la lumière 
nécessaire et, dans leurs incertitudes, une sage direc- 
tion. En vérité, nous pouvons dire de lui, comme du 
sage de l'Écriture sainte : " Defunctus adhuc lo- 
QUiTUK ! V II n'est plus et cependant il nous parle 
encore; il nous parle et nous parlera toujours, par 
le témoignage de sa ■j)rudence, de sa sagesse et de 
son zèle apostolique. 



t. 

4: 



Mgr. EMMANUEL VAX DEX BOSCH.— Le veu- 
vage de l'Église de Lahore ne fut pas de longue 
durée, et le 20 Novembre de la même année, le 
St. Siège nous consola de la perte du pieux prélat 
par la nomination d'un successeur qui devait hériter 
de sa piété et de sa paternelle sollicitude. Mgr. Van 
den Bosch fut nommé par lettres apostoliques datées 
du 20 Novembre 1890. Né à Anvers (Belgique), le 
18 Juin 1854, il commença et continua ses études 
durant quelques années chez les RR. PP. Jésuites 
de cette ville; mais des circonstances impérieuses 



T^ 



J#. 



12 



DIX ANNEES D APOSTOLAT 



étant survenues, il fut forcé de les interrompre et de 
rentrer dans sa famille. Cependant les semences de 
piété et les germes de vocation que Dieu avait dé- 
posés dans son âme, ne s'éteignirent pas, au con- 
traire, à l'ombre du foyer domestique; le goût de 
la vie religievise ne fit que grandir et augmenter 
en lui. A l'âge de 19 ans, il alla frapper à la porte du 
couvent des Capucins, et sollicita humblement la 
faveur de pouvoir revêtir la bure franciscaine. Son 
désir se réalisa et, peu après, il fut reçu au noviciat. 
Ses progrès dans la piété marchèrent de pair avec 
ceux qu'il fit dans toutes les branches de la science 
ecclésiastique ; car Dieu avait doué le jeune lévite 
d'une intelligence claire et d'un jugement droit. Le 
i\L Père Emmanuel ayant cultivé, dès ses premières an- 
^ nées de noviciat, un vif désir d'aller au loin travailler 
au salut des païens, les missions étrangères devinrent 
le but de sa vie religieuse et sacerdotale. 

Lorsqu'on décembre de l'année 1879, il reçut l'onc- 
ction sainte, et s'essaya sous la direction de ses supé- 
rieurs au travaux du ministère, il fut classé, dès le 
début, au rang des meilleurs ouvriers évangéliques. 
Mais bientôt, il eut en vue de préluder à d'autres 
travaux plus âpres, plus difficiles qu'il espérait en- 
treprendre pour la gloire de Jésus-Christ et pour 
le salut des âmes. L'occasion tant désirée parut 
s'offi'iren 1884. Mgr. Pesci, Évêque d'Allahabad, au 
retour de sa visite au tombeau des Apôtres, fit un 
voyage en Belgique dans le but de recruter, sur cette 
terre si féconde en généreux dévouements, des ou- 
vriers pour sa vigne. Le Père Emmanuel vit, dans 



^^ 



-?r 



w. 



AU PUNDJAB 13 

cette circonstance, l'appel de Dieu. Malgré des 
dijBficultés qui auraient brisé un courage moins 
trempé que le sien, s'arracliant aux étreintes de 
ses bien-aimés confrères, résistant aux instances de 
ses supérieurs qui voyaient à regret partir un sujet 
qui promettait beaucoup pour l'avenir, il suivit le 
pauvre Évoque missionnaire et s'embarqua pour les 
Indes. 11 fut incorporé dans la mission d'Allahabad. 

Mgr. Pesci ne tarda pas à constater qu'il avait fait 
une heureuse acquisition. Confiant dans les brillantes 
qualités du jeune apôtre, il le chargea de l'importante 
station de Luchnow.où par sa bonté, son dévouement 
et son zèle dans le ministère, le P. Emmanuel s'attira 
le respect et l'attachement des catholiques et même i 
des protestants. Une blessure pourtant faisait saigner Ai- 
son cœur. En quittant la Province et ceux qu'il aimait 
tant dans le Seigneur, il souffrait cruellement de ne 
pouvoir montrer sa reconnaissance envers celle qu'il 
considérait comme sa seconde mère. Tout en répon- 
dant à Tappel de Dieu, il aurait voulu en même temps 
se dépenser dans une mission qui fut reliée directe- 
ment à la Mère-Province. La Belgique, à cette épo- 
que, n'avait point encore reçu du St. Siège la charge 
de pourvoir à une Mission. 

Dieu ne devait pas tarder à exaucer ses vœux. Un 
décret de la Sacrée Congrégation de la Propagande 
annexa, le 15 Novembre 1888, la Mission de Lahore 
à la province Belge des Capucins. Aussitôt le Père 
Emmanuel se mit en relations avec ses Supérieurs 
Généraux pour obtenir son transfert dans cette 
nouvelle Mission. Sa demande fut accordée, et 



M __. iW_ 



14 DIX ANNÉES d'apostolat 



déjà il y arriva le 20 Janvier 1890. Il occupa succes- 
sivement les jDOstes de chapelain delà pro-Cathédrale, 
de Supérieur Régulier, de pro-administrateur du 
Diocèse à la mort de Mgr. Mouard, titre qu'il con- 
serva jusqu'à sa nomination au Siège Épiscopal de 
Lahore, le 20 Novembre LSOG. Son Excellence Mgr. 
Ajuti, Délégué Apostolique des Indes Orientales, en 
tournée de Délégation à Lahore, accepta avec joie de 
consacrer le nouveau Pontife. La cérémonie eut lieu 
dans la pro-Cathedrale de Lahore, le 18 Janvier 

1891. Le représentant du St. Siège fut assisté par 
Sa Grandeur Mgr. Pesci et par le T. R. P. Brouwer, 
Préfet apostolique du Cachemire et du Kafiristan. 
Ses premiers soins, comme Evéque, furent de se ren- 
dre compte par lui-même des nécessités urgentes du ^ 
Diocèse, auxquelles son regretté prédécesseur n'avait 
pas eu le temps de remédier. Après une visite détail- 
lée des différentes stations, où s'exerçait déjà le 
zèle des missionnaires, il partit jîour l'Europe. Son 
dessein était de collecter les ressources pécuniaires 
et d'obtenir de nouveaux sujets pour réaliser les 
vœux dé feu Mgr. Mouard. La joie de son retour 
dans le diocèse fut de courte durée, car le 2 Mai 

1892, le Souverain Pontife l'appela au Siège Archié- 
piscopal d'Agra, devenu vacant par la mort de Mgr. 
Jacopi. 

Il quitta le 1' Août de la même année, un champ 
qu'il promettait de défricher avec tant de succès 
pour le salut des âmes, et fut intronisé à Agra le 
4 du même mois. Si court qu'eût été son passage à 
Lahore, c'est à son zèle que l'école de St. Antoine 
^ ^^_ __ 



V 



AU Ï'UNDJAB 15 

et la colonie chrétienne de Mariabad doivent leur 
origine. Sa Grandeur tint à Agra, en son Palais 
Archiépiscopal, les assises du T" Concile Provincial 
qui s'ouvrit le P Janvier 1894 sous la présidence 
de Mgr. Zaleski, Délégué Apostolique des Indes 
Orientales. 

Mgr. GODEFROID PELCKMANS. — Au départ 
de Sa Grandeur Mgr. Emmanuel pour son nouveau 
siège, le T. R. P. Godefroid, son Vicaire Général, 
prit en mains l'administration du diocèse. Le 2 Juin 
1893, il fut élevé à l'Épiscopat et nommé au siège de , 
; Lahore. Le sacre du nouvel évêque eut lieu le 13 

Août 1893, à Simla, situé dans l'archidiocèse d'Agra. | 
7 Simla est le siège du Gouvernement des Indes ^^ 
i pendant la saison chaude. Il reçut l'onction épis- 
I copale des mains de son illustre prédécesseur, assisté 
de Mgr. Pesci et du T. R. P. Bertrand, Préfet Apos- 
j tolique de Rajpoutana. Son intronisation dans la 
I pro-Cathédrale de Lahore eut lieu le 20 du même 
mois, au milieu de la joie générale du clergé et 
des fidèles. Nous n'anticiperons pas sur les dé- 
tails de son administration comme évêque ; le rap- 
port que nous offrons à nos bienfaiteurs concernant 
les œuvres qu'il a fondées ou réédifiées sur des ba- 
ses plus solides, les renseignera suffisamment. 



M #r 







o 

W 

w 






ijy_ 



CHAPITRE PREMIER. 




I-iJLHIOI^IB 






§ I . — La pro-Cathédrale de l'Immaculée Conception. 




A pro-Cathédrale de Lahore, dédiée à Marie 
Immaculée, fut construite en Tannée 1861 
par le R. P. Michel- Ange Jacopi, à cette époque 
missionnaire à Lahore, et devenu, lors de la procla- 
mation de la Hiérarchie aux Indes, le premier Arche- 
vêque d'Agra. Elle est, dans Tordre d'ancienneté, la 
première parmi les églises du diocèse actuel. La po- 
pulation catholique dans le Pundjab, à cette période 
du Vicariat d'Hindoustan, était fort restreinte; aussi 
fut-elle bâtie uniquement pour répondre aux besoins 
de la situation d'alors ; ses dimensions n'ont donc pas 
celles d'une Cathédrale. Elle a dû cependant en tenir 
lieu du moment que Lahore devint résidence épis- 
copale. Les privations de toute espèce que s'imposa 
le pauvre missionnaire pour recueillir les 20,000 
francs, que nécessita la construction de cette église, 
auront déjà reçu, nous l'espérons, leur récompense 
dans le Ciel, puisque depuis plusieurs années le saint 
missionnaire a quitté cette terre pour entrer dans la 
maison de son éternité. Une constitution moins 
robuste que celle du Père Michel-Ange n'aurait pu 



t 



7% 



^ 

18 BIX A^'XÉES d'apostolat 

résister au régime austère et frugal auquel il s'astrei- 
gnit pendant deux ans, et ce uniquement afin d'ar- 
river à doter la station de Lahore — qui était loin 
alors d'avoir l'importance qu'elle a acquise depuis — 
d'une demeure convenable pour abriter le Dieu de 
l'Eucharistie. Il paya les 200U0 francs, que coûta 
l'édifice, du fruit de ses économies et au moyen de 
divers dons qui lui vinrent même de la part de quel- 
ques protestants anglais. Aujourd'hui le nombre de 
catholiques a décuplé; Lahore est devenue la capitale 
d'une immense province, ainsi que le siège du Gou- 
vernement provincial et, en 1888, le Souverain Pon- 
tife Léon XIII, en a fait le centre d'une juridiction 
ecclésiastique en y établissant le siège é23iscopal. 
'^is Les circonstances ont donc considérablement chan- 
gé, et malgré tout, la construction de briques et de 
terre glaise, recouverte d'un plâtrage de chaux, reste 
toujours la même et, malgré son extrême pauvreté, elle 
a dû se prêter jusqu'ici aux exigences des fonctions 
pontificales, au grand détriment du prestige que cel- 
les-ci sont appelées à apporter au culte divin. Le 
contraste douloureux et frappant que présente ce bâ- 
timent plus que modeste à côté des superbes monu- 
ments d'architecture que le culte païen des Hindous 
a élevés et élève encore tous les jours à ses faux 
dieux, des mosquées grandioses que le fanatisme de 
l'Islam a érigées à l'infâme Mahomet, et de la belle 
cathédrale gothique dont la population protestante 
s'enorgueillit fièrement et qui n'a pas coûté moins 
de 81f),000 francs, encore qu'elle soit inachevée; 
ce contraste, dis-je, n'a pas échappé à l'œil vigi- 

?% 



.st 



: _%i . 

AU PUNDJAB 19 

lant et au zèle ardent de ceux qui, au nom du 
Souverain Pontife; sont chargés de veiller à l'hon- 
neur et à la gloire de la Sainte Église Catholique 
dans ce pays. Mais hélas ! que faire ? La pénurie 
dans laquelle végétait la Mission de Lahore, lorsque 
les Pères Capucins de Belgique en prirent possession, 
lit nécessairement rentrer dans l'ombre le projet trop 
vaste et trop coûteux d'édifier un monument qui pût 
I décemment porter le nom de Cathédrale. Il fallut se 
j borner à améliorer ce qui existait. C'est ainsi que 
I Mgr. Pelckmans remplaça graduellement les autels 
I grossiers en briques, simplement recouvertes de 
I chaux, par des autels en marbre, et plaça dans 
1 l'église de belles statues, de la célèbre école alle- 
mande, représentée par la maison Mayer et C^^. Sa 
^ Grandeur orna également le sanctuaire de plaques 
en marbre, et renouvela entièrement en belles dalles 
bleues tout le pavé de l'église. L'ameublement de 
celle-ci gagna encore et surtout par les différentes 
stations d'un superbe chemin de croix, œuvre d'art, 
pouvons-nous dire, peinte à l'huile et envoyée direc- 
tement de Paris. 

Le R. P. Fabien, le si zélé et si populaire chapelain 
de la pro-Cathédrale, apporta, lui aussi, un heureux 
changement dans l'intérieur de l'église, changement 
qui rehaussa énormément le cachet religieux si 
nécessaire à la maison de Dieu. Les bancs qui ser- 
vaient de prie-Dieu aux fidèles étant démodés et 
tout à fait vermoulus, il les remplaça par de petites 
stalles en bois, complètement neuves et élégamment 
sculptées. 



S^ ^ 

20 DIX ANNÉES d'apostolat 

Toutefois Mgr. Pelckmans ne perdait pas de vue le 
projet caressé dès le commencement par ses illustres 
prédécesseurs, Messeigneurs Symphorien Mouard et 
Emmanuel Van den Bosch, et qui consistait dans la 
construction d'une nouvelle Cathédrale; ils lui avaient 
en quelque sorte légué la charge de le mettre à exécu- 
tion. Un pas immense vers ce but vient enfin d'être 
fait; après neuf ans d'attente, un large terrain situé au 
centre de la ville européenne de Lahore, a été 
acquis par Sa Grandeur, et c'est là que s'élèvera la 
future Cathédrale, dès que les fonds nécessaires pour 
jeter les bases de ce bel édifice auront été re- 
cueillis. Les plans en sont dressés. 

L'acquisition vraiment providentielle de ce terrain 
spacieux a permis à Sa Grandeur de réaliser trois 
autres projets qui le préoccupaient depuis longtemps: 
doter le Diocèse d'un collège et d'un orphelinat 
pour l'éducation des jeunes gens européens et eura- 
siens, ainsi que d'une résidence pour l'évêque, 
destinée en même temps aux différents usages 
auxquels elle est nécessairement appelée à servir, 
c'est-à-dire, aux réunions synodales, aux conférences 
ecclésiastiques, aux retraites annuelles, etc. 

§ 2 — L'Orphelinat et le Couvent des Sœurs de Jésus 
et de Marie. 

Nous ne jjouvons passer sous silence une œuvre, 
qui a rendu beaucoup de services à la Mission dès son 
origine ; nous voulons parler du couvent des Sœurs 
de la Congrégation de Jésus et de Marie de Lyon, 

À ?% -fe 



m 

AU PUNDJAB 21 

situé dans l'enclos voisin de celui de la pro-Cathé- 
drale. Ce couvent et celui de Sialkot étaient les 
seules institutions que la Mission possédait, lorsque 
les Pères Capucins Belges en prirent la direction en 
1889. Quelques mots sur Torigine de cette maison 
montreront comment, avec la confiance en Dieu, la 
bonne graine se développe, malgré les difficultés et 
les obstacles. La fondation du couvent de Lahore 
remonte à l'année 1876. Elle est due au zèle et à 
l'activité de Mgr. Jacopi, alors Vicaire Apostolique 
d'Hindoustan. Mgr. lut vaillamment secondé par la 
Révérende Mère S' Xavier, supérieure provinciale 
de la Congrégation aux Indes. 

Cette digne religieuse vint })résider à l'installation 
y^y de ]a nouvelle communauté, qui se composait de yp 
la Mère St. Fabien, supérieure, de la Mère Ste. 
Dosithée, (toutes deux décédées depuis), et de deux- 
autres jeunes sœurs. La petite caravane partit in- 
continent d'Agra. le 17 Xovembre 187(3. Les fonde- 
ments du couvent avaient été jetés quelque temps 
auparavant, et à l'arrivée des sœurs, les murs s'éle- 
vaieat à peine à quelques pieds du sol. Mais le 
Père Candide, chapelain de Lahore, faisant preuve 
d'i m dévouement tout apostolique, ne voulut pas' les 
laisser sans asile : il céda gracieusement sa maison 
aux nouvelles venues, et s'en fut loger provisoire- 
ment dans une demeure délabrée, située à une 
distance de 15 minutes de la pro-cathédrale. Les 
religieuses ouvrirent une école, dont les débuts furent 
bien difficiles : très peu d'enfants s'y rendirent, 
malgré les pressantes exhortations du chapelain. Ce 

?% " k 



^ i«3 ^ 

22 DIX ANNÉES d'apostolat 

qui aggrava encore la situation, ce fut l'absence 
totale de ressources pécuniaires et la négligence des 
parents à payer régulièrement les frais d'écolage. 
Toutefois, la petite communauté, confiante dans les 
soins de la Providence, s'estimait heureuse de pouvoir 
partager avec Jésus et Marie les privations de la 
pauvreté évangélique. Les choses en vinrent à ce 
point que parfois les religieuses manquèrent com- 
plètement de pain, tout l'argent ayant été employé 
à subvenir aux nécessités de l'école. Mais la foi et la 
confiance de la bonne Mère St. Fabien en la Divine 
Providence étaient sans limites ; et la façon merveil- 
leuse dont Celle-ci se manifesta, prouve avec quelle 
sollicitude Elle veillait sur les pauvres épouses de Jé- 
^ sus-Christ. Quelques faits mettront mieux en lumière 
1 les événements. Dans les commencements de l'année 
^ 1878, les dépenses ayant absorbé jusqu'au dernier 
centime de la maison, la Révérende Mère réunit la 
petite communauté; montrant sa bourse vide, elle y 
plaça une petite statuette de St. Joseph. Puis elle 
dit avec sa bonhomie habituelle : « Mes enfants, 
prions ensemble notre « bon Père « (comme elle 
avait coutume de L'appeler), afin qu'il nous envoie 
un prompt secours. « Ce fut avec ferveur que les 
religieuses se joignirent à leur mère ; et le même soir, 
pendant la récréation, l'on remettait entre les mains 
de la supérieure trois billets de banque : c'étaient 
les arriérés que des parents envoyaient en payement 
de la pension de leurs filles. 

Dans une autre occasion, à la fête de St. François 
d'Assise, la supérieure appela une des sœurs 

n^ 



^> _ 

AU PUXDJAB 23: 

avant la messe, et l'envoya prier à l'église le séra- 
phique protecteur de la pauvreté de leur venir im- 
médiatement en aide. 11 3' avait urgence, car la 
mère avait besoin d'une certaine somme d'argent 
avant la fin du jour : mais grandes étaient, ainsi que 
nous l'avons déjà dit, la foi et la confiance de ces 
fondatrices du couvent de Lahore. 

La messe terminée, la sœur reconduisait les 
enfants de l'église au couvent, lorsqu'une dame 
vint en toute hâte lui remettre un petit paquet, «'ex- 
cusant de ne pouvoir faire une visite à la supérieure 
et d'avoir tardé si longtemps à payer la pension de sa 
fille. La bonne religieuse, surprise, courut porter 
l'argent à la mère, qui constata avec joie qu'elle 
disposait de la somme dont elle avait besoin. Un 
fervent " Laudate Dominum !, s'éleva de leurs 
cœurs vers le Père des pauvres, en reconnaissance 
du bienfait. 

Au mois d'Avril 1879, les bâtiments du nouveau 
couvent étant suffisamment prêts, les religieuses et 
les enfants y furent transférés. De nouvelles épreuves, 
endurées avec la même résignation, attendaient 
encore la communauté. L'installation était loin de 
répondre anx exigences scolaires ; de plus une 
grande partie du mobilier classique, cédé pro- 
visoirement aux sœurs par le chapelain, dut 
lui être remise pour ouvrir un externat de gar- 
çons. Quelques mois plus tard, le choléra éclata à 
Lahore. Dans le village situé au X.-E. de l'enclos 
du couvent, a^ipelé le village des '■ balayeurs, » 
la mort fauchait chaque jour de nombreuses vic- 

2^^^ 



S4i. 



24 DIX ANNÉES d'apostolat 



times. Mais Dieu veillait sur ses privilégiées etj 
fait digne de remarque, aucun cas fatal ne se déclara 
dans l'enceinte de l'école, où par les soins vigilants 
de la Mère St Thaddée, toutes les précautions sani- 
taires possibles avaient été prises. Aucune des 
pensionnaires ne fut retirée de l'école , et les ex- 
ternes continuèrent à fréquentr les classes, malgré la 
panique générale qui avait provoqué l'exode de 
presque tous les habitants de Lahore. 

Vers la fin de Tannée 1880, la Supérieure prit 
une mesure décisive qui fit entrer l'école dans une 
nouvelle phase et la garantit, en partie du moins, 
contre les incertitudes du lendemain. Grâce à 
l'intervention du Père Symphorien Mouard, recteur 
du collège d'Agra, la mère St. Thaddée réussit à faire /Ç 
agréer l'institution jiar le gouvernement. 

Après les premiers examens passés devant l'in- 
specteur des écoles européennes pour le Pundjab, un 
subside mensuel de 150 roupies fut accordé, et ce à la 
grande satisfaction des religieuses, qui commen- 
cèrent à se rassurer et virent briller l'aurore de 
jours meilleurs. Les difficultés qu'elles avaient 
éj)rouvées, paraissaient vaincues; en outre, Dieu les 
récompensa d'une façon spéciale de leurs luttes et 
de leurs labeurs, en leur accordant la joie de voir, 
de 1877 à 1881, huit de leurs élèves protestantes 
reçues dans le sein de l'Église catholique et six 
autres de leurs pupilles, quitter le monde et ses espé- 
rances pour partager le dévouement et les sacrifices 
de leurs nobles maîtresses et mères. 

La Révérende Mère St. Thaddée s'endormit dans 



Trr 



c 



S# : 

AU PUXDJAB 25 

le Seigueur; sa jDerte fut pleurée aussi vivement 
23ar les protestants que par les catholiques, tant 
elle avait su, par ses hautes vertus, se concilier 
l'estime et l'affection de tous. La Mère St. Fabien 
fut de nouveau appelée au poste qu'elle avait si 
courageusement occupé dans les débuts difficiles de la 
fondation ; elle travailla, avec les ressources laissées 
par la Mère défunte, à améliorer les bâtiments du 
pensionnat. Quelque temps auparavant le Pundjab 
avait été séparé d'Agra et constitué en Préfecture 
Apostolique. Mgr. Paul Tosi administra toute la 
partie du Nord-Ouest de l'Hindoustan jusqu'au mo- 
ment, où par la proclamation de la Hiérarchie des 
Indes, Lahore fut érigée en diocèse. Les bonnes sœurs 
'^ eurent alors l'immense consolation d'accueillir com- 
me leur premier Évêque, Mgr. Symphorien Mouard, 
qui avait été pendant de longues années à Agra, 
leur père, leur guide et leur soutien. C'était en mars 
1889. Quelques jours après, arrivèrent les premiers 
missionnaires capucins de Belgique, à qui la Congré- 
gation de la Propagande avait confié le diocèse de 
Lahore. A leur entrée, l'école, malgré ses treize 
années d'existence, n'avait encore d'inscrits sur ses 
listes que 2-4 enfants, la plupart indigents, c'est-à- 
rdie à la charge complète de l'institution. Tous les 
efforts et le zèle des différents chapelains qui se 
succédèrent à Lahore pendant les dix ans d'aposto- 
lat dont nous faisons rapidement Thistoire, eurent 
pour but d'arra/îher, dans la mesure du possible, le 
plus grand nombre de hlles catholiques à la misère 
et aux dangers de perdre la foi. Ils ouvrirent large- 



m K 






26 DIX ANNÉES D APOSTOLAT 



vV 



ment les portes de cette institution bienfaisante, 
même aux enfants de parents appartenant à des 
confessions dissidentes. Dieu récompensa bien souvent 
le zèle de ses apôtres. 

Sous Faction de leur dévouement, toujours en éveil 
pour secourir toutes les misères, quantité d'enfants 
trouvèrent la voie du salut et échappèrent, grâce au 
bienfait d'une éducation chrétienne, à une existence 
vouée d'avance au vice dans ce milieu cosmopolite, 
immoral et empesté de Lahore. Les rangs grossirent, 
la fréquentation des classes prospéra, au point 
qu'à l'heure présente, 125 filles suivent régulière- 
ment les cours, parmi lesquelles 80 sont logées et 
nourries à l'établissement. De ce nombre, les deux 
tiers sont orphelines, ce qui augmente beaucoup les L 
■^ besoins du couvent dont toutes les ressources, en de- 
liors du subside peu important que le Gouvernement 
alloue chaque mois, émanent de la seule charité; 
car, il ne faut guère compter sur la rentrée, très 
irrégulière d'ailleurs, des frais de pension et d'édu- 
cation provenant de quelques parents solvables. 

Les bâtiments ont reçu pendant ces dix années , 
plusieurs extensions considérables, nécessaires à 
tous les points de vue, et notamment pour assurer 
l'enseignement des différentes branches imposées par 
le programme du Gouvernement. Une magnifique 
salle pour les réceptions et les séances musicales et 
dramatiques a été ajoutée àl'aile principale. Signalons 
encore l'érection d'un " bungalow « situé à l'ouest du 
couvent; cette annexe, composée de trois chambres, 
fut occupée pendant quelque temps par l'or- 











1 




=1 



p 



O 



^ -. 

AU PUNDJAB 27 

phelinat de St. Joseph destiné aux pauvres filles indi- 
gènes, et transféré depuis dans les nouveaux locaux 
situés « Tliornton Road v . Le nombre des pension- 
naires pourrait être facilement doublé, s'il y avait 
moyen de les loger convenablement. Nous espérons 
qu'avec Taide de Dieu, il nous sera possible d'agran- 
dir bientôt cette institution si utile à notre jeunesse 
catholique, et ce dans des proportions telles que le 
pensionnat soit à même d'offrir un asile et une re- 
traite à deux cents enfants au moins. Faxit Deus! 

($ 3. — L'Orphelinat de St. François d'Assise. 

L'orphelinat pour les garçons indigènes est situé à 
quelques pas de la pro-cathédrale et dans le même 
enclos. Quelques détails sur l'origine et les progrès 
de cette œuvre apostolique, due entièrement à la 
charité et au zèle des pères capucins belges, nous 
paraissent dignes d'être notés. Une circonstance, en 
apparence bien insignifiante, fit surgir l'idée de 
fonder un orphelinat de St. François. En 1893, le 
frère Constant d'Assche, qui, pour être réuni à ses 
confrères belges, avait obtenu de Rome son change- 
ment de la ^Mission d'Agra pour celle de Lahore, 
arrivait de ^lussoorée. accompagné de trois petits 
orphelins noirs, arrachés à la misère sur la voie 
publique : " Voici mon cadeau à la Mission belge ^ , 
nous dit-il, en les présentant. 

Il n'y avait à Lahore. à cette époque, ni orpheli- 
nat, ni école pour les indigènes, et le projet d'en 
établir n'avait pu encore germer dans la pensée 



:^ 






^ ^ 

28 DIX ANNÉES d'apostolat 

des nouveaux religieux, à peine installés en cette 
ville. Le '' cadeau » du frère Constant parut donc les 
embarrasser ; mais celui-ci plaida si éloquemment la 
cause des trois petits malheureux qu'il avait lui-même 
baptisés et instruits dans les premières vérités 
de la Foi, que Mgr. Pelckmans, alors administrateur 
du Diocèse, se décida à les accepter. 

Une installation des plus primitives fut le point 
de départ d'une fondation qui compte à présent près 
de cent orphelins. Xul, évidemment, ne songeait à 
contester la nécessité d'une telle œuvre; mais les 
ressources manquant complètement alors, en ren- 
daient l'existence fort précaire. 

Le bon frère, lui, ne consultait que sa charité. 
., , Aux diverses objections qu'on lui fit, il répondit .^ 
-^ en s'en allant tout simplement sur la voie publique, ^'- 
ramasser quelques autres enfants pauvres, estro- 
piés ou aveugles, qu'il ramena triomphalement en 
s'écriant : « Ils ont une âme comme les autres, 
Dieu ne les refusera pas au banquet préparé par Lui 
dans le Ciel, si nous en formons de bons chrétiens ? » 
La cause était gagnée, et l'œuvre fut fondée. 

Il ne faut pas s'imaginer toutefois qu'il soit aisé de 
se procurer, en ce pays, de ces petits malheureux. 
Ce n'est pas comme en Chine. Oh non ! Cela se 
passe tout autrement au Pundjab : l'Hindou est 
profondément attaché à sa progéniture ; de plus, il 
sait pratiquer la philanthropie envers les abandonnés. 
Sans doute, l'intérêt personnel et le fanatisme 
ne sont pas étrangers à cet empressement à recueil- 
lir l'orphelin. Il n'en est pas moins vrai pourtant 



ifi 



^ !^: 



^ i^s ^ 

•' Au PÛNDJAB 29 

qu'il est rare de rencontrer un enflmt entièrement 
délaissé ; Tadoption est un fait très commun parmi 
les Hindous et les Mahométans. Les deux premiers 
évêques, Messeigneurs S. Mouard et E. Yanden 
Bosch, avaient donc vu leurs tentatives d'ouvrir un 
orphelinat de garçons frappées de stérilité. On ne 
leur donnait pas d'enfants, même à prix d'argent. 
Mais à mesure que la mission se développait, les 
chances de gagner de nouvelles recrues s'augmen- 
taient. Parlant la langue indigène plus couramment, 
mieux initiés aux us et coutumes du peuple, nos 
missionnaires purent se mettre en rapport avec les 
habitants des cités et des bazars, refuge ordinaire 
des infortunés ; ils acquirent une connaissance plus 
i^ profonde des misères de la classe pauvre, et furent ^ 
ainsi à même de saisir les rares occasions qui leur 
étaient offertes pour arracher au vice l'une ou l'autre 
de ces épaves perdues dans le tumulte des cités 
orientales. 

Lorqu'en février 1893, le T. R. P. Godefroid prit en 
mains l'administration du diocèse, il s'efforça de 
faire sortir l'institution de la condition précaire où 
elle végétait. Il destina aux orphelins un })etit ," bun- 
galow » s'élevant derrière la pro-cathédrale et les 
installa très convenablement xlans les trois petites 
chambres qui comj^osaient tout l'édifice. Le R. P. 
Lievinfut rappelé de la mission de Sialkot, et placé 
à la tête de l'institution naissante, à laquelle, depuis 
lors, il a consac'ré toute son énergie et tout son 
cœur. Dieu ne pouvait manquer de bénir ce dévoue- 
ment. Le premier soin du K. P. fut d'augmenter le 



'Â #r 



fe 



30 DIX ANNÉES d'apostolat 

petit troupeau. A tout prix, il lui fallait des brebis ; 
il en eut, et des plus malheureuses. 

Avec Taide d'agents dévoués qui parcouraient les 
bazars , la cité de Lahore et même les villages circon- 
voisins, il se vit bientôt à la tête d'une douzaine de 
vagabonds qui n'avaient aucune idée de Dieu, et 
pour qui la discipline et la soumission étaient 
lettre morte. Un premier effort pour ouvrir une 
école fut tenté. Il échoua. Nos jeunes oisillons, plus 
accoutumés à vivre sous la large voûte du ciel 
qu'entre les quatre murs d'une école, se faisaient 
mal à cette vie de contrainte ; ils s'envolèrent à 
la première occasion. Ce premier échec rendit 
I le Père un peu plus circonspect, et il recommença 
.•;»K avec des éléments mieux choisis. Le grain de ^ 
sénevé resta longtemps tout petit, mais avec le 
temps et surtout avec une persévérante confiance 
dans le succès d'une cause qui doit être si chère 
au cœur de Dieu, le nombre s'accrut bientôt dans 
des proportions qui décidèrent Mgr. Pelckmans à 
ériger définitivement un local assez vaste pour 
abriter une centaine d'orphelins. Le 7 Octobre 1894, 
les bâtiments furent bénits et dédiés au séraphique 
Père des pauvres. St. François d'Assise. 

Les nouvelles installations étaient à peine termi- 
nées qu'éclata la famine de 1897. Bientôt elles furent 
insuffisantes. On dut même, se hâter de renvoyer 
dans les missions de Maryabad et d'Adah les enfants 
baptisés et suffisanmient instruits dans la doctrine 
chrétienne, pour ouvrir plus largement la porte aux 
pauvres affamés. Le Père Lié vin se rendit, à deux 

;% 



w-j 

AU PUNDJAB 31 

reprises différentes, dans les districts les plus éprouvés 
par le fléau , et lut témoin oculaire des inénarrables 
scènes que les journaux de cette époque ont ample- 
ment décrites. Il recueillit deux convois d'affa- 
més et parvint ainsi à remplir, et Torphelinat 
de St. François, et celui de St. Joseph qui venait 
d'être ouvert pour les filles indigènes et dont 
nous parlerons bientôt. Depuis lors, l'asile ne s'est 
plus désempli ; les places devenues vacantes par le 
renvoi des premiers occupants dans les villages 
chrétiens du district de Sialkot, ont toujours été 
prises immédiatement. Il y a des orphelins âgés de 
deux à 17 ans. L'établissement de St. François est 
assurément une des plus grandes espérances du 
, . Diocèse pour la conversion des indigènes. Là, dans ■>•*- 
une atmosphère toute chrétienne, élevés dans la 
sainte doctrine par les catéchismes, les instructions 
et les admonitions de leur zélé directeur, assistant 
journellement à la messe et aux services religieux de 
la pro-cathédrale et s'approchant fréquemment des 
sacrements, ces enfants se forment aisément aux 
bonnes mœurs et se plient à une vie de régularité et 
de vertu qui portera bientôt les j^lus beaux fruits. 
Et tandis que les préjugés de Fignorance et les 
vices invétérés des adultes convertis cèdent si diffi- 
cilement à l'action de la grâce, le missionnaire trouve 
ici une cire molle et flexible qu'il peut façonner 
sans difficulté, un terrain vierge où les germes de la 
vertu se dévelop^ient avec une merveilleuse fécon- 
dité. Combien parmi ces enfants, qui, sans l'orphe- 
linat de St. François, eussent été fatalement voués 



32 DIX ANNÉES d'apostolat 

au vice, ont conservé pure et fraîche la fleur de 
leur innocence baptismale! Cest à ce travail ardu, 
mais fécond, que se consacre jour et nuit le R. P. 
Liévin, assisté de trois frères tertiaires allemands, 
dont l'un a déjà payé de sa vie son dévouement à 
cette œuvre. Le frère Bernard (Henri I)ebus)né à 
l'ckerseifen (Prusse) mourut des suites d'une fièvre 
maligne, le 17 Novembre 1897, à Mooltan, où il avait 
été transporté, dans Tespoir que ce changement 
vaincrait le mal qui le minait depuis longtemps. R.I. P. 

Les générations issues de cette souche chrétienne 
seront la joie et la gloire de l'Église Catholique dans 
le Pundjab. 

Prenez les indigènes dès l'enfance, enlevez-les au 
•^ contact des coutumes et des fêtes religieuses Vj^ 
de l'Hindouïsme et du Mahométisme, et vous pour- 
rez espérer qu'ils ne tomberont jamais dans ces 
pratiques grossières et que les idées erronnées qui 
ont à peine eu le temps d'effleurer leurs jeunes âmes, 
s'effaceront peu à peu. La conversion sincère d'un 
adulte reste toujours problématique; et sa volte-face 
n'a rien, après tout, qui doive étonner, si l'on consi- 
dère bien le milieu où il a grandi et les habitudes 
invétérées qui ont formé pendant longtemps la trame 
de sa vie domestique. 

Cependant un problème très sérieux s'est 
imposé aux pensées soucieuses de Sa Grandeur. 
Que fera-t-on de tous ces orphelins, quand l'époque 
viendra où les portes de l'institution devront néces- 
sairement se refermer sur eux? Aussi longtemps qu'ils 
sont petits et qu'il s'agit uniquement de les nourrir, 

?% ^ — — — 




h- 1 

-5 

P 

'-5 



O ^ 



^ -3 






p^ 



W 
O 



idn — -^ 

AU PUNDJAB 33 

de les vêtir et de les garder sous l'égide paternelle du 
missionnaire, tout est pour le mieux. Mais l'avenir 
incertain qui attendait ces enfants sans ressources 
aussi bien que sans famille, rendait perplexe Mon- 
seigneur Pelckmans. Diverses tentatives pour les 
placer comme domestiques dans des familles ou 
comme ouvriers dans les ateliers de la Compagnie 
des chemins de fer ayant échoué, on s'arrêta au pro- 
jet de leur apprendre, à l'orphelinat même, pour 
en faire plus tard d'honnêtes artisans, quelque métier 
en rapport avec leurs aptitudes. Peu à peu l'idée 
prit corps et à l'heure actuelle, une bonne petite école 
industrielle fonctionne admirablement. Elle com- 
prend des métiers pour le tissage des tapis de 
Perse, si estimés dans les contrées occidentales 
d'Europe et d'Amérique; un atelier de cordonnerie, 
une presse lithographique et tout le nécessaire pour 
la reliure des livres. Grâce à la rencontre fortuite 
d'un excellent catholique autrichien, agent d'une 
grande maison de commerce d'Amérique, un dé- 
bouché avantageux pour la vente des tapis a été 
ouvert dernièrement. C'est ce qui a décidé Monsei- 
gneur à augmenter le nombre de métiers, et actuel- 
lement, ils occupent une cinquantaine d'orphelins. 
Le produit de la vente des articles qui sortiront de 
l'atelier soutiendra l'institution et aidera à parer aux 
dépenses qu'entraînent les nouvelles installations. 
L'atelier de cordonnerie est sous la direction immé- 
diate d'un des frères tertiaires allemands, aussi habile 
à polir le cuir qu'à manipuler l'alêne. Son atelier 
fournit le nécessaire aux trois orphelinats de Lahore, 



1 ï^ : 1^ 



34 DIX ANNÉES d'apostolat 

et travaille aussi pour le public. Celui-ci se montre 
très empressé à patronner rinstitution en se pour- 
voyant plutôt chez nous que dans les magasins euro- 
péens et indigènes ; et souvent la clientèle témoigne 
sa satisfaction d'avoir trouvé à meilleur compte bonne 
marchandise et excellente exécution. Les plus intel- 
ligents parmi les orphelins sont admis à l'école des 
arts de Lahore où ils apprennent le dessin, la cise- 
lure, la moulure et la manipulation des couleurs, ce 
qui les mettra à même de s'établir un jour comme 
charpentiers, graveurs, sculpteurs de bois, peintres, 
etc., métiers qui ont leur utilité pratique aussi bien 
dans ce pays qu'en Europe et qui leur assureront 
plus tard une honnête subsistance. En attendant, 
ils appliquent leurs connaissances en dessin et en ^^ 
peinture dans la composition des modèles de tapis, 
qui sont tissés à l'atelier d'après des originaux per- 
sans. 

D'autres orphelins enfin sont initiés aux travaux à 
l'aiguille ; car la confection des habits est en grande 
partie le monopole du sexe fort ; et si l'atelier de cou- 
ture ne rapporte rien encore à l'établissement, son 
fonctionnement régulier est cependant garanti par. 
le raccommodage quotidien des vêtements de ces 
petits écervelés, chez qui le plaisir de déchirer 
devient une habitude qui cède difficilement, même 
devant les punitions. 

Entretemps, le côté moral, religieux et intellectuel 
de l'orphelinat marche de pair avec le progrès maté- 
riel , et les enfants sont instruits par un " munchi « 
dans les différentes branches de l'écriture, de la 



AU PUNDJAB 



35 






lecture, de rarithmétique et du calcul. L'école de 
St. François, placée sous le contrôle du Gouver- 
nement, subit chaque année avec succès les examens 
imposés. Tout cela est vivifié par un esprit de 
piété qu'entretiennent l'assistance quotidienne au 
St. Sacrifice de la Messe, la récitation en commun 
des prières du matin et du soir, le St. Rosaire, 
et surtout les catéchismes continuels auxquels le 
zélé directeur de Torphelinat consacre la majeure 
partie de son temps. Le travail de la grâce féconde 
admirablement les bonnes semences jetées dans ces 
âmes innocentes; et c'est un spectacle vraiment 
touchant que de voir la spontanéité avec laquelle 
les enfants qui ont déjà été admis à la Table-Sainte 
demandent à s'approcher fréquemment des saints 
Sacrements de Pénitence et d'Eucharistie. Ici, la 
tâche du missionnaire est des plus douces, et il re- 
cueille dans la joie ce qu'il a semé dans les peines et 
les sueurs. 

Que ne peut-on pas espérer de ces jeunes plantes 
si bien soignées et si tendrement cultivées ? 

Mgr Pelckmans a le droit de tourner ses regards 
avec confiance vers l'orphelinat de St. François pour 
la réalisation d'un de ses plus chers désirs : les voca- 
tions sacerdotales. 

La sollicitude extraordinaire de Sa Sainteté Léon 
XIII s'est manifestée récemment en dotant les Indes 
Orientales d'une puissante hiérarchie ecclésiastique 
et d'un séminaire papal. Le chef de la chrétienté 
attend, avec sa perspicacité habituelle, de la forma- 
tion à bref délai d'un clergé indigène, la conversion 



■Â 



fu 



%L 



36 



DIX ANNEES D APOSTOLAT 



de ces millions d'Indiens travaillés depuis plusieurs 
siècles par une poignée de prêtres européens. Le 
séminaire de Candie compte déjà des représentants 
de presque tous les diocèses de l'Inde. Hélas! celui 
de Lahore doit encore se contenter d'espérances. 
Mais les voies sont préparées ; et si nous plantons 
avec Dieu et pour Dieu, pourquoi n'attendrions-nous 
pas avec confiance qu'il nous donne aussi les fruits? 
C'est pourquoi Sa Grandeur surveillant avec une pa- 
ternelle sollicitude le développement de la grâce 
dans ces orphelins, se propose de séparer ceux qui 
manifestent dès dispositions spéciales pour la piété et 
la science, et ce afin de pouvoir leur donner une 
éducation plus soignée dans le nouveau collège de 
Saint-Antoine qui doit s'ouvrir le 1"' Janvier 1900. 
Là, comme dans une espèce de petit séminaire, leur 
vocation sera éprouvée et examinée, loin de tout ce 
qui pourrait la mettre en danger, elle sera cultivée 
par des exercices appropriés à cette fin. Le moment 
venu, et après mûre délibération, ils seront définiti- 
vement envoyés à Candie pour recevoir la dernière 
préparation capable d'en faire des prêtres instruits 
et pieux. Ce sera le couronnement de l'œuvre. Sa 
Grandeur appelait cette bénédiction de tous ses vœux 
quand Elle dédia au Patriarche de la grande Famille 
Franciscaine, cet asile des pauvres de ce monde, pour 
les enrichir de biens célestes et impérissables. 
" De stercore erigens pauperem, ut collocet eum cum 
principibus populi sui (Ps. CXII.) En attendant que 
cette aurore des vocations sacerdotales se lève sur le 
diocèse de Lahore, et afin de répandre avec plus de 




:n 



^ j# : -f 

I r 

I AU PUNDJAB 37 

vigueur l'œuvre d'apostolat parmi les indigènes, 
Monseigneur a fondé à Adah la première de nos mis- 
sions indigènes et il y a ouvert une école apostolique, 

] sous la direction du R. P. Vincent, où six orphelins 
des plus intelligents ont été envoyés pour être formés 
par des instructions spéciales à Toffice de catéchiste. 

I Ils seront les avant-coureurs du missionnaire dans 
les villages, et rendront son travail moins onéreux et 
plus fructueux. 

I Avant de clore ce court aperçu sur une des entre- 

prises les plus pleines d'avenir pour le Diocèse, il ne ; 
sera pas hors de propos de faire remarquer que si la 

I charité l'a enfantée, elle est seule encore à la soutenir. 

I II sera aisé de s'imaginer combien l'entretien de l'éta- 
'\fi^ blissement est devenu coûteux au Diocèse, complète- <;; . 
^' ment dépourvu de fonds, et ayant à pourvoir, au jour 
le jour, aux besoins matériels de près de cent or- 
phelins. Toute âme généreuse a pu comprendre le 
grand bien qu'une telle institution est appelée à 
réaliser. La maintenir sur le pied où elle se trouve 
actuellement et lui donner les développements dési- 
rables que nous avons fait entrevoir en parlant du 
futur collège des enfants, est certes chose digne 
d'occuper les pensées des âmes charitables sou- 
cieuses de contribuer à la gloire de Dieu et à 
l'extension de son royaume dans les cœurs. Nous 
demandons à Dieu qui parle dans le secret, d'inspirer 
aux cœurs généreux le désir de nous aider. 



•5T 



T^ 



:^j %^ 

38 DIX ANNÉES d'apostolat 

§. IV. — L'Orphelinat de St-Joseph et le Couvent des 
Sœurs de la Charité, de Jésus et de Marie. 

L'origine de l'orphelinat de St. Joseph remonte 
à l'année 1880. La première conception en est due 
au zèle de la Révérende Mère St'' Thaddée, 
supérieure du couvent de Jésus et de Marie à Lahore. 
Affligée de la triste condition d'ignorance et de mal- 
propreté où elle voyait croupir les enfants des domes- 
tiques chrétiens indigènes attachés au service de la 
maison, elle résolut de les réunir à certaines heures 
fixes pour leur inculquer des idées et des habitudes 
de modestie et de travail, et les initier en même temps 
aux premières notions de la lecture et de l'écriture. 
A ce petit troupeau vinrent bientôt se joindre 
d'autres malheureuses créatures recueillies sur la voie 
publique, ce qui transforma en peu de temps ces 
réunions en une école régulière. Ce premier succès 
enflamma davantage le zèle de la bonne Mère. Elle 
avait alors sous la main la bonne Sœur Geneviève 
qui, pendant son séjour à Sirdhana (mission indigène 
de l'archidiocèse d'Agra) s'était familiarisée avec la 
langue hindoustane. La Révérende Mère lui confia 
l'instruction religieuse, de ces petites indigènes ainsi 
que la préparation des unes au saint Baptême, et 
des autres, déjà chrétiennes, à la réception des 
sacrements de Pénitence, d'Eucharistie et de Confir- 
mation. 

L'œuvre se développant sous la bénédiction de 
Dieu, la dévouée supérieure aurait voulu la faire 
entrer dans une autre phase : tout en assurant la sta- 

?% 



^ 




-^ 






!» 



25 

o 



i# ^ 

AU PUNDJAB 39 

bilité de l'institution, elle désirait se préoccuper 
davantage encore de l'avenir de ses chères brebis. Or 
le diocèse ne comptait aucun établissement qui pût les 
recevoir. La R. Mère St^\ Tliaddée en écrivit au R. 
P. Marc alors administrateur du diocèse, elle lui 
exposa les résultats obtenus et à obtenir, ainsi que ses 
desseins et ses appréhensions. Le R. P. Marc comprit 
l'importance du projet de la supérieure, et, pour 
Taider à la réaliser, il mit à sa disposition la petite 
maison occupée autrefois par le chapelain. 

Ainsi fut fondé, avec une quinzaine de ces petites 
abandonnées , l'orphelinat de St . Joseph . Les dimensions 
étroites, ainsi que l'humidité et l'insalubrité de cette 
maison, la rendirent bientôt inhabitable. Mgr. 
^Z. Mouard se décida, en 1890, à bâtir un petit «bunga- ^ 
low n composé de trois chambres et plus rapproché ' 
du couvent, ce qui facilitait beaucoup l'admini- 
stration et la surveillance de l'orphelinat. Les choses 
en restèrent là jusqu'en 1896. Toutefois on ne tarda 
pas à découvrir les obstacles qui non seulement en- 
travaient les progrès de l'institution, mais l'expo- 
saient à un échec presque certain. D'abord, elle avait 
à souffrir du voisinage du pensionnat des enfants 
européens et eurasiens dont les idées et les coutu- 
mes sont si opposées à celles des indigènes; ensuite 
le local était exigu, et il n'était pas possible de 
l'agrandir. Dès lors, une seule solution s'imposait : 
le transfert de Tceuvre en un milieu plus propice et 
dans un local assez vaste. Mais l'argent faisait défaut, 
de sorte que la réalisation du projet menaçait d'être 
remise à une époque éloignée si, en 1896, la Provi- 



l 



H 






\ 40 DIX ANNÉES D APOSTOLAT 

dence n'était venue seconder merveilleusement les 
vues de Mgr. Pelckmans. Une dame anglaise, ayant 
i son diplôme de docteur en médecine, récemment 
! convertie au Catholicisme, et devenue depuis fervente i 
Tertiaire de St. François, avait acheté à Lahore une j 
propriété de deux hectares, comprenant un immense 
jardin et deux maisons isolées. ! 

Un jour que Mgr Pelckmans lui faisait part de | 
ses inquiétudes et manifestait son chagrin de voir 
une œuvre, si éminemment apostolique, condamnée j 
à végéter faute de ressources, la pieuse dame s'émut i 
et, avec une spontanéité toute franciscaine, elle fit j 
don de sa nouvelle propriété à la Mission de Lahore. 
I Elle quitta sa superbe demeure et s'en fut loger 
■*)y dans une modeste habitation. «Je suis assez largement ^p: 
"1 payée, disait-elle, par le bonheur d'avoir pu offrira i 
Jésus-Christ un abri pour ses pauvres et procurer à 
ses ouvriers évangéliques les moyens d'étendre leur 
sollicitude à un plus grand nombre d'enfants aban- 
donnés. » Peu de temps après, éclata la famine qui 
livra sans pitié aux étreintes de la mort des millions 
de victimes. En 1897, l'établissement se remplit : 
plus de cent enfants arrachés aux horreurs de la faim 
furent admises. Ce fut alors que Sa Grandeur appela 
de Gand les Sœurs de la Charité, de Jésus et de i 
Marie, pour se constituer les mères spirituelles de 
ces orphelines abandonnées. 

Nous cédons la parole à Tune d'entre elles, la 
Sœur Vénardine, pour nous raconter dans les termes | 
d'une simplicité évangélique, lesimpressionsdes.es 
deux premières années d'apostolat: 




a 
o 

I 

H 

Q 

Eh 

M 

P5 
O 



H- 1 



C/3 



^ ^ — ■ 

AU PUNDJAB 41 

Lahore, 23 Mars 1899. 
Tout à la plus grande gloire de Dieu. 
Ma chère Madame X***, 

Nous voici en mission depuis deux ans et le cœur 
plein de reconnaissance, nous bénissons le Seigneur 
qui daigna confier à notre faiblesse la sublime tâche 
de travailler au salut des pauvres idolâtres. Nous 
remercions le Dieu de toute bonté des bienfaits 
signalés qui encouragèrent nos premiers efforts, et 
des petites parcelles de sa S^" Croix, que nous avons 
récoltées sur la terre de l'exil. 

Les tristes échos de guerre et de famine aux Indes 
attendrissaient alors le cœur de la généreuse Europe. 
Nos supérieurs généraux de Gand, répondant au 
pressant appel de Sa Grandeur Mgr. Pelckmans, 
Évêque de Lahore, envoyèrent vers cette contrée des 
Sœurs de Charité, pour répandre les bienfaits des 
œuvres de la Congrégation parmi les malheureux 
indigènes. 

C'était l'heure propice, pour recueillir des jeunes 
filleset sauver des âmes du paganisme. La tendresse des 
Indiens pour leurs enfants est extrême. Rien n'est plus 
difficile que de les décider à s'en séparer. Mais la dé- 
solation causée par la famine avait rendu bon nombre 
d'enfants orphelines et abandonnées. 

Au mois de Novembre 1897, en arrivant à Lahore, 
ville épiscopale, 40 de ces pauvres petites nous 
attendaient à l'orphelinat de St. Joseph. Cet institut, 
cédé à la Mission par la générosité d'une Dame an- 



^ i i^ 

42 DIX ANNÉES d'apostolat 

glaise, fervente catholique, était spacieux, mais 
presque nu à l'intérieur. Tout se fait encore à l'indi- 
gène et pendant les premiers jours, cette manière 
de vivre des Hindous , nous offrit un tableau très 
pittoresque. A l'église on s'agenouille ou on s'assied 
par terre. Au repas, même position orientale. Ici, la 
fourchette d'Adam fonctionne à merveille dans un 
plat de graines indigènes, si poivré qu'il enflamme- 
rait le palais délicat de l'Européen. Cette fameuse 
ratatouille ou potage est parfois remplacée par de la 
viande, ou du riz, et toujours accompagnée de 
petits pains que les enfants pétrissent elles-mêmes 
de farine et d'eau, et qu'elles cuisent de la même 
façon que les galettes en Belgique. On se couche sur 
une natte étendue par terre ou suspendue à quatre j^-. 
bâtons. En classe, on se groupe autour du maître p 
au turban qui alors chante à tue-tête l'incompré- 
hensible alphabet hindoustani, que le chœur des 
fillettes répète bruyamment. Le langage bizarre 
qui sortait des bouches de ces brunettes, nous est 
devenu familier à présent, mais cela nous a coûté 
bien des peines. 

Dieu a réservé au cœur de la missionnaire, sevré 
des plus légitimes et des plus innocentes joies de la 
terre, une douceur qui lui rappelle sa patrie céleste. 
Oh ! le bonheur de faire connaître et aimer Dieu 
à l'enfant païen et de voir ses efforts couronnés 
par quelque succès ! . . . La consolation de préparer 
une première phalange de petites Indiennes au 
banquet des anges nous récompensera amplement 
des difficultés inhérentes aux débuts d'une mission. 

^j -^% 



:^ i^2 : 

r 

AU PU^DJAB 43 

Cependant la famine ravageait de plus en plus les 
villages dont les champs desséchés attendaient vai- 
nement la pluie fécondante. D'autres victimes 
vinrent nous demander un asile et du pain. Quel 
spectacle ! Des squelettes vivants ! Couvertes de 
plaies, de la gale, de la lèpre mêm.e, ces infortu- 
nées enfants pouvaient à peine se soutenir, tant 
avaient été grandes leurs privations ! L'orphelinat 
se changea bientôt en hôpital; nous fûmes, pen- 
dant de longs mois, au chevet de nos pauvres 
orphelines malades et, malgré nos soins assidus, 
nous ne parvînmes pas à les sauver toutes. Quelques 
heures seulement après son entrée, une de ces 
petites victimes succombait. Plusieurs autres la 
^j suivirent de près, après avoir heureusement reçu L- 
^ le baptême. -■■ 

A notre arrivée en Novembre, nous avions joui 
du magnifique hiver indien, qui ressemble à un 
{ printemps perpétuel. Les nuits étaient froides, mais 
j les jours chauds. Sous un ciel toujours d'azur, l'œil 
se reposait agréablement sur une terre couverte de 
j bosquets, de verdure et sur des couronnes de fleurs 
j variées. Mais le mois de Mai nous apporta les chaleurs 
j excessives de l'été, et l'action des vents brûlants 
détruisit sans pitié « ces fraîches beautés de la na- 
ture, -n A cette époque, la communauté et l'orpheli- 
nat souflrirent de la fièvre. 

A part ces légères épreuves, la rosée des béné- 
dictions célestes continua de descendre sur le champ 
de nos labeurs. Douze autres de nos petites bru- 
nettes, sauvées des horreurs de la faim et des 

#5 



44 DIX ANNÉES d'apostolat 

ténèbres du paganisme, ont pu s'asseoir à la Ta- 
ble-Sainte et nourrir leurs âmes innocentes du bon 

Jésus. 

Dans les commencements de l'année 1898, d'autres 
sœurs vinrent d'Europe pour étendre notre œuvre 
jusqu'aux jeunes filles européennes et eurasiennes, et 
une nouvelle communauté se forma à Moultan. 

Et maintenant, grâces à Dieu, notre cher orpheli- 
nat présente un aspect plus riant et plus civilisé. 
L'esprit du christianisme s'infiltre lentement et 
exerce sûrement sa douce influence sur les mœurs de 
ces enfants. 
j Vous nïgnorez pas, ma chère Dame, combien 
' les préjugés de castes sont enracinés dans le cœur 
^-. des Indiens et les divisent profondément. Il faut 

vous dire aussi que les différents métiers et cer- r 
tains ouvrages étant le monopole d'une caste, l'or- 
ganisation du travail laisse énormément à désirer. 
Pour ces païens superstitieux, se prêter à des ou- 
vrages qui ne sont pas de leur caste, ce serait une 
dégradation dont la seule idée les fait trembler. 
Il nous fut assez difficile, au commencement, de 
faire comprendre à nos fillettes que ces préjugés 
n'existent pas parmi les chrétiens et que le travail ne 
déshonore personne. A présent, elles se rendent à 
I toute besogne de gaieté de cœur. Chaque matin au 
' nettoyage, c'est à qui pourra montrer à la Sœur, la 
chambre la plus propre. Les habillements des enfants 
sont confectionnés, raccommodés et lavés par elles. 
Le jour de lavage est un jour de fête. Les laveuses 
; sont groupées autour d'une citerne située en plein 

J.. ^ 



^?' 




iS**i}S^M^?5S?#««%L 






7^ y 






:n 



O 



t 



y.y^J • ; - 

r 

AU PUNDJAB 45 

air. Le bruit des linges battus contre le bord de la 
pierre est souvent accompagné de joyeux éclats de 
rire ou de cris de surprise, quand une malicieuse 
voisine vient d'arroser sa compagne d une fraîche 
ondée. 

Cette besogne ne s'achève jamais sans que le Rosaire 
récité en commun ne supplie le Dieu des chrétiens 
d'avoir pitié des millions de malheureux ensevelis 
encore dans les ténèbres du paganisme. L'entretien 
de nos enfants dépondant exclusivement de la charité, 
il nous fallut bientôt chercher un moyen qui, 
joint aux aumônes que la Divine Providence nous 
procurait, pût pourvoir, en partie du moins, aux 
besoins multiples de l'orphelinat. Xous le trouvâmes 
dans la filature du coton et dans les ouvrages à j*- 
l'aiguille. C'est ainsi qu'une partie des enfants 
file le coton et la laine servant au tissage de magni- 
fiques tapis persans fabriqués à l'orphelinat de 
St. François ; les autres s'adonnent à la couture ou 
au tricot. En outre, lorsque nous aurons la clientèle 
de quelques dames européennes résidant aux Indes, 
nous nous occuperons d'ouvrages de broderie et de 
fantaisie au crochet et à l'aiguille. Trois des plus 
grandes jeunes filles s'initient aux soins à donner 
aux malades et à la préparation des médicaments à 
l'hôpital dirigé par la pieuse dame catholique, qui 
nous fit don des bâtiments de l'orphelinat, auquel 
elle reste très dévouée. Afin d'assurer l'avenir de nos 
enfants, l'enseignement de la langue anglaise fut 
ajouté à celui de l'hindoustani. Depuis une année, 
elles apprennent aussi le chant avec succès ; leurs 



u. 



46 DIX ANNÉES d'apostolat 

jérémiades lentes et rauqiies ont très heureuse- 
ment fait place, à force de patience et d'exercices, à 
des chants bien rythmés, qui rehaussent beau- 
coup les offices religieux célébrés en notre cha- 
pelle servant d'église paroissiale à la Congrégation 
indigène de Lahore. Si Dieu daiofue bénir nos 
efforts, ces chères jeunes filles deviendront de fer- 
ventes catholiques; la plupart se marieront et 
formeront ainsi la souche d'une nouvelle génération 
chrétienne. 

Mais parmi les jeunes âmes que nous élevons, n'y 
en aura-t-il aucune qui se consacrera à Dieu? Ce 
serait là, lé comble de nos désirs. 

Tel est, ma chère Dame, le résultat de nos pre- 
^» miers travaux, résultat très consolant sous bien j; 
des rapports. Cependant qu'il est petit, hélas! le 
nombre d'âmes sauvées ! et qu'il est populeux le 
monde païen qui nous entoure, et pour lequel nos 
sacrifices demeurent stériles !... La prière peut 
obtenir du Dieu Tout-Puissant que les obstacles dis- 
paraissent et que la Foi se propage. 

Mais il appartient encore aux âmes généreuses 
de soutenir l'œuvre d'apostolat parmi les pauvres 
filles de St. Vincent de Paul; permettez-moi, chère 
Dame, de répéter ici ce cri que le besoin arrachait 
im jour à notre illustre Père : « Nos enfants sont entre 
les mains de la charité chrétienne, c'est à elle de 
décider de leur sort ! « Les pauvres sœurs mission- 
naires qui ont tout quitté sur terre, devront-elles, 
manquant de moyens, abandonner leurs enfants? Pour 
l'entretien d'une fille indigène, il ne faut pas beau- 



v«- 



"Â : ^. ■ k 



:^ ï^ 

r 

AU PUNDJAB 47 

coup. Si des âmes charitables voulaient adopter nos 
orphelines, cent francs suffiraient pour l'entretien 
annuel d'une d'entre elles. Xous serions si heureuses 
de leur envoyer le nom de baptême de leur protégée. 

Mais plaidons, auprès des cœurs généreux et catho- 
liques de la Belgique, la cause des pauvres déshé- 
ritées de rinde idolâtre ; nous implorons la pitié des 
riches en faveur des âmes qui se perdent et du zèle 
des missionnaires qui reste impuissant, faute d'un 
peu d'or. Ah! donnez donc, ne fermez pas l'oreille 
à notre prière! De ces cent francs, pas un centime 
ne sera perdu. Un Dieu infiniment riche et puissant 
vous le rendra au centuple dans le séjour de l'éternel 
bonheur. 

i^^ En vous transmettant ces détails, trop longs peut- if- 
être, sur la situation de notre pauvre orphelinat, au- 
quel nous avons désormais voué notre existence, je 
le recommande une dernière fois, bien humblement, 
mais aussi bien ardemment, à votre inépuisable 
charité. 

Je reste en St. Vincent de Paul, ma chère 
Madame X***, 

Votre humble servante, 
Sœur Vénardine. 
Couvent des Sœurs de la Charité 
Thornton Road, 

Lahore. 



K 



. %i 

48 DIX ANNÉES d'apostolat 

§. 5. — L'École et l'Église de St. Antoine de Padoue 
à Lahore. 

Quelques mois après Férection du Pundjab en 
diocèse, avec Lahore comme siège épiscopal, une 
grande partie du Nord en fut détachée et devint la 
Préfecture apostolique de Cachemire et de Kaiiristan. 
Par cette séparation, la Mission de Lahore se trouva 
brusquement privée des belles institutions d'éduca- 
tion destinées aux enfants européens des deux sexes 
et fondées, à grands frais, par des Pères Capucins 
italiens à Rawalpindi et à Marrec. Voici comment 
MgrMouard, le premier Évêque du nouveau diocèse, 
s'exprimait à cette occasion dans une lettre écrite en 
Novembre 1889 à la propagation de la Foi (Lyon) : 
«Le T. R. P. Marc de Faverges (Savoie), nommé Ad- 
« ministrateur après que ^Igr Tosi eut donné sa dé- 
^ mission, étant incertain de sa position et de celle des 
« missionnaires, ne fit pas de nouvelles entreprises, 
« mais il paya la partie de la dette de Mgr Tosi qui 
" lui fut assignée, et son administration lui mérita 
" les éloges du St. Siège. Je pris possession du siège 
« de Lahore le 21 Mars, avec un renfort de quatre 
« pères et quatre frères capucins de Belgique. 
« Le dénûment du diocèse en fait d'institutions 
« pour l'éducation de la jeunesse me glaça d'effroi. 
" Je ne voyais autour de moi ni collège, ni orphelinat 
« pour les garçons ; uniquement deux pensionnats de 
" filles avec 50 élèves environ et un commencement 
" d'orphelinat indigène avec six orphelines, v 

Le nouveau diocèse de Lahore ne comptait donc,. 

■ ?% 




O 

m 
< 
h-3 



O 
Q 
< 

fi 

O 
H 

^2, 

<1 
I 

H 

H 
fi 

H 
h^ 
O 
O 

w 
fi 

02 
> 



AU PUNDJAB 49 

dans toute son étendue aucun établissement scolaire 
pour les garçons européens, anglo-indiens et eura- 
siens. Le danger était grand pour cette partie de 
notre jeunesse catholique ; car, à part quelques fa- 
milles fortunées qui pouvaient envoyer leurs fils dans 
d'autres diocèses, le plus grand nombre n'avait 
d'autre alternative que de priver leurs enfants d'une 
éducation chrétienne, ou de leur faire fréquenter 
Tune ou l'autre des nombreuses écoles protestantes 
qui pullullent dans la contrée. Cependant, cette 
grave situation perdura jusqu'en 1892. Mgr. Sym- 
phorien Mouard mourut; son successeur, Mgr. Em- 
manuel Van Den Bosch, pressé par des embarras 
d'argent, fit voile pour l'Europe peu de temps après 
'*u sa consécration, afin d'aller recommander son pauvre 
diocèse à la charité des catholiques de Belgique. 
Mais, avant de quitter les rivages indiens, il 
recommanda vivement à son Vicaire-Général, le 
T. R. P. Godefroid, de mettre tout en œuvre pour 
acquérir un terrain où l'on pût bâtir à bref délai une 
école. 

Il fut tenu bonne note de cette recommandation ; 
et, à son retour d'Europe, Sa Grandeur eut la con- 
solation d'inaugurer, dans une des deux maisons qui 
avaient été achetées la première école catholique, 
placée sous le patronage de St. Antoine de Padoue 
et destinée aux garçons du diocèse. Trente-neuf élèves 
y entrèrent presque immédiatement. L'institution 
avait été fondée grâce à l'aumône ; ce fut encore 
l'aumône qui dut la soutenir à travers bien des péri- 
péties qui, plus d'une fois, menacèrent son existence. 

'A #5 ;; K 



%* — 

50 DÎX ANNEES D^APOSTOLAÏ 

Car ce n'était pas chose facile que de la maintenir 
au milieu de tant d'autres institutions patronnées 
par le Gouvernement, et jouissant depuis longtemps 
delà confiance des familles. 

Nous étions donc arrivés les derniers, avec mille 
chances d'insuccès, mais avec la ferme volonté de 
réussir malgré tout et forts de notre sublime mandat. 
Et l'école de St. Antoine fit des progrès. Elle 
acquit avec le temps une réputation, qui lui valut 
l'approbation du Gouvernement à la suite des 
examens publics. Le nombre de nos élèves augmenta. 
Les communautés dissidentes des protestants et des 
parsis vinrent même solliciter l'admission de leurs 
enfants. Peu après, le Gouvernement accorda un 
subside mensuel à l'école, puis l'éleva successivement 
du degré " d'École Moyenne « à celui " d'École Supé- 
rieure » (High school), reconnue comme telle par 
l'État. En 1898, l'Institution de St. Antoine, solide- 
ment assise dans l'opinion publique, comptait 
60 élèves, fréquentant régulièrement les huit classés 
qui se partagent son enseignement; et le Gouverne- 
ment, dans un rapport officiel, la plaçait au rang 
des meilleurs établissements scolaires de la province 
du Pundjab. 

A l'heure actuelle, 75 enfants sont inscrits sur les 
registres . Le corps enseignant se compose du Recteur 
le R. P. Léon, assisté de 5 professeurs, deux pères et 
trois laïques. 

C'était déjà beaucoup , mais cependant, l'école ne 
répondait encore qu'imparfaitement au but que l'on 
cherchait à atteindre. Donner l'instruction et la 



fTv 



^ r ^ ^~ 

Au PUNDJAB 51 

science à nos enfants, en les gardant des aberrations 
d'un enseignement protestant, c'était bien; mais les 
former aux vertus chrétiennes et tremper des 
caractères, ce serait mieux encore. Sans doute, un 
grand pas avait été franchi ; il en restait un second à 
faire pour aboutir à la fondation d'un collège avec 
internat et d'un orphelinat pour les pauvres enfants 
européens et eurasiens, qui ont toujours été l'objet 
de la paternelle sollicitude de Sa Grandeur. 

La plupart des sacrifices resteront toujours vains, 
si l'on ne peut, en ce pays, arracher l'enfant à 
l'influence souvent empoisonnée du foyer domestique, 
ou tout au moins en atténuer les effets. Un simple 

, externat où l'enfant ne vient qu'aux heures de classe, 
iSL ne suffit pas pour remédier à la négligence et à 
"*] l'insouciance des parents. Puis, ne faut-il pas compter 

j avec ces mille forces secrètes et morbides d'un 
milieu païen, hérétique et corrompu, où l'enfant 
catholique est appelé à grandir et où sa vertu et sa 
foi sont sans cesse en péril ? Si l'on ne parvient pas à 
posséder l'enfant complètement, comment sera-t-il 
possible, dans un tel milieu, que les semences de 

; bien jetées dans sa jeune âme germent, se déve- 
loppent librement et portent des fruits ? 

Lahore comptait trois orphelinats destinés aux 

■; enfants indigènes des deux sexes et aux filles pauvres 

! d'anglo-européens et d'eurasiens, mais aucun asile 
n'existait pour recevoir les garçons orphelins 
appartenant à ces deux dernières races. De sorte 
que l'apostasie, ou une existence vouée, au mal, 
s'offrait à ces petits malheureux, comme la seule 

'M ' ?j^> 



r^ 



., %i 

52 DIX ANNEES D'APOSTOLAt 

ressource pour échapper à la misère. Les recueillir 
dans l'orphelinat indigène n'était pas possible; leurs 
coutumes, et, il faut bien le dire, l'antipathie de 
race sucée avec le lait de leurs mères, rendaient 
cette fusion impraticable. Or, celui qui a ressenti 
de la compassion pour une grande misère avec le 
vif désir de la soulager, pourra comprendre 
peut-être, l'anxiété qui assaillait Sa Grandeur devant 
l'impuissance à sauverces âmes dévoyées et trompées, 
dont on aurait pu faire des vases d'innocence et de 
bonté, si un abri s'était ouvert à leur infortune. Et 
cependant, si douloureusement que cette situation 
pesât sur son cœur d'évôque et de père, Monseigneur 
dut patienter et attendre que la Divine Pro"vidence 
Js qui veille sur les petits des oiseaux, daignât lui fournir \p 
les moyens de compléter l'Œuvre de St. Antoine, si 
visiblement bénie par Elle. 

Pendant deux ans la question d'un collège auquel 
aurait été adjoint un orphelinat, se posa impérieuse- 
ment devant ses responsabilités de Pasteur; mais la 
solution. Monseigneur ne pouvait l'attendre que de 
ses prières ardentes et continuelles auprès du 
grand Thaumaturge de Padoue, qui a pour ses 
fidèles une dilection spéciale. Ne nous devait-il 
pas aide et protection, à nous qui sommes de sa 
famille? St. Antoine a donc pris l'œuvre sous son 
égide. L'école a fait son chemin: ce fut sa première 
faveur. Le collège et l'orphelinat viennent enfin de 
sortir de terre : ce fut sa seconde faveur. Grâces à 
lui, en effet, deux dames catholiques belges dont la 
piété et la charité marchent de pair, ont répondu 

7% 



AU PUNDJAB 53 

aux vœux de Mgr Pelckmans et ont payé le terrain, 
tandis qu'une autre dame d'Anvers a offert, avec 
une modestie bien franciscaine, de couvrir toutes 
les dépenses qu'entraînerait la construction des deux- 
établissements. Et, le 1"" Janvier 1900, à l'aurore 
du XX« siècle, Monseigneur a eu Timmense joie et 
la profonde consolation de bénir les locaux. En ce 
jour, son cœur paternel a été enfin soulagé des mor- 
telles inquiétudes que le sort de ces jeunes âmes, 
s'égarant, faute d'asile pour les recueillir, faisait 
peser sur lui ; de plus, nous aurons tous la satis- 
faction d'offrir, sous le patronage de St. Antoine de 
Padoue. un refuge assuré à nos pauvres enfants 
catholiques que la misère aurait fatalement perdus. 

Mais une troisième faveur sans laquelle l'entreprise 
ne produirait pas ses bienfaisants effets, reste à 
obtenir. 

Comment pourvoir à l'entretien des orphelins si 

St. Antoine de Padoue n'insiste auprès de ses dévots 

(et ils sont si nombreux en Belgique), s'il n'inspire à 

linéiques âmes charitables la pensée et la volonté de 

contribuer à l'entretien de nos pauvres pensionnaires? 

Cette œuvre que nous leur recommandons, est 
éminemment apostolique; car c'est faire acte d'apos- 
tolat que d'aider par ses aumônes le missionnaire 
à arracher des créatures au vice et à l'indigence, 
pour en former des citoyens utiles à la société et des 
saints pour le Ciel. 

Il est temps que nous disions un mot de l'église de 
St. Antoine de Padoue et des circonstances qui en 
ont amené la construction. Depuis plusieurs années 

— -#5 



l- 



"K 



—i 3>» r 

' 54 DIX ANNÉES d'apostolat 

déjà, le besoin s'était fait sentir d'ériger à Lahore une 
église dans le quartier du chemin de fer, fort éloi- 
gné de la pro-cathédrale, afin d'offrir toute facilité 
de remplir leurs devoirs aux catholiques obligés par 
leurs relations avec la Compagnie du Nord-Ouest de 
fixer leur domicile à proximité de la station. L'exé- 
cution du projet s'imposait d'autant plus que la 
population du quartier ■ était déjà considérable — 
trois cents habitants environ — et qu'elle s'accrois- 
sait sans cesse. 

Combien parmi eux, découragés par la distance, 
emj)êchés d'ailleurs par la chaleur intense de l'été 
et trop pauvres pour se payer le luxe d'une voiture, 
auraient fini par oublier le chemin de l'église et 
^,'' tomber fatalement dans Tindifférence relio^ieuse, 
voire même dans l'apostasie? Mais la Mission n'ayant 
pas les fonds nécessaires pour réaliser immédiatement 
l'entreprise. Mgr. Emmanuel Van den Bosch affecta 
au service du culte une des deux maisons dont nous 
avons parlé plus haut : une des plus grandes cham- 
bres fut transformée en chapelle provisoire et le restef 
servit de presbytère pour le prêtre. L'événement 
prouva bientôt que si cette heureuse innovation ré- 
pondait à une nécessité réelle, l'installation était 
absolument insuffisante. 

C'est pourquoi Mgr. Godefroid Pelckmans, succes- 
seur de Mgr. Emmanuel Van den Bosch, se décida à 
poursuivre l'exécution du premier projet. 11 s'adressa 
à cet effet au Gouvernement pour obtenir un subside 
j en faveur de l'érection d'une église proprement dite, 
en lieu et place de cette chapelle provisoire dont 



* 




tk^ ar 




x 




ML ^ 

r 

AU PUNDJAB 55 

les dimensions étroites ne pouvaient plus contenir la 
foule des fidèles qui se pressait aux offices religieux . 
Le Gouvernement protestant fit d'abord la sourde 
oreille ; puis, il temporisa, traîna en longueur. Sa 
Grandeur ne se découragea point ; Elle envoya péti- 
tion sur pétition et, après quatre ans de négociations 
et de pourparlers. Elle finit par triompher de l'inertie 
des personnages officiels. L'on tomba d'accord sur 
ces points : le Gouvernement payerait la moitié des 
frais, etl'évêque catholique l'autre moitié. Bien que 
le résultat eût dû être plus favorable après une si 
longue lutte. Sa Grandeur en fut cependant satis- 
faite et se mit aussitôt en campagne pour recueillir 
les fonds nécessaires. Elle fit appel à toutes les géné- 
^ rosités. Diverses souscriptions nous vinrent des 
personnes qui s'intéressaient ici à l'œuvre; mais leurs 
bonnes volontés n'y auraient pu suffire, si des bienfai- 
teurs, et surtout deux insignes bienfaitrices de Belgi- 
que, ne nous fussent venus en aide. A eux donc et à 
elles, revient surtout l'honneur d'avoir doté la capi- 
tale du Pundjab et la ville épiscopale d'un des plus 
beaux joyaux d'église gothique qu'il y ait. Les 
fonds étant réunis, les travaux furent commencés 
incontinent en Juin 1898 et poussés avec une telle 
I vigueur que le 19 Mars 1899 Sa Grandeur put en 
j faire solennellement la bénédiction, et inaugurer le 
I culte public par une messe pontificale célébrée au 
j milieu d'une affluence nombreuse de fidèles. 

Grâce au zèle et à l'activité de son Recteur, le R.P. 
j Léon, la jeune paroisse est entrée dans une voie 

I prospère. A la fraternité du Tiers-Ordre de St. Fran- 

J 



%i 

56 DIX ANNÉES d'apostolat 

çois qui fonctionne régulièrement depuis plus d'une 
année et compte quinze membres profès et vingt 
novices, vient d'être adjointe la corporation de 
St. Antoine de Padoue, érigée canoniquement dans 
la nouvelle église qui lui est dédiée. Ces deux frater- 
nités produiront les plus grands fruits et favo- 
riseront notamment la fréquentation des sacrements ; 
elles feront circuler une sève plus abondante de vie 
chrétienne dans les familles et, avec l'aide de l'œuvre 
du Pain de St. Antoine, Dieu sera servi et aimé dans 
ses pauvres. 

§6. — Dispensaire de Ste-Élisabeth de Hongrie. 

Avant de clore ce rapide aperçu sur les travaux 
apostoliques accomplis à Lahore, il ne sera pas hors 
de propos de parler d'une organisation, dont toute la 
gloire est de rester pour ainsi dire ignorée, parce que 
ses chances de succès réclament le voile du silence 
et de lobscurité. Née d'hier, elle mérite déjà d'être 
ajoutée à la série des moyens efficaces mis en action 
pour renverser l'empire de Satan. Nous voulons 
parler du Dispensaire de Ste-Élisabeth de Hongrie. 
Passant en revue ce qui a été fait à Lahore pour le 
bien des âmes, l'on n'a peut-être jjas remarqué que 
toutes les institutions mentionnées ont été établies 
extra muros . A l 'intérieur tout est intact et la supréma- 
tie de Satan reste incontestée. Ni catholiques , ni protes- 
tants n'ont pu, jusqu'ici, réussir à faire une trouée 
pour y introduire la religion de Jésus-Christ. Diverses 
causes expliquent plus ou moins cet échec. D'abord, 



v! 



t 





S# 

AU PUNDJAB ' 57 

l'Européen ne réside pas dans les villes indigènes. 
Lïnsalubrité de la cité où les chaleurs excessives 
provoquent toujours l'une ou l'autre maladie épidé- 
mique ; les rivalités jalouses de caste et les haines de 
religion, et partant le danger pour l'homme blanc 
de vivre côte à côte avec les sectateurs du Croissant 
ou les adorateurs de la Trimourti qui étalent effronté- 
ment leurs cultes fanatiques et superstitieux; puis 
encore la différence radicale des coutumes : tout cela 
rend un tel séjour désagréable et des plus périlleux. 
tant pour le bien-être physique que pour la mora- 
lité des races occidentales. Ajoutez-y la difficulté 
d'acquérir un bout de terrain là où chaque pied carré 
est disputé à outrance, là où grouille une population 
de 159,597 habitants fixés sur une superficie de 
280 hectares, population toujours croissante dans 
une enceinte restant invariablement la même. 

Au regard illuminé des clartés de la foi, Lahore 
apparaît comme la vraie forteresse de Satan ; c'est 
l'impression qu'elle produit sur le chrétien. Que 
vous la considériez dans son apparence extérieure 
où que vous cherchiez à étudier les dessous de cette 
fourmilière humaine, c'est le désordre qui la 'carac- 
térise. Imaginez-vous une agglomération de construc- 
tions des plus bizarres et des plus irrégulières, 
entassées les unes sur les autres, traversées de rues 
tortueuses, étroites et obscures, encombrées d'im- 
mondices qui exhalent des odeurs pestilentielles ; 
une ville coupée de centaines d'impasses où hommes 
et animaux vivent pêle-mêle dans une repoussante 
malpropreté ; des demeures qui sont plutôt des antres 

T^ — 



■± 



%i 

58 DIX ANNÉES d'apostolat 

et où la lumière du soleil ne pénètre jamais: voilà 
l'aspect de cette cité fameuse dans l'histoire. Dans 
ces taudis sans air, végètent des milliers d'êtres 
humains qui ne franchissent jamais les murs d'en- 
ceinte; les bas-fonds de l'immoralité, de la perversité 
et de la malice s'étalent avec un cynisme révoltant 
dans ce milieu qui, placé sous- le sceptre tyrannique 
du prince des ténèbres, échappe à l'action de la loi, 
comme à celle des rayons du soleil. La ville est 
couverte de mosquées grandes et petites, de pagodes 
et de sanctuaires, où Mahomet et les bons et les 
mauvais génies des divinités hindoues reçoivent les ! 
hommages avilissants de milliers d'âmes faites pour- 
tant à l'image de Dieu. Il est douteux que jamais une 
créature vivant dans ce mélange d'Hindous et de ., 
Mahométans qui forment toute la population de f*' 
Lahore, ait été régénérée dans les eaux du baptême. ■ 

Telle était la formidable cidatelle de Satan qui se 
dressa devant les yetix d'apôtre de Mgr Pelckmans, 
lorsqu'il prit possession du siège épiscopal. L'ennemi 
était là, là surtout, fort d'une domination et d'un 
règne qui se perdent dans la nuit des temps et qu'on 
ne lui avait jamais disputés. Il fallait chercher à l'en 
déloger à tout prix. Monseigneur comprit que devant 
un tel antagoniste, les seuls moyens ordinaires abou- 
tiraient à un misérable échec. Il en conféra longue- 
ment avec son Excellence Mgr. Zaleski, Délégué 
Apostolique aux Indes, lors de son passage à Lahore. 
Mgr Zaleski lui suggéra d'user d'armes en apparence | 
faibles pour renverser ce qui était si redoutable, ! 
«Créez l'œuvre des baptiseuses,lui dit-il, telle qu'elle 

7% i^ 



AU PUNDJAB 59 

fonctionne admirablement- dans les diocèses du 
Sud dé rinde. Faites pénétrer des religieuses ou 
des femmes sûres et dévouées, qui éveilleront peu 
l'attention, au sein de ces foyers inaccessibles au 
prêtre catholique: par Tappât des médicaments, 
attirez les mères qui ne se séparent jamais de leur 
progéniture; vous aurez ainsi l'occasion de baptiser 
de nombreux enfants mourants, tout en cherchant à 
soulager leurs souffrances corporelles. Mais usez 
d'une extrême prudence. " 

Après mûre délibération et après s'être rendu dans 
les Missions indiquées par Son Excellence pour 
étudier sur place l'organisation de l'œuvre des bapti- 
seuses, fort de la bénédiction du représentant du 
Pape, il élabora son plan et attendit une occasion 
propice pour le réaliser. Comme il croyait pouvoir 
compter sur le concours d'une dame docteur, Mgr, 
se proposait d'ouvrir, au centre de la cité, un dis- 
pensaire où des religieuses hospitalières s'exerce- 
raient à la préparation des médicaments et à Tap- 
plication des remèdes, où elles feraient, en un mot, 
leur apprentissage d'infirmières. 

Les événements servirent providentiellement ses 
desseins. Non seulement la dame docteur dont nous 
avons signalé, précédemment déjà, la conversion, 
offrit ses services; mais, de plus, elle supplia l'Evêque 
de lui permettre de renoncer au monde pour se 
consacrer tout entière à Dieu. D'autre part, à la 
suite du transfert de l'orphelinat de St. Joseph, des 
sœurs expérimentées, venues de Belgique avaient pris 
la direction de cet établissement : de sorte que Mgr. 



^I ^w 

60 DIX ANNÉES d'apostolat 

pouvait trouver en elles les auxiliaires indispensables 
à l'exécution de son projet. 

Il restait à résoudre la question du local. Ce n'était 
pas la moindre. Car il fallait, pour réussir, s'instal- 
ler en pleine ville, où se présentait rarement l'occa- 
sion d'opérer une acquisition. Elle s'offrit cependant: 
par l'intermédiaire d'agents sûrs — il ne fallait pas 
éveiller les soupçons des Musulmans et des Hindous, 
— Mgr acheta, le 23 février 1897, une petite pro- 
priété située au centre de Lahore. Les frais en furent 
couverts par une généreuse bienfaitrice. 

Tous les obstacles étant aplanis, l'œuvre fut fon- 
dée. Elle fut placée sous le vocable de Ste Elisabeth 
de Hongrie, cette sublime protectrice de ceux qui 
^^ souffrent. J^; 

Le dispensaire fut ouvert, et bientôt, les mal- '^ 
heureux y affluèrent. Depuis, on y reçoit, par jour, 
une moyenne de 60 à 100 femmes et enfants qui sont 
traités gratuitement. 

Mais si les misères corporelles sont grandes, les 
misères spirituelles le sont davantage encore. La solli- 
citude des religieuses s'étend aux unes et aux autres. 
Grâce à leur admirable dévouement, à leurs soins 
infatigables, elles ne tardent pas à gagner la con- 
fiance et la gratitude des mères. Et c'est ainsi qu'elles 
parviennent à administrer le baptême à des centaines 
d'enfants païens, voués à une mort certaine et à qui 
Dieu ouvre ses demeures éternelles, où ils vont 
plaider la cause de leurs malheureux frères aînés et 
prier pour leur conversion. 

La forteresse de Satan est donc menacée de toutes 



•?" 



r%? 



— I ■ -^^ . 

f 

AU PUNDJAB 61 

parts: là-haut, par Tavant-garde des jeunes âmes 
régénérées dans les eaux sacramentelles; ici, par - 
les armes de la charité. 

Pourrait-elle résister longtemps à pareil assaut ? 

Encouragée par ce premier succès, Sa Grandeur 
résolut d'étendre à tous les centres de Missions l'or- 
ganisation des dispensaires. Déjà, des essais ont été 
tentés à Adah et à Sahowala par les missionnaires, 
en attendant que dés religieuses puissent y être 
envoyées. 

La nouvelle Mission de Dalwal, qui sera ouverte 
le 1^^ Janvier 1900, sera également dotée d'un éta- 
blissement similaire. 

Qu'il nous soit permis, en terminant ce chapitre, 
d'insister sur llmportauce des services rendus à }* 
l'institution, d'abord par la dame-docteur qui la 
dirige à Lahore et ensuite, par les reUgieuses qui la j 
secondent. Faibles aux yeux des hommes, elles sont i 
fortes aux yeux de Dieu par les belles vertus dont 
elles font preuve, et dont l'action ébranle la souverai- 
neté de l'esprit des ténèbres et mine son œuvre 
séculaire. 



K 



J^ 



.•jt 



^3 



^ va 



CHAPITRE SECOXD. 



_ — . — ^^^ 









JORSQUE la Province belge des Capucins prit 
^,^F>M possession du diocèse de Lahore, il n'existait 
aucune station dont le but immédiat fût la conversion 
des indigènes. 

Les premiers missionnaires belges, arrivés en 
Mars 1889, se livraient avec ardeur, sous la direc-. 
tion de Mgr Mouard, à l'étude des langues anglaise 
et hindoustani. Ils se préparaient par le travail, et 
i aussi ])ar la prière, à ouvrir une brèche dans la V^ 
place que commandait Satan, représenté par Maho- 
met et Yichnou. La prière, encore et toujours ! 
n'est-elle pas le moyen par excellence pour obtenir 
du Seigneur qu'il nous éclaire sur la voie à suivre? 

Jusqu'alors, aucune voix évangélique ne s'était fait 
entendre dans ce milieu de sectateurs. Une occasion 
favorable surgit vers le milieu du mois de Juin, dans 
le district de Sialkot, choisi par la divine Providence 
pour recevoir les premières semences de la bonne 
parole. 

Le Pi. P. Clément de Bassano (Italie) occupait, à 
cette époque, le poste de Chapelain militaire à 
Sialkot, petite ville située sur la rive gauche du 
Tchennah, à 30 lieues environ au nord de Lahore. 
Mgr s'y était transporté pour administrer la confir- 







"A 

■'A 
PQ 






r' ♦^ 



-5^ 



AU PrXDJAB 63 

mation aux enfants des Européens et à quelques 
soldats anglais. )1 reçut, en cette circonstance, la 
visite d'un Hindou, catéchiste presbytérien, très 
influent, qui avait eu de fréquentes entrevues avec le 
zélé chapelain. Ces entrevues avaient produit leurs 
fruits : cet Hindou se présentait, en effet, pour 
abjurer le protestantisme et faire profession de notre 
sainte Foi. 

Mais Mgr, toujours prudent, voulait avoir des 
preuves de la sincérité des sentiments du nouveau 
converti. Il lui enjoignit donc, avant de l'admettre 
au saint baptême, d'aller prêcher la vraie doctrine 
là où il avait répandu Terreur. 

Quelques semaines après, quelle ne fut pas l'agréa- 
ble surprise du P. Clément en voyant sa demeure 
envahie par les chefs des villages, par où avait passé le 
nouveau propagandiste ! Sa Grandeur, informée de 
l'événement, s'en réjouit et remercia le Seigneur de 
lui avoir manifesté si clairement ses desseins. Elle 
résolut donc de choisir Sialkot comme centre des 
premiers travaux évangéliques à entreprendre, et 
Elle y envoya les RR. PP. Godelroid, Liévin et 
Engelbert, ainsi que les chers frères Constant, Paul 
et Martin. 

Rudes travaux, s'il en fut! Que de déceptions et de 
mécomptes, que de privations et de souffrances de 
toute nature étaient réservés aux vaillants mission- 
naires ! 

Sous un soleil brûlant, il leur fallait parcourir, à 
cheval parfois, mais le plus souvent à pied, des localités 
distantes de 5 à 12 lieues de Sialkot. A la saison des 

'M ^ 



64 DIX ANNÉES d'apostolat 

pluies, alors que chemins et terres sont inondés, ils 
étaient obligés d'ôter leurs vêtements et de faire, 
plongés dans Peau jusqu'à la ceinture, un ou plusieurs 
milles. Le soir, accablés par la faim et la fatigue, 
ils devaient se contenter d'un maigre repas, d'un peu 
de riz cuit à l'eau, que de braves gens — Dieu en a 
mis partout ! — leur offraient. Et pour se reposer, un 
" charpail « ou lit indigène, disposé sous un grand 
arbre, autour duquel les indigènes, attirés par la 
curiosité, venaient s'attrouper bruyants, malpropres! 

Ils réussirent néanmoins, au cours de leur pacifique 
croisade, à établir trois quartiers généraux d'où ils 
rayonnaient dans les localités voisines, et où ils célé- 
braient les mystères du culte. Mais ici encore, 
^i(^ quelle indigence extrême! Une misérable hutte de J« 
terre, tel était leur asile à Adah, à Sahowala et à 
Daoki. 

Cependant, les courageux missionnaires allaient tou- 
jours, soutenus par l'exemple du Christ qui n'avait 
pas même une pierre pour reposer sa tête. Secondés 
par des catéchistes qu'ils avaient convertis, ils provo- 
quèrent, parmi les populations, un mouvement qui 
leur parut providentiel : plus de 80 villages vinrent 
à eux. C'était une nouvelle épreuve à ajouter à tant 
d'autres, mais plus terrible, plus désespérante! 

Le succès, en effet, n'était qu'apparent, parce 
qu'il avait été préparé par quelques catéchumènes, 
faux convertis et instruments de Satan, qui ne fai- 
saient preuve de zèle — les événements le démon- 
trèrent — que pour assouvir leur basse cupidité. 
Incapables d'ailleurs de supporter la vie de sacrifices 

1^. 



s^ 

AU PrXDJAB 05 

qu'impose notre sainte religion à ceux (jui veulent 
s'en constituer les apôtres, ces catéchumènes ne tar- 
dèrent pas à retourner à leur existence d'autan. 

Toutefois, les missionnaires purent administrer un 
assez grand nombre de l^aptèmes et former ainsi le 
premier noyau de chrétiens dans le district de 
Sialkot. Mais l'abominable conduite des catéchistes 
eut des consén[uences funestes pour l'avenir : elle 
pamlysa le mouvement vers le catholicisme ; d'autres 
défections se produisirent, et Tinfluence du mission- 
naire en fut gravement compromise. 

Il faut encore noter que la versalité des Orientaux 
est grande et que rinterêt matériel est le mobile 
essentiel de leurs actes. 

La plupart des villageois que les pères croyaient 
-*{ avoir gagnés à la sainte cause, n'échappaient pas à 
la règle générale. Une religion qui a inscrit à la 
première page de son code : ~ Bienheureux les 
pauvres! « et qui ne pouvait, par conséquent, leur 
offrir des avantages temporels, devait être aban- 
donnée pour celle de ministres sectaires qui avaient 
habilement exploité, à leur profit, les défauts et les 
passions des indigènes. 

Mais le véritable serviteur du Christ ne se laisse 
jamais abattre, ni rebuter. Son zèle s'accroît en raison 
des diflicultés, et son courage en proi^ortion des 
épreuves. 

Xos missionnaires continuèrent donc à se dévouer 
à leur œuvre. Ils se fixèrent auprès de leurs nouveaux 
chrétiens, sur qui ils veillèrent avec une inlassable 
sollicitude. Ils s'efforcèrent de raffermir leur foi 



f 



jp^. 



1^ 5 fe 



É^ ^ 

66 DIX ANNÉES d'apostolat 

encore chancelante. Tar la douceur dont ils firent 
preuve, parles marques de dévouement qu'ils pro- 
diguèrent aux malades et par leurs multiples té- 
moignages de charité aux plus pauvres d'entre eux, 
ils combattirent llndiftérence et tâchèrent de rame- 
ner au bercail les brebis qui s'en étaient éloignées par 
ignorance des bienfaits de notre sainte religion. 

Un événement, amené ^^ar d'impérieuses circon- 
stances, faillit compromettre définitivement les 
résultats de tant de labeurs et de tant d'efforts. Le 
nombre des pionniers de la Foi dut. en ce vaste 
district, être réduit à un père assisté dun frère lai, 
tous deux résidant à Adah. Il se conçoit qu'à partir 
de ce moment, les visites dans les villaoes éloiofués 
•,, furent très rares tt (lue la situation, florissante au 

début, devint bieutcjt précaire. Elle s'aggrava encore T^ 
au cours des années 18!i0 à 1894, et ce à un degré 
tel (jne Mgr. Pelckmins, qui avait consacré à l'entre- 
prise toute son activité, fut sur le point d'abandonner 
à son triste sort cette ingrate population. 

Mais avant de prendre cette urave décision. Mofr. 
voulut tenter un dernier et suprême efîbrt. 

Le R. P. Edmond dut, pour des raisons de santé, 
retourner en Europe. Il fut remplacé par le R. P. 
Vincent, qui se rendit à Adah pour constater si tout 
espoir était perdu. 

Dieu soit loué! les appréhensions de l'envoyé de 
Mgr. ne se réalisèrent point; l'épreuve à laquelle 
la Providence avait soumis les vaillants missionnai- 
res, paraissait devoir prendre fin. 

Vers le commeucement de l'année 1895, les chré- 

^T% . 



-1^. 



AU PUNDJAB 67 

tiens du district manifestèrent de meilleures disposi- 
tions, ouvrant enfin les yeux devant l'admirable 
spectacle de dévouement dont ils étaient témoins 
depuis cinq ans. Touchés par tant d'abnégation, 
éclairés soudain par la lumière divine, ils compri- j 
rent que le missionnaire ne voulait que leur bien en ' 
travaillant à les débarrasser du joug des protestants 
et des presbytériens. C'était le réveil de la foi qui 
s'annonçait. 

Le revirement qui supérait et dont le père Vincent 
suivait attentivement les progrès, aboutit à un 
résultat d'une portée considérable: l'école, qui, faut- 
il le dire, avait été délaissée, se repeupla. Ainsi, le 
missionnaire pouvait s'attacher de nouveau à son 
:f œuvre de préddection: préparer les jeunes généra- .f^ 

^ tions à la vie chrétienne. *" 

I 

Pas n'est besoin de démontrer l'importance capi- : 
taie de cette préparation. Un axiome est au-dessus 
d'une démonstration. Nous ouvrirons seulement une 
parenthèse pour rappeler qu'aux Indes, plus qu'ail- 
leurs, on rencontre d'énormes difficultés pour modi- 
fier la mentalité de l'homme mûr, et surtout pour 
extirper ses préjugés d'enfance. 

Suivons maintenant le 11. P.- Vincent. 

Tout en s'appliquant à inculquer les vérités fonda- 
mentales aux enfants dont le nombre ne cessait de 
s'accroître, il tâchait de les former aux habitudes 
de prière et d'assiduité à remplir leurs devoirs de 
jeunes chrétiens. Puis, il les prépara peu à peu à 
recevoir le sacrement de Pénitence. Et ce fut ainsi 
qu'il eut la consolation, grâce à sa science d'évangé- 



i^ 



68 DIX ANNÉES d'apostolat 

liste et à son zèle infagitable, de faire, le jour de la 
Pentecôte de cette même année, la première commu- 
nion à dix de S3S élèves les plus intelligents et les 
mieux disposés. Jour d'allégresse indicible, qui com- 
pensa largement des cruelles déceptions et des 
amertumes du passé! Touchante cérémonie, qui fit 
verser des larmes de joie et produisit sur les parents 
une profonde impression ! 

C'était un réel succès, précurseur d'autres. 

L'exemple des enfants, n'est-il pas vrai, exerce 
une grande influence sur la famille. Il fut, pour le 
diligent missionnaire, un puissant facteur pour s'in- 
troduire près des parents. Mais, l'action de la grâce 
dont ils avaient abusé une première fois, se manifesta 
^\ lentement. Néanmoins, plusieurs adultes purent être ypt 
admis à la Table Sainte. De sorte qu'il fut distribué, 
pendant Tannée 1898, mille communions aux 
chrétiens de la seule mission d'Adah. 

La conversion devait-elle être durable, cette fois ? 
Des indices qui trompent rarement et des faits des 
plus significatifs, semblaient corroborer nos espé- 
rances. Xous noterons: l'assistance régulière à la 
sainte messe, — Tattitude édifiante des nouveaux 
chrétiens pendant les offices, — leur empressement 
à appeler le prêtre au chevet des malades, — et enfin, 
rintérêt, sans cesse croissant, (pie les parents por- 
taient à l'institution scolaire. 

Le missionnaire puisait, dans ces manifestations de 
fidélité, de précieux encouragements. Quelque chose 
l'inquiétait encore cependant. Il est difficile, avons- 
nous déjà dit, d'aiTacher les Indiens à leurs prati- 

7% 



\1 ; t3 

"^c — ^ 

AU PUNDJAB 69 

ques superstitieuses, et il en reste des traces, même 
chez ceux qui se convertissent le plus sincèrement. 
Les en détacher complètement, serait-ce possible, 
se demandait avec appréhension le pionnier de la 
Foi?, 

Si donc la première étape vers le but à atteindre 
était franchie, une seconde s'ouvrait, moins hérissée 
peut-être (j^ue la précédente d'épines et de ronces, en 
tout cas, plus lente à parcourir. Un retour aux er- 
reurs du passé ne paraissait plus à craindre ; mais 
marquer le pas, se maintenir dans les positions con- 
quises, ce n'était pas assez; il fallait avancer dans le 
chemin de la vertu et par conséquent, le déblayer 
des vestiges de préjugés (j^ui l'encombraient encore. 

Nos braves missionnaires s'attelèrent à cette nou- 
^ velle tâche. Par leur vigilance toujours en éveil, ils 
prévinrent les rechutes ; par leur grande ténacité et 
leur patience admirable, ils surmontèrent les der- 
niers obstacles qui se dressaient sur la route. Ce fut 
long, pénible, ardu. C'est ainsi que plus de sept ans 
s'écoulèrent avant de pouvoir procéder au premier 
enterrement religieux. L'opiniâtreté des indigènes, 
en matière de sépulture, semblait irréductible, tant 
étaient invétérées les coutumes issues de leurs ridi- 
cules croyances quant à la tin dernière. 

Ce ne fut qu'à dater de 1897 que le P. Vincent eut 
réellement de l'espoir dans le succès de sa campagne. 
Et encore, bien que les parents assistassent au ser- 
vice célébré à l'église pour leur défunt, ils manifes- 
tèrent souvent des velléités de s'emparer du corps 
pour l'inhumer à leur façon. Le père devait parle- 

#5 



Pi 



^ %^ 

! 

I 70 DIX ANNÉES d'apostolat 

iiienter; et, s'il n'av^ait montré de Téuergie et de la 
fermeté, ils seraient retournés à leurs sottes sima- 
grées. Aujourd'hui, la partie est gagnée ; l'opposition 
a cessé, et les enterrements se font d'après le rituel 
romain . 

De même pour les mariages. Que de difficultés, ici 
encore ! En réalité, le mariage n'était qii'un ignoble 
trafic entre les pareîits qui se laissaient guider par 
leurs seuls intérêts matériels, sans se préoccuper du 
sort de leurs enfants. Presque toujours, la jeune fille 
était liv^rée, ou plutôt vendue, à un jeune homme 
qu'elle n'avait jamais vu. On ne la consultait point, 
on faisait fi de ses droits. De là, des unions les plus 
j malheureuses, des scandales sans nom qui affligeaient 
'^^ vivement le cœur du missionnaire. Ses sages avis wSi 
'' i étaient méconnus; son intervention se buttait aux 
! obstacles suscités par la cupidité la plus infâme, la 
spéculation la plus éhontée. Mais, vers le milieu de 
l'année 1898, il se produisit un événement sensa- 
tionnel : une jeune fille épousa un jeune homme 
de son choix, malgré la formidable opposition des 
parents. Cela fit grand l)ruit. On eût dit qu'on se 
trouvait à la veille d'une révolution. Et peu s'en fal- 
j lut que l'événement n'ébranlât les bases mêmes 
de notre entreprise. Heureusement, la fièvre se 
calma, grâce à la prudente intervention du R.P. dont 
la voix fut enfin écoutée. Les indigènes finirent par 
comprendre que les réformes qu'il voulait intro- 
duire, avaient pour but leur bonheur temporel et 
I leur félicité éternelle. La situation que nous venons 
d'esquisser, présentait, certes, des aléas; et, malgré 

-À ^ ?% 



S# 

AU PUNDJAB 71 

les résultats obtenus*, nos Ijien-aimés lecteurs pour- 
raient se poser à nouveau la question de savoir si la 
stabilité de l'œuvre était définitivement assurée. 

Nous avons déjà insisté sur les faits favorables à 
nos espérances. Si nous v revenons, ce n'est pas pour 
les signaler de rechef, mais pour constater qu'ils ont 
perduré, et que d'autres circonstances tendent égale- 
ment à raffermir notre conviction. A côté de l'intérêt 
toujours plus vif que les Indiens portent à notre 
institution scolaire, nous plaçons la respectueuse et 
réelle affection qu'ils témoignent au prêtre catho- 
li(j[ue. bien qu'il combatte impitoyablement les 
préjugés de leur race et soit continuellement en butte 
aux calomnies des ministres presbytériens. Ceux-ci 
ont. en outre, employé tous les moyens pour provo- 
quer la désertion da nos pauvres catéchumènes ; 
mais, cette fois, ils n'ont pas réussi. 

Dis lors, ne nous est-il pas permis d'envisager 
l'avenir avec une grande confiance? Dieu est avec 
nous, Il protège visiblement l'œuvre, sinon elle 
n'aurait pas résisté aux difficultés sans nombre que 
ses ennemis lui suscitèrent, et notamment à l'infâme 
trahison des catéchistes que nous avons relatée. 
Dieu veille donc sur la mission ^d'Adah. dont il a 
éloigné les agents de Satan. Des Judas étaient dans 
la place : mais leur défection produisit l'effet con- 
traire à celui qu'ils en attendaient : ils voulaient notre 
perte, et ils préparèrent notre salut ! Ils espéraient 
nous chasser, et nous nous maintînmes plus solide- 
ment sur le terrain qu'ils avaient miné pour mieux nous 
faii'e sauter. L'intervention divine était manifeste. 



%^ 

72 DIX ANÎÎÉES d'apostolat 

Aussi M.^T. Pelckmans n'hésita plus à améliorer 
les installations primitives de la Mission. Les trop 
modestes constructions en briques cuites au soleil, qui 
servaient d'église et de presbytère, furent rempla- 
cées par un " bungalow v où trois missionnaires 
pouvaient se loger. Une des chambres fut érigée 
provisoirement en chapelle, et la vérandah y atte- 
nante, en corps d'église, afin de pouvoir admettre 
un plus grand nombre de fidèles aux off"ices. Et tout 
cela en attendant; car le nouvel asile, bien qu'il fût 
mieux approprié et plus spacieux que le précédent, 
ne répondait encore qu'imparfaitement aux exigen- 
ces de la cono-réoation dont le nombre de membres 
devait être augmenté, 
•j Un nouveau projet, réunissant toutes les conditions .g)) 

^P désirables, fut conçu et adopté. On le fit exécu- i^ 
ter sans tarder, et la première pierre de la nouvelle 
église fut bénite et posée solennellement au mois de 
Janvier 1897, par Mgr. l'Évêque, assisté de son 
Vicaire général, le T. R. P. Edouard. Grâce à l'acti- 
vité et à l'intelligence que le R. P. Vincent déploya 
dans la direction des travaux, l'édifice s'éleva rapi- 
dement et put être livré au culte au mois de Mai de la 
même année. 

La Mission possédait enfin sa première église, dans 
un centre essentiellement indigène. Le 18 Mai, S. G. 
entourée de nombreux missionnaires, procéda à la 
bénédiction solennelle de l'édifice au milieu d'un im- 
posant concours d'indigènes, chrétiens et autres, 
attirés pur la nouveauté de la cérémonie. L'église fut 
placée sous le vocable de Notre-Dame du Mont-Car- 

?% ■ 



4^2 

AU PUNDJAB 73 

mel. avec, comme patron secondaire, le glorieux 
martyr de notre ordre, St. Fidèle de Sigmaringue. 
Située à quelques pas du presbytère, dans l'enclos de 
la Mission, elle mesure 50 pieds de long sur 20 de 
large et appartient au style gothique. 

L'église bâtie, le village d'Adah a pris toutes les 
allures d'une paroisse en règle. La cloche appelle 
chaque jour les fidèles au service diviit, égrecant 
ses joyeuses notes sur les environs, où elle proclame 
l'existence d'un Dieu souverain et d'une sainte j-eli- 
gion toute de paix et d'amour. Rien ne manque au 
lonctionnemebt régulier de la nouvelle paroisse. 
Chaque dimanche, les confessions sont entendues et 
la sainte Communion distribuée à un bon nombre 
■^ de chrétiens. La messe paroissiale est célébrée avec [, 
-^ chant et la bénédiction du St. Sacrement clôture '-^ 
dans l'après-diner le jour du Seigneur, inconnu au- 
trefois au sein de cette population païenne. Les fêtes 
solennelles de Xotre Seigneur, de la Ste. Vieroe. de 
St. Joseph, de St. François sont célébrées avec 
pompe ; et le résultat le plus consolant de notre 
propagande, c'est de voir tous les convertis s'appro- 
cher de la Ste Table. Les efforts persévérants du 
Père Vincent ont aussi triomphé des difficultés 
qu'éprouve l'ouïe des indigènes à s'approprier l'har- 
monie de notre musique. A force de patience, il est 
parvenu à faire apprendre aux enfants les chants 
de la sainte messe, ainsi que les hymnes nécessaires 
pour la bénédiction du St. Sacrement. 

A côté de l'église, et comme complément indis- 
pensable de toute Mission bien comprise, se dresse 



^Î^I %> . 

74 DIX ANNÉES d'apostolat 

l'école. Les garçons d"im côté, les tilles de l'autre, 
au nombre de 40 à 50 en été. de 80 à 90 en hiver, 
instruits chaque jour dans la science de la religion, 
aussi bien que dans les éléments de la lecture et de 
l'écriture en urdu. Vers le milieu du jour, on leur sert 
I des " chapaties » avec un bon plat de riz. atin de les 
i préserver autant que possible du vagabondage et de 
I l'influence pernicieuse du dehors, i/émulation est 
entretenue par une distribution annuelle d'habits à 
ceux qui ont fréquenté le plus régulièrement l'école 
et observé le règlement. Avant de terminer cette 
courte notice sur le premier essai d'apostolat auprès 
! des indigènes de notre diocèse. mentionnons quelques 
chiiïres qui donneront une idée d'ensemble des pro- 
^ grès réalisés dans ce centre : 446 baptêmes ont été r^^. 
'•^ administrés depuis l'ouverture de la mission, 49 ^ 
chrétiens ont reçu le Sacrement de Confirmation et 
j le prêtre a pu bénir une trentaine de mariages. Cette 
année. 1319 communions ont été distribuées. La 
population des chrétiens et des catéchumènes dis- 
séminés dans les différents villages qui se rattachent 
à la mission peut se répartir comme suit: 

Chrétiens baptisés Catéchumènes 



Adah 


71 


Béer 


59 


iSeju Kula 


30 


Chelitpur 


11 


Daoki 


15 


Piro Chak 


2 


Punj gran 


14 
202 



environ 


40 


.. 


35 


~ 


20 


r> 


20 


-, 


50 


V 


100 


„ 


50 




315 



7"^- 




< 

o 



y 



^ 

AU PU^DJAB 75 

Il im^oorte' d'ajouter que plusieurs autres villages 
païens ont également réclamé le ministère du prêtre-, 
mais que le nombre trop restreint d'ouvriers évan- 
géliques n"a pas permis d'assurer le service comme 
il conviendrait. Dès qu un ou deux prêtres pourront 
être envoyés pour renforcer la congrégation, il n'est 
pas à douter que l'influence de notre Ste. Religion 
ne s'étende considérablement aux alentours. 

Un petit dispensaire a été ouvert au presbytère ; 
et tandis que le missionnaire essaie de guérir les 
maladies du cor])S, il ne néglige pas de baptiser les 
enfants que les parents païens lui apportent mou- 
rants, dans l'espérance que la science médicale du 
Père en laquelle ils ont une confiance illimitée, les 
ramènera à la santé. Heureuse confiance qui o'^'re i*- 
ainsi au vrai médecin des âmes l'occasion de sauver 
pour l'éternité ces petits êtres qui, sans son con- 
cours, n'auraient jamais contemplé la face de Dieu ! 

Concluons donc qu'étant données les entraves par 
lesquelles la secte presbytérienne a cherché à enra- 
yer notre œuvre et voiré même à l'anéantir, les 
succès obtenus, eu égard au personnel restreint et à 
la modicité de nos ressources.nous permettent d'avoir 
foi en l'avenir. Le même travail qui s'opère à Adah, 
pourrait s'accomjDlir dans tout le district de Sialkot, 
partout oïl se rencontre cette classe de pau^'res gens 
que Dieu semble avoir voulu appeler les premiers à 
la connaissance de la sainte religion, si nous dispo- 
sions d'un personnel plus nombreux et de ressources 
suffisantes pour établir des écoles et organiser l'ensei- 
gnement du catéchisme dans tous les villages. Nous 

— #5 



M 



^ 



'6 



DIX ANNEES 'D'APOSTOLAT 



% 



travaillons déjà à préparer les enùints les plus intel- 
ligents et les plus aptes à remplir un jour leslbnctions 
de catéchistes, en attendant que notre chère Province 
nous envoie un rentort d'ouvriers pour défricher, sur 
une plus grande étendue, le champ évangélique. Et 
qui nous fournira aussi les moyens de créer un petit 
hôpital pour recevoir nos chrétiens malades, les 
soigner et les aider à bien mourir? Pour cette œuvre, 
non moins que pour l'éducation des tilles, le concours 
de trois ou quatre religieuses serait indispensable. 
Nous comblerions ainsi une grande lacunq dont nous 
souffrons depuis le début, et. à laquelle les circon- 
stances difficiles que la Mission a eu à traverser, 
n'ont point permis de remédier. 

Nous avons le ferme espoir qu'il sera pourvu bien- 
tôt à ces besoins. Xos bienfaiteurs, touchés de la 
profonde misère dans laquelle nos chrétiens gémis- 
sent depuis leur enfance, continueront, nous n'en 
doutons nullement, à nous prêter leur précieuxappui 
sans lequel nos efforts seraient vains. 



ve 



^m 



w 



7t^ 



^ — 

3 CHAPITRE TROISIÈME. Ç 

*?^ Fondation de la colonie chrétien ne ç 
■" i de Mariabad. |J" 





^t ¥W¥¥^»r *^2i^*^g«^ 



X Jan\àer l«î)i^, Mgr. Emmanuel Van Den 
I)Osch, nouvellement promu à Tévêché de 
Laliore, faisait sa première tournée pastorale dans 
les lointains villages du district de Sialkot. 

Sa Grandeur constata une situation lamentable. 
Les missionnaires rencontraient des difficultés exces- 
sives et devaient s'imposer les plus lourds sacrifices. 

Les chrétiens, plono-és dans une misère noire, étaient 
■9ÛJ . ... 

•^ asservis à dïmpitovables propriétaires musulmans. 

Délivrer ce.s malheureux de l'oppression sous la- 
quelle ils étaient courl)és. leur lournir des moyens de 
subsistance et pourvoir en même tsmps à leur in- 
struction religieuse. n*était-cp ])as ce qu'il fallait 
tenter de réaliser au plus tôt? 

Mais l'application de cette idée généreuse et fé- 
conde exigeait des dépenses considérables auxquelles 
le budget de la Mission, très réduit à ce moment, ne 
permettait pas de faire face. Il faïkit donc attendre 
des temps meilleurs. tout en implorant la divine Pro- 
vidence d'en hâter la venue. Les prières du dévoué 
Pasteur furent exaucées. 

Le Gouvernement du Pundjab, ayant colonisé la 
majeure partie du district de Gujramnala. mit en 
vente d'immenses terrains en friche. Profitant de 



W 



78 DIX ANNEES D APOSTOLAT 

cette occasion extrêmement favorable, Mgr. réussit 
à acheter, à un prix modéré, un terrain de 175 acres 
ou environ septante hectares. On a déjà deviné que 
son but était de fonder une colonie où il transporte- 
rait les malheureux chrétiens de Daoki et leur livre- 
rait ces terres à cultiver. Mais les vues spéciales que 
la Providence avait sur Mgr. Van Den Bosch, ne lui 
permirent 4)as de pousser plus loin l'exécution de son 
projet. Quelques mois plus tard, il fut appelé, en effet, 
à l'archevêché d'Agra. Toutefois Toeuvre était créée, 
et il échut à son successeur, Mgr. Godefroid Pelck- 
mans, de la continuer et de la développer, en un mot, 
d'en assurer la prospérité. 

Il convient de s'arrêter ici un instant pour jeter un 
-%j regard en arrière sur les débuts de la première J.^: 
'^ colonie chrétienne du Diocèse de Lahore, placée sous ^ 
la protection de la Très Sainte Vierge, sous le vocable 
de Mariabad ou ville de Marie. Débuts pénibles, que 
nous allons tâcher de retracer. 

Le 8 Janvier, les RR. PI*. Liévin et Engelbert en- 
treprirent le voyage de Mariabad, accompagnés des 
chr^''tions de Niki Daoki, à Teftèt de les y installer et 
de procéder à la répartition des terres. Ces chrétiens 
composaient le noyau de la communauté catholique 
formée par les soins du R. P. Engelbert et du fr. Paiul 
dans le 2*' centre de mission ouvert en 1889. La péré- 
grination fut pleine de péripéties. La distance à par- 
courir n'était rien moins que de 110 nulles anglais. 
On était en hiver, il faisait très froid, et l'aquilon 
soufflait avec violence. Poiu^ comble d'infortune, une 
pluie torrentielle avait rendu les chemins impra- 



ji ?% 




im 







: t;,-, 






"^•»M^ 









■y ■' ♦ 



1—1 



^ i4i. — . ^ _ 

AU PUNDJAB 70 

ticables. Deux nuits se passèrent à la belle étoile ; une 
troisième dans une étable à clièvres, trop petite pour 
abriter toute la caravane. Nos chrétiens s'envelop- 
paient soigneusement clans leurs couvertures tradi- 
tionnelles et se pressaient les uns contre les autres 
pour se garantir du froid; mais excessivement frileux, 
ils eurent énormément à souffrir malgré toutes leurs 
précautions. De plus, ils durent souvent se priver de 
nourriture, ne pouvant trouver du bois sec pour pré- 
parer leur modeste repas. Les missionnaires eurent, 
comme eux, leur part de privations et de souffran- 
ces. Ils parvinrent cependant à se procurer un 
" manji «(lit indigène) pour reposer tant bien que mal 
leurs membres fatigues. Enfin, a;:rès six jours de 
:(r marche, nos courageux pionniers arrivèrer.t au but ^ 
"^ de leur voyage. Leur séjour sur le terrain fut de cour- ' 
te durée; le partage des terres torniiné, ils durent 
battre en retraite déviant Limpossibilité pour l'Luro- 
péen de rester dans, la jungle, sans être suftisam- 
ment approvisionné des choses nécessaires à la vie. 
En quittant la. colonie, ils promirent aux chrétiens 
qu'un Père reviendrait bient(')t pjur habiter définiti- 
vement parmi eux. Et, en etfet, au mois d'Avril de 
la même année, les RR. PP. Désiré et Félix arrivèrent 
pour diriger les premiers ti'.ivaux. Les tribulations 
ne leur furent point épargnées dans les commence- 
ments. N'ayant pas encore de maison sur le terrain 
même, ibrce leur fut de chercher un refuue dans un 
village situé à sept milles, à Khangah-Dogran,oà ils 
purent disposer, pendant deux mois, d'un bangalow 
du gouvernement, sorte de maison de repos à l'usage 



M. 



80 DIX ANNÉES d'apostolat 

des officiers occupés à coloniser la contrée. A la 
rentrée d'un de ces messieurs, il fallait nécessaire- 
ment déguerpir et s'accommoder, tant bien que mal, 
d'une remise voisine; la sainte Messe se célébrait sur 
la table même où l'on servait le breakfast et sur 
laquelle un des missionnaires devait se reposer le 
soir; car il n'y avait qu'un seul lit, une seule table, 
dans ce pied-à-terre aussi exigu que mal aménagé. 
De plus, les habitants du village regardaient nos 
missionnaires d'un très mauvais œil et refusaient, 
même à prix d'argent, de leur fournir des victuailles. 
Dans ces conditions, la première chose qui s'impo- 
sait, c'était de construire une maison. 

Après bien des pourparlers, on réussit enfin à en- 
"Hk g^o^i' ^l^s maçons qui élevèrent un bâtiment d'un ^,-. 
aspect très bizarre. Les murs d'environ un mètre '*" 
d'épaisseur, construits de grosses mottes de terre 
séchées au soleil, étaient recouverts d'une couche 
de terre glaise en guise de chaux. La boue tint lieu 
de mortier. La toiture, selon la coutume orientale, 
était plate et d'une construction fort simple: un 
tronc d'arbre renversé sur les nuirs supportait des 
branches enchevêtrées sur lesquelles était étendue, 
une couche d'argile. La maison ne mesurait que 6 
mètres de long, sur 6 de large et 2 de haut. Voilà 
pour les missionnaires. 

Quant aux chrétiens, la plupart se taillèrent, c'est 
le mot, une sorte de cabane dans d'éj^ais buissons 
dont les branches, comme celles du saule pleu- 
reur, retombaient jusqu'à terre. Pour se garantir 
du froid et de la pkiie, ils entrelacèrent ces branches 




P3 
< 

S 



:^*- 



S^L 



M 



AV l'IXDJAB 



.81 



5' 



i 



ches d'herbes, laissant à peine une ouverture pour 
livrer passage à l'air et à la lumière. 

Le tout était entouré de ronces et d'épines pour 
se défendre contre les incursions nocturnes des cha- 
cals et autres animaux rapaces de la jungle rôdant 
sans cesse, en quête de rapines, pendant l'obscurité 
des nuits". D'autres se contruisirent un refuge au 
moyen de pieux plantés en terre et reliés par de 
de longues herbes recouvertes de boue. Toutes ces 
demeures avaient un aspect des plus bizarres et rap- 
pelaient, par bien des côtés, ces campements noma- 
des des tribus indiennes d'Amérique, perdues dans 
les savanes. 

Xos colons se mirent immédiatement à l'œuvre et 
défrichèrent les terres propres au labourage. La 
Ijesogne ne fit point défaut, le terrain étant littéra- 
lement couvert de buissons et d'arbustes. Après un 
séjour de deux mois à Mariabad, les missionnaires, 
exténués par les fatigues et les privations, durent être 
rappelés à Lahore pour refaire leur santé et repren- 
dre une nouvelle vigueur. 

Nous croyons intéressant de placer ici quelques 
notes historiques sur la contrée. 

Mariabad se trouve dans la partie du district tle 
(lujramnala appelée - Bar r. C'est une région plate, 
couverte de bons pâturages, entrecoupés de buissons 
et dé fourrés d'arbustes rabougris. Il n'est pas rare 
de rencontrer de vastes marécages, où croît une 
lierbe appelée par les indigènes « panui ;> et que les 
pasteurs recherchent pour leurs troupeaux. Au nord 
de la Bar, on trouve, çà et là, quelques villages pos- 

" ^ — "■ 



^ 



'M ^ -jit 

82. DIX ANNÉES d'apostolat 

sédant des puits et des terrains labourés ; mais quand 
on atteint le sud. Taspect change. 
i 11 est démontré que cette région fut très populeuse 
1 et entièrement cultivée, il y a quelques siècles, avant 
et durant le règne d'Ackbar (1556-1605) : on lit, en 
effet, dans les archives du gouvernement, qu'il y 
avait des puits de 12 en 1 2 acres. Mais les révolutions 
.' qui ont sans cesse bouleversé le Pundjab. plus exposé 
que les autres parties par sa position topographique 
aux invasions des puissances jalouses de la domina- ; 
tion de llnde, ont nécessairement amené le déclin de 
j l'agriculture si prospère en temps de paix. Peu 
à peu ces régions , couvertes jadis de villages, se dé- 
peuplèrent. Les traces de cette première pros])érité ■ 
:^ se constatent encore dans d'anciens remparts, où ^ 
des puits effondrés el: des ruines nombreuses attestent ' 
i l'existence de centres de commerce et d'activité. 
i Khanfrah Doo^ran, là où les missionnaires commen- 
cèrent leur vie de labeurs, remonte à cette antiquité. 
Le village contient en effet la tombe d'Abgah Skah, 
! qui vivait au temps d'Akbar. Il est à présent le siège 
î d'un Tahsildar ou percepteur des impôts, et par con- 
? séquent, chef-lieu d'un Tahsil ou canton. Cette loca- 
; litê a pris de grands développements depuis l'ouver- 
ture des canaux d'irrigation ; et tout fait prévoir que 
d'ici à peu de temps, elle deviendra un des centres 
les plus importants du district. L'on rapporte queles 
habitants de ce village n'emploient jamais de lits, 
ils dorment sur la terre nue par respect pour la 
mémoire d'un faquir (moine hindou), qui pratiqua 
cette austérité toute sa vie. 

"À ■ — ^ 




m 
P^ 
'A 
-'A 

I— I 
Q 

M 

H 

o 



i 



^<f Y- 

AU PUNDJAB 83 

Mais revenons à notre colonie chrétienne. Au mo- 
ment où le R. P. Félix se préparait à reprendre son 
poste, accompagné cette fois du fr. Constant, une 
grave et dangereuse maladie le cloua sur son lit et le 
força de rester à Lahore. En conséquence, le cher 
Frère dut partir seul. Aussitôt arrivé, il se bâtit une 
petite chapelle de dix pieds carrés, où, chaque jour, 
il réunissait les colons pour la récitation du chapelet 
et la leçon de catéchisme. Son zèle ne connaissait 
point de bornes ; la majeure partie de la journée, 
sous un soleil brûlant, le frère se trouvait aux champs 
dirigeant les travaux de ces pauvres gens fort inex- 
périmentés en fait de culture. 

Notre missionnaire ne tarda pas, sous ce climat 
meurtrier, à être victime de son courage admirable ^^ 
La chaleur intense. Tair corrompu par les miasmes 
s'échappant des marécages et des cliamps de riz, 
affaiblirent tellement sa santé que la fièvre paludé- 
enne l'atteignit. Une forte dyssenterie vint s'y join- 
dre et le réduisit en peu de temps à la dernière 
extrémité. Un ingénieur anglais, qui passait fortuite- 
ment, trouva le frère étendu sous un arbre, en proie 
à de vives douleurs. Immédiatement, il lui envoya 
une tente et fit chercher le médecin indigène le plus 
proche. Le docteur réussit à couper la fièvre, et peu 
après, le frère fut rétabli. Mais, comme c'est bien 
souvent le cas aux Lides, pour s'être hâté de repren- 
dre son travail trop tôt, une rechute s'en suivit. Il 
était couché dans sa tente, lorsqu'un jour une vio- 
lente tempête de sable la renversa; le pauvre malade, 
trop faible, se trouvait dans lïmpossibilité de se 



5^ i?r 



"k 



84 DIX ANNÉES Pi'APOSTOLAT 

dégager. Les chrétiens s'en aperçurent heureusement 
à temps et le tirèrent de sa critique position. Le 
courageux Frèie n'aurait pu résister longtemps; se 
sentant de plus en plus mal, il envoya sans tarder un 
courrier à Lahore pour informer les Supérieurs de 
son lamentable état ; un confrère vint le prendre dans 
une charrette à bœufs, assez confortablement appro- 
priée pour le transport d'un malade. 

Quelques semaines après ces événements, le T.R.P. 
Félix, rétabli, rentra dans la mission. Dès que la 
saison le permit, c'est-à-dire pendant les mois de 
chaleur et de sécheresse, on s'occupa, en vue de 
bâtir un village, de fabriquer des briques, travail très 
simple, consistant à façonner de la boue et à la 
^S laisser sécher au soleil. Bien que les ressources du V^ 
Fi. P. fussent très restreintes, il put, avec le concours 
de ses gens, achever avant l'hiver la construction 
de trente-cinq petites maisons, une pour chaque 
famille. Faut-il ajouter que les colons s'empressèrent 
d'abandonner leurs misérables huttes pour des habi- 
tations commodes, où ils disposaient de trois cham- 
brettesV Disons enfin que le village fut bâti sur deux 
lignes parallèles. 

Les maisons construites, et les terres défrichées 
étant réparties entre les différentes familles que l'on 
avait fait émigrer de Daoki, l'on prévit avec anxiété 
qu'à bref délai, les limites de la colonie ne pour- 
raient plus répondre à ses besoins. C'est qu'en effet, 
les enfants des deux sexes, envoyés aux orphelinats de 
Lahore pour y recevoir une éducation, chrétienne, 
reviendraient un jour, et se marieraient; d'où un 



71 



7% 




h-^' f' 








a 




y. 


t.> 










'K 










. «J. 


Q, 


♦-- 


x; 


■ \^r-.''' 


—' 


' 


-n 


,•» 


'A 


.-' 


-^ 




u 

a 



^ jié5 ^ 

AU PUNDJAE 85 

accroissement de iamilles. à rentretien desquelles il 
fallait songer. Sa Grandeur, Mgr Pelckmans. désireuse 
avant tout de consolider cette œuvre éminemment 
civilisatrice qui arrachait les chrétiens et les caté- 
chumènes au contact et à la dépendance des Maho- 
métans et des Hindous, négocia, à son retour d'F.urope. 
en 1896. Tachât d'autres terrains. Les circonstances 
servirent à merveille Mgr, , cette fois encore : car des 
propriétés a voisinant le village furent tout à coup 
mises en vente. Devant cette occasion unique, il 
u'hésita pas à faire le sacrifice de près de 50,000 frs. 
pour doter la colonie de Marie d'une nouvelle pro- 
priété foncière de 210 hectares, qui, ajoutée à la pre- 
mière,- couvrait une superficie totale de 280 hectares. 
it. C'est sur ces terres que peu à peu seront installés .^ 
^ les nouveaux ménages qui se développeront sous la * 
bénédiction de Dieu. Plusieurs jeunes gens sont déjà 
revenus de Lahore et sont de vrais exemples de 
bonne conduite et de régularité. Ils exercent une 
influence salutaire sur leurs parents encore très 
grossiers. Cette infiuence ne peut Jiianquer d'être 
décisive avec le temps: car, ainsi (pie nous le disions 
en parlant de la mission d'Adah, le travail de la 
grâce sur les personnes d'un âge mûr est lent et im- 
perceptible. Quoi d'étonnant? Avant de former de 
parfaits chrétiens de nos pauvres Pundjabis, il faut 
tout d'abord en faire des hommes. 

Et c'est une œuvre lente et (pii demande une 
angélique patience que de les soustraire à cette 
existence d'apathie, de malpropreté et de désordre 
qui, si on ne la réforme en ces points, paralyse 

" î^ k 



86 DIX ANNÉES d'apostolat 

complètement toute tentative d'amélioration morale. 
Ce fut en février 1896 que se conclut le contrat de 
vente des nouvelles terres. En même temps que le vil- 
lage s'étendait, l'on modifiait l'habitation des mission- 
naires, de façon à pouvoir v loger commodément les 
deux pères et le frère établis définitivement dans la co- 
lonie. La chapelle provisoire, attenante au presbytère 
mesurait 60 pieds de longueur sur 12 de largeur. Mais 
quelle pauvreté à l'intérieur ! Certes, elle était loin de 
répondre à la dignité des augustes mystères qui s'y 
célébraient chaque jour. Une simple table de bois 
recouverte des nappes nécessaires au sacrifice servait 
d'autel : une statuette de la Ste Vierge et les petites 
stations du chemin de la croix en constituaient tout 
^^^ le mobilier! Rien qui put rappeler les splendeurs 
d'une égUse ! Dieu vivait là et nous remémorait le 
dénùment de Bethléem. Il fallait, cependant, chercher 
à améliorer ces trop modestes installations ; d'autant 
plus que le naturel de l'indigène, éminemment 
impressionnable, a peut-être plus besoin que les 
Occidentaux d'être frappé par les magnificences du 
culte et les imposantes proportions d'une église. 

Hélas! comme toujours, en pays de mission, les beaux 
projets, bien qu'ils soient des plus urgents et des plus 
nécessaires, sont menacés d'échouer devant la pénu- 
rie d'argent! Le diocèse ayant à faire face à d'énormes 
frais exigés par l'entretien et le développement 
des institutions existantes, ne pouvait, surtout après 
l'acquisition des 210 hectares, songer à s'engager 
dans de nouvelles dépenses. Les circonstances 
n'étaient rien moins que favorables. Mais le Seigneur 

3^ -T^jl ■■ 



^ . s^ ^ 

AU PTTCDJAr. J^T 

n'abandonne jamais ceux c[ui prient et espèrent. 
L'événement confirma à nouveau cette vérité si con- 
solante. La Providence envoya le T. R. P. Ldouard, 
Supérieur Régulier de la Mission , dont l'intervention 
fut des plus efficaces. Faisant appel à la Province 
Belge quïl représente si dignement depuis 7 ans. il 
recueillit, avec l'aide du T. R. P. Jean-Baptiste, ! 
Procureur de la mission, les sommes nécessaires, et 
prit l'initiative de construire une église digne de ce 
nom. devenue le jovau de notre mission indigène. 

Le 4 Octobre de cette même année. Mgr l'Évêque. 
accompagné du T. R. P. Edouard, son Vicaire géné- 
ral, vint visiter Mariabad et présider à des cérémo- j 
nies qui prouvaient, mieux que les plus éloquentes j 
narrations, le zèle avec lequel les missionnaires 
^ avaient fait marcher de front, et l'agrandissement 
matériel du village, et son perfectionnement moral. 
Il ne s'agissait rien moins que d'administrer solen- 
nellement le Sacrement de baptême à 2^ adultes et 
enfants, — de confirmer 16 chrétiens. — de donner 
la 1*^ communion à 12 jeunes gens et enfin, de procé- 
der à la bénédiction et à la pose de la l'"^' pierre de 
la future église. Toutes ces cérémonies réussirent à 
merveille, sous les yeux de nos chrétiens et catéchu- 
mènes émus. La iournée se termina par une repré- 
I sentation de mimique et de musique à l'indigène, 
; pendant laquelle nos chrétiens firent de leur mieux 
I pour égayer leurs augustes visiteurs. On tira enfin 
un petit feu d'artifice qui laissa dans l'imagination 
de nos colons un inoubliable souvenir de la fête. 
I Cependant, à cette époque de la première visite de 

^ . . -^,_-_ 



^ 



^■-_ %J! -K. 

88 DIX ANNÉES d'apostolat 

MtT. tout était loin d'être parlait. Bien des choses 
désirables restaient à accomplir, surtout en ce qui 
concernait l'assainissement du village. L'absence de 
puits privait les habitants d'eaux potable et les obli- 
geait de recourir, pour leurs usages domestiques à 
l'eau boueuse et impure des canaux d'irrigation. 11 
en résulta des fièvres qui affligèrent parfois le village 
tout entier. Le T. R. P. Edouard vint généreusement, 
cette fois encore, au secours des missionnaires ; il 
ordonna le creusement d'un puits, s'ofPrant à col- 
lecter l'argent nécessaire pour en couvrir les frais. 
Ce n'était pas chose aisée que de trouver de l'eau dans 
cette région de la Bar. où la quantité moyenne de 
{ pluie annuelle est presque nulle et les chaleurs exces- 
JX sives. Il fallut fouiller le sol jusqu'à une profondeur y^ 
de 70 pieds avant de rencontrer les nappes souter- 
raines. Aussi, les travaux coûtèrent-ils près de 
2000 frs, mais le bien-être dont jouirent immédiate- 
ment nos chers chrétiens, dédommagea suffisam- 
ment des sacrifices qu'il avait fallu s'imposer. Quant 
aux conditions dans lesquelles les lîR. PP. avaient dû 
vivre jusque là, il importait de les améliorer encore. 
La pauvre maison qui les avait abrités pendant 
plusieurs étés contre les ardeurs brûlantes du soleil, 
fut remplacée par un presbytère convenable et soli- 
dement bâti. Mgr en paya toutes les dépenses, et 
rendit ainsi le séjour de Mariabad moins funeste pour 
la santé des missionnaires. 







£1 

Q 

1—1 
o 

5 



:^i i4i 1 

AU rrND.TAB 89 

L'œuvre de Mariabad. 

Lorsqu'en l«y3, les premiers colons arrivèrent sur 
ces terres en friche, ils n'étaient qu'une poignée: ils 
ne possédaient pas même les instruments les plus 
indispensables pour la culture : ils n'avaient d'autre 
abri que la voûte des cieux ou les branches des buis- 
sons. Aujourd'hui, ils sont 553 formant un village 
(]ui peut-être placé au premier rang parmi ceux qui 
ont surgi sur la ligne d'irrigation alimentée par la 
rivière Tchennab. Le plus pauvre d'entre les colons 
possède au moins une paire de bœufs ; il y a des fa- 
milles qui ont jusqu'à dix têtes de bétail, biens acquis 
par leur travail. Les 280 hectares qui constituent 
la propriété foncière du village de Marie sont culti- 
vés, les moissons apportent l'aisance et le bien-être 
au milieu de gens qui. autrefois, ne vivaient que du 
produit de la 4-apine ou de l'exploitation du vice. 

Quand, il j a six ans le missionnaire planta sa 
tente sur ce sol sauvage et couvert de broussailles, 
il se vit en face d'incertitudes et de difficultés qui 
étaient bien de nature à décourager quiconque n'a 
pas à sa disposition- l'un ou l'autre de ces grands 
ressorts dont tout gouvernement fait usage pour 
donner de l'impulsion à ces sortes d'entreprises, 
savoir: l'argent, le pouvoir et les hommes. Coloniser, 
c'est bien, mais à condition de disj^oser de ces fac- 
teurs. Or, le pauvre missionnaire ne pouvait compter 
ni sur l'un, ni sur l'autre. Et il partit cependant, suivi 
de ses chrétiens miséreux qu'il aimait tant et qu'il vou- 
lait à tout prix arrachera la servitude de maîtres durs 



5^ 



■Â #5 ^ 



iiL 



90 OTX ANNÉES d" APOSTOLAT 



et inexorables ;il s'exila avec eux, sur ce coin de terre, 
pour travailler à corriger leurs vices, en faire des 
hommes d'abord, des disciples du Christ ensuite : il 
' les emmena io^norants et orrossiers et leur dit : Tail- 
I lez, coupez, défrichez. Et vouant à cette œuvre tout 
' son temps et toute son âme. il réalisa des prodiges. 
] Se faisant tout à tous, il ne dédaigna pas de descen- 
dre dans le sillon pour guider les pas incertains de 
: ses colons, il prit la hache de la même main, qui lui 
servait à manipuler le compas. Et tour à tour culti- 
vateur, artisan, ingénieur, médecin des âmes et des 
1 corps, car son zèle s'étendait à tous les besoins, il fit 
I sortir un village, plein d'activité, là où pendant de 
' longues années avait réo-né le silence des déserts; il en 
-y dressa les plans, ainsi que ceux de son presbytère et !^ 
^, de son église fil éleva, à la.gloire de Marie Immaculée, p 
I non seulement un tabernacle de pierres pour abriter 
l'humilité de son Fils, mais mieux encore, il façonna 
par sa parole et par son ardeur apostolique des 
] tabernacles vivants, où Jésus-Christ est servi, adoré, 
I aimé. Il mit la prière sur des lèvres et dans les cœurs 
! fermés jusqu'alors sous le sceau de Satan. Telles 
, furent les phases par lesquelles passa l'œuvre do 
! Mariabad. L'imperceptible graine, dont la germina- 
tion fut si lente et si laborieuse, a produit un arbuste 
vigoureux, vivifié dans tous ses rameaux par la rosée 
divine. Et nous espérons quïl deviendra, avec les 
prières de nos frères et le généreux concours de nos 
bienfaiteurs, un arbre majestueux dont les branches 
i s'étendront au loin sur toute la contrée environnante, 
! pour l'abriter sous une même foi et la réunir en un 

li ^- — ^ 




h- 1 
•y 



K 



n. 



AU PUNDJAB 91 



f-. 



même culte. Ce sont tous ces événements si conso- 
lants, si pleins encore d"espérances pour l'avenir que 
Sa Grandeur Mgr Pelckmans et le T. li. P. Edouard 
entourés d'un nombreux clergé, sont venus célébrer 
le 8 Décembre 1898, eu procédant à la bénédiction 
solennelle de la nouvelle église dédiée à Marie Im- 
maculée. 

Répétons en terminant cet aperçu des travaux 
d'une œuvre si éminemment apostolique, les paroles 
par lesquelles le digne et dévoué Pasteur du diocèse 
résuma les sentiments et les impressions de tous ceux 
qui l'entouraient en cette mémorable circonstance : 
^ Nous avons toute raison d'espérer qu'avec la béné- 
^ diction de Dieu, sous la douce égide de Marie 
^ Immaculée et par vos efforts intelligents et unis, 
« cette jeune et nouvelle colonie sera un jour la perle •^ 

- de notre Diocèse et la source de nos plus grandes 

- consolations. - 
Après l'Eglise, la bâtisse d'une école pour garçons 

et pour filles s'imposait tout naturellement. Les res- 
sources de la mission ne permettant pas d'entre- 
prendre cette nouvelle fondation, le Pi. P. Archange 
envoyé de Sahowala à Mariabad fit un appel à quel- 
ques amis d'Anvers, et non sans effet. Un premier 
secours lui permit de jeter les fondements de l'école 
et un second d'achever la construction. A ces âmes 
charitables et dévouées reviennent l'honneur et le 
mérite d'avoir doté Mariabad d'une belle école, après 
avoir orné l'église de Sahowala d'un autel, au pied 
duquel le prêtre et les nouveaux chrétiens ne cesse- 
ront de prier pour leurs généreux bienfaiteurs et 



5à| ^-^ j£ 

92 nix ANNÉES d'apostolat 

bienfaitrices ! Cette école était à peine bâtie que les 
enfants y affluèrent en très grand nombre. 

Sur ces entrefaites le K. P. Archange fut appelé 
par ses Supérieurs à Dalliousie pour y remplir les 
insignes fonctions de Professeur en Théologie auprès 
des jeunes pères; c'est le Pt. P. Philipjje qui dirige à 
présent l'importante école de Mariabad avec le zèle 
infatigable et le dévouement persévérant dont il a 
fait preuve à Adah. 



S^ ^l 




7% te 




< 

•/J 



p 
o 



5ùL 



i^ 



-ii^ 




CHAPITRE QUATRIEME. 






^<Py^|^^ç^^ç.5R^^^5K^^ 






Mission de Sahowala. 

<m^-i^ê^^ "j*'^*^''? (Mme 






ORIGINE de cette Mission se rattache pour 
^«^fll ainsi dire à celle d'Adali. Parmi les nombreux 
villages qui recoururent aux lumières du chapelain 
militaire de Sialkot, se trouvaient ceux de Sahowala, 
de Mampur, de Muma et de Ganjiwali, qui ont formé 
depuis le cercle d'action dont Sahowala était le 
centre et où nos missionnaires, quoique toujours sur 
jT la brèche, eurent à vaincre autant de didicultés et 
"^ éprouvèrent autant de déboires qu'à Adah. 

Sahowala, situé à onze milles de Sialkot. est un 
gros village, qui a quelque peu les airs d une petite 
ville. Son nom lui est venu d'un riche propriétaire 
hindou, appelé Saho, qui en est considéré comme le 
fondateur: l'histoire ne nous dit pas à quelle date. 
Environ 13,000 habitants en forment la population 
qui se compose surtout d'Hindous et de Sickhs. 
adonnés au commerce et d'un bon nombre de Maho- 
métans, la plupart cultivateurs. Mais le ministère 
évangélique s'exerce principalement parmi la caste 
des « churas « qu'on trouve un peu partout et qui, 
revendiquant le monopole des travaux les plus bas et 
des besognes les plus serviles, occupe le dernier 
échelon de l'échelle sociale. C'est parmi eux, en effet, 
que se recrutent surtout les hommes de peine, 



'S 



■^ 



-k 



f^ = J^ 

i>4 DIX ANNÉES d'apostolat 

qu'Hindous, Mahométans ou Sickhs emploient dans 
les différentes branches de leur industrie. Ils sont 
nécessairement à la merci de leurs maîtres. 

Cfi fut en 1889 que les premières semences de la 
bonne parole tombèrent sur ce champ infidèle, dans 
cette classe qui forme aujourd'hui la communauté 
chrétienne de Sahowala. liC E. P. Lié vin, envoyé à 
cette époque pour prendre la charge de cette mission 
! naissante, ne fixa point sa résidence à Sahowala 
I même, mais à Gunjiwalu situé à deux milles de là, 
d'où il visitait les villag;-es environnants. Faute de 
personnel et à cause de changements survenus dans 
la mission d'Adah, il dut quitter son poste après cinq 
mois, pour prendre la direction de cette dernière. 
^N Sahowala et son rayon de villages à évangéliser ne S^ 
furent cependant pas abandonnés. Se multipliant à 
mesure que le travail augmentait, le R. P. Liévin, 
tantôt d'Adah, tantôt de Sialkot, continua à visiter 
les nouveaux convertis, les perfectionnant dans la 
^ connaissance de la religion et prodiguant les conso- 
lations de son ministère aux malades et aux mou- 
rants. Aussi souvent que le permettaient les exigences 
de la mission d'Adah, dont il avait pris toute la 
responsabilité, il venait résider plusieurs jours au 
milieu de ses ouailles moins favorisées de Sahowala; 
il vivait de leur pauvreté, et s'attachait à fortifier les 
sentiments de ces convertis encore chancelants dans 
la foi, et par cela même, appelant toutes les sollici- 
tudes de son zèle. Une situation si défavorable et si 
préjudiciable au bien des âmes ne pouvait perdurer. 
L'avenir de la nouvelle chrétienté dont l'accroisse- 

À ^ ■ 



i^ 



AU PUNDJAB 95 



ment menaçait dêtre à jamais enrayé, réclamait le 
séjour permanent d'un missionnaire. Exposé à l'ac- 
tion débilitante des vents chauds, surpris souvent par 
des pluies torrentielles ou arrêté par les inondations 
\ de la mousson, le K. P. Lié vin, ne disposant que 
d'une pauvre monture, ne pouvait résister longtemps 
à la tâche, malgré son courage héroïque. 

I)"un autre côté, l'importance de Sahowala, tant 
I au point de vue de la population que des relations 
• commerciales, n'avait point échappé aux yeux de 
j Sa (Irandeur, qui avait toujours caressé l'espoir de 
faire de cet endroit un centre d'opérations fécondes. 
! (iuidé par ces considérations, Mgr Pelckmans acquit 
l le 24 mars 1897, à promixité du village, un lot de 
terrain de cinq kamals et trois marlaks. On con- 
struisit sans tarder une petite maison comprenant 
\ deux chambres pour servir à la fois d'abri au 
; missionnaire, d'école et de chapelle, en attendant 
I que l'on jetât les fondements d'un presbytère et 
' d'une église proprement dite. Ce ne fut pourtant 
qu'au commencement du mois d'Août, que les deux 
chambres terminées, deux missionnaires, le II. P. 
l Archange et le frère C onstant, furent envoyés pour 
t' . tirer cette chrétienté de son état de torpeur. Grâce à 
l'inépuisable charité et à la patience da frère Con- 
'• stant, qui, connaissant la langue, se multipliait au- 
) près des habitants, la confiance renaquit, et, fait 
; capital, l'école se repeupla. Les enfants d'abord, les 
\ parents suivront. Car l'enfance, — nous ne cesserons 
! de le répéter — n'est-elle pas la grande ressource du 
missionnaire pour établir solidement son œuvre ? 



is 



À 



-^ 



J^ ^ 

96 DIK ANNKE8 d'a 1M)S TOLAT 

L'école étant donc bien fréquentée, le II. P. Ar- 
change put s'occuper fructueusement de la jeune 
génération, à qui il commença par apprendre de 
nouveau les prières, oubliées hélas! pendant la 
période difficile qu'on venait de traverser. Mais à 
peine réorganisée. Dieu éprouva cruellement la mis- 
sion, et cela au moment où tout semblait promettre 
un succès rapide. Le frère Constant, brisé par plus de 
dix ans de travaux continus, surmené en ces derniers 
temps par la surveillance des ouvriers et les embar- 
ras qu'occasionnaient les nouvelles bâtisses, ressen- 
tit, vers la fin de Septembre, les premiers atteintes 
du mal qui l'emporta quelques semaines plus tard. 

f Son zèle avivé par le désir ardent de se dévouer sans 
^ mesure à l'œuvre qui lui avait été confiée, lui fit 
négliger de prendre les soins que réclamait son état. 
Ce qu'il considérait comme un simple refroidisse- 
ment se changea bientôt en pleurésie et nécessita son 

j transport à Lahore, où, malgré la science du docteur 
et les soins des frères il s'endormit dans le Seigneur, 

' le 22 Octobre 1897. emportant avec lui les plus 
belles espérances. Sa mort enlevait à la mission un 

j auxiliaire très précieux; par sa droiture, par ses 

! manières affables avec les indigènes, il avait su ga- 
gner leurs cœurs et leur confiance, et il exerçait sur 
eux une influence pleine de promesses. Dieu Ta 
repris, alors que nous le croyions si utile! Mais II a 

, voulu nous donner, sans aucun doute, un puissant 
intercesseur qui, maintenant, prie avec plus d'ardeur 
et veille avec bien plus de vigilance encore sur le 
troupeau qui occupa toutes ses pensées et absorba 

7i — ^ te 



S^B j£ 

AU PUNDJAB 97 

jusque dans ses derniers moments toutes les énergies 
de son âme. R.I.P. On le remplaça par le frère Martin. 

Cependant les travaux qu'on avait entrepris, 
avançaient rapidement, et le 8 du mois de Décembre 
de la même année, à la fête de l'Immaculée Concep- 
tion, Mgr délégua le T. R. P. Dominique, chancelier 
du Diocèse, }jour pj-océder à la bénédiction de la 
première pierre de la nouvelle église. Quelques se- 
maines plus tard, le presbytère étant achevé, les 
missionnaires s y installèrent; ce qui mit fin à une 
situation non seulement désagréable, mais défavo- 
rable aux progrès des élèves. 

Les missionnaires purent aifecter aux exigences 
scolaires tout le bâtiment provisoire et reprendre 
ji^ sérieusement Tœuvre de réforme et d'éducation. ^^ 

Cet heureux changement amena aussi la création 
d'un dispensaire qui fit entrer la mission de Sahowala 
dans une phase bien consolante pour le mission- 
naire. 

Son Excellence, Mgr Zaleski, Délégué Apostolique 
aux Indes Orientales, avait, en plusieurs circonstan- 
ces, insisté auprès de Sa Grandeur sur la nécessité 
d'organiser " l'œuvre des baptiseuses » à l'instar 
de celle qui a déjà été établie dans le sud de l'Inde. 
De fait, des obstacles presque insurmontables résul- 
tant de. croyances de caste et de la condition ser vile 
dans laquelle la femme est tenue, enrayaient d'une 
façon inquiétante le développement des missions 
catholiques du nord. Le foyer indien reste impitoya- 
blement fermé aux investigations de l'extérieur. Ces 
foyers emmuraillés par de ridicules préjugés sont trop 

7i i?Ç ; k 



54- 



98 DIX ANNÉES d'apostolat 



souvent, hélas! ie théâtr^ de drames les plus dou- 
loureux. Là, de pauvres petits êtres sont étreints 
par la main froide de la mort avant d'avoir su ce 
que c'était que de vivre ! La grande mortalité des 
enfants indiens, dont les principales causes peuvent 
être attribuées au vice, à la malpropreté et à la 
pauvreté, n'avait pas échappé au zèle vigilant des 
missionnaires, et le désir de sauver ces petites âmes 
infortunées les préoccupait vivement. Parfois, leurs 
tentatives réussissaient ; mais comme les occasions 
étaient fort- rares, il fallait trouver un moyen dont 
l'application pût être généralisée. Quant à heurter 
de front les funestes préjugés qui enveloppaient la 
, vie familiale, on ne pouvait même j songer. ^ 

2^ Les missionnaires avaient observé que l'Indien \^ 
recourt volontiers aux médicaments, et surtout 
lorsqu'on les kii offre gratuitement. Us ouvrirent, 
dans une des chambres du presbytère, une pharmacie 
populaire, où ils espéraient attirer la femme indi- 
gène, et avec celle-ci, son enfant; car elle ne s'en 
sépare point. Les débuts furtint très difficiles; et 
dès que l'on sut dans le village que le - padri sahib -^ 
s'offrait à guérir tous les maux, la prêtraille mu- 
sulmane et hindoue s'émut, et défense fut faite 
aux adeptes d'approcher de la maison. Mais on ne 
tint pas compte pendant longtemps de cette défense. 
N'est-ce pas pour l'homme un besoin impérieux et 
irrésistible que de chercher à soulager et à 
guérir les maux qui l'accablent ? Et petit à petit, 
malgré les menaces des faquirs et d'autres per- 
sonnages de cet acabit, hommes, femmes, et enfants 

-À f%l k 




o 



55 
H 

o 
I 

Q 
I— ( 



i^5_____ :__]£ 

AU PUNDJAB 99 I 

affluèrent à la porte du frère Martin, répétant la 
même ritournelle « Paclri Saliib ji dawai-Monsieur le 
Père, des médecines! ,i Notre bon frère dut s'impro- 
viser chirurgien, médecin et apothicaire. Et il opéra 
des cures merveilleuses, grâce à l'intervention divine 
et à la foi robuste que les gens avaient en son pou- 
voir de guérisseur. Car, son officine n'était pas bien 
riche: du sel anglais, de Thuile de ricin, de l'eau- 
de-vie camphrée, et c'était à peu près tout! j 

Plusieurs guérisons réalisées dans les commence- ! 
ments, assurèrent au frère apothicaire une réputation 
d'habileté qui se répandit au loin. Ce ne fut plus de 
Sahowala uniquement, où, soit d.it en passant, ceux 
qui avaient cherché à entraver l'œuvre, se laissèrent 
jf convaincre tout comme les autres, mais de villages :]j 
très éloignés que l'on accourut au dispensaire. La 
« clientèle 5, s'accrut dans de telles proportions qu'à 
certains jours, il fut administré des soins et des | 
médicaments à cent personnes. Voici d'autres chiffres: | 
du l<^r Octobre 1898 au 30 Septembre 1899, ' 
13,739 personnes ont reçu assistance au dispensaire. 

Comme bon nombre de femmes se présentaient | 
accompagnées de leurs inséparables nourrissons, les 
uns maladifs, les autres mourants, ce fut le moment 
d'organiser le baptême des enfants « in articulo mor- 
tis. « Usant de prudence et d'adresse, le zélé frère, ! 
qui, en cett3 qualité, éveillait moins de soupçon que le | 
« padri sahib >; saisit toutes les occasions qui lui furent | 
offertes. Sous prétexte d'administrer des lotions au i 
petit malheureux qui se mourait entre les bras de sa I 
mère, il le faisait passer des ténèbres du péché origi- 



54 '!^ 

1 100 DIX ANNÉES D APOSTOLAT 

i nel à la lumière divine de la grâce, sous les yeux des 
parents et d'autres infidèles qui assistaient, stupides 
et inconscients, au mystère caché de la régénération. 
Ce fut ainsi que depuis l'ouverture du dispensaire, 
du P-" Novembre 1897 jusqu'au 30 Septembre 189Î), 
oTG baptêmes d'enfants « in articulo mortis <• purent 
être administrés. La plupart de ces pauvres petits 
êtres moururent après leur baptême : quant aux 
autres, il est fort probable que sur dix baptisés, à 
peine un seul échappa. Les parents, venant parfois de 
très loin, ne se souciaient point d'informer le mission- 
naire, et la constatation officielle des décès n'existe 
guère en dehors des grandes cités. 

Dieu bénissait l'œuvre, et II la protégeait sans 
aucun doute en nmltiphant le nombre de ces petits 
anges qu'il appelait autour de son trône et dont la 
prière, s'élevant comme un encens pur, inclinera 
son cœur à verser sur cette Inde, si peu accessible 
encore au travail de la grâce, la lumière nécessaire 
à la conversion. Et par leur intercession, Il fera 
miséricorde à ces peuplades plongées depuis des 
siècles dans les ombres du paganisme et de l'erreur. 
A côté du dispensaire se trouve l'école qui est en 
voie de prospérité. Faut-il noter qu'ici encore, on eut 
à vaincre des difficultés? On devait, en eïet, lutter 
contre l'insouciance excessive des parents, arracher, 
pour ainsi dire, les enfants au foyer domestique, afin 
d'obtenir une fréquentation régulière. Contrairement 
à ce qui existe en Europe, les parents ne viennent 
nullement en aide aux éducateurs : ils ne s'in- 
quiètent guère de s'assurer si leurs enfants fré- 

7^ ^ j,^ 



2v 



Jp 




< 

'A 

O 



-:5 
-a 



-Ji^ ht. 

AU PUNDJAB 101 

queutent ou non l'école. L'instruction leur est parfai- 
tement indifférente. Cependant, les bons pères par- I 
vinrent à secouer quelque peu cette apathie et à , 
exciter Témulation par l'appât de récompenses en 
nature. Ils recueillirent ainsi un nombre de 80 à 100 
élèves, auxquels ils enseignaient, outre la lecture et 
l'écriture en urdu, les notions de catéchisme néces- 
saires à tout chrétien. 

Et cette nouvelle génération bien éduquée, solide- 
ment instruite dans les dogmes de notre sainte 
religion, habituée insensiblement à assister aux 
offices et à recevoir les sacrements, n'est-elle pas notre 
plus grand espoir ? 

L'exemple des enfants — nous l'avons déjà dit — 
entraînera les adultes et leur ouvrira les veux aux ,_ 
aveugles. Ils seront de plus la souche féconde de '\£ 
mariages chrétiens, d"où sortiront des générations de ' 
plus en plus imprégnées de cet esprit catholique, 
qu'il est bien difficile, après tout, d'inculquer à ceux 
qui ont vieilli dans les erreurs et les vices de l'infidélité. j 

Vers la fin du mois d'Avril 1898. la construction 
de la nouvelle église fut terminée. Sa Grandeur I 
Mgr Pelckmans vint au village pour en faire la béné- j 
diction solennelle. L'éo^lise, d'une seule nef, est bâtie 
en style roman, d'une ornementation simple, mais 
de bon goût. Ses dimensions sont assez vastes pour j 
contenir plusieurs centaines de personnes. i 

Ce fut un jour do fête, et pour les indigènes : le jour 
du grand '^ tamasha n . Cette expression est, dans 1 a 
langue du pays, synonyme de fête; elle s'approprie 
admirablementà tous les événements qui sortent du 

"M »?ç "te 



IV 

102 DIX ANNÉES d'apostolat 

cours ordinaire des choses. Une bénédiction d'église, 
qu'était-ce donc? A en juger par les apprêts, par 
l'ornementation de l'édifice, par les guirlandes et 
les oriflammes décorant les murs, la cérémonie devait 
être extraordinaire. Aussi, attira-t-elle une foule 
énorme dont l'attitude respectueuse édifia Mon- 
seigneur. 

Après la bénédiction de ce nouveau temple élevé 
à la gloire de Dieu et dédié au divin Cœur de Jésus, 
le R. P. Archange chanta solennellement la Messe, 
assisté de ses deux collaborât surs, les ER. PP. Vin- 
cent et Philippe. 

Cette belle journée les dédommagea des difficultés 
et des déboires qui avaient assailli leur pénible minis- 
tère. Ils entrevoyaient maintenant des résultats \^ 
pleins d'espérance, et ils pouvaient, tout en faisant 
monter leur reconnaissance vers le Ciel pour le bien 
déjà réalisé, regarder l'avenir avec plus de confiance. 
L'événement leur apportait l'espoir que le Seigneur 
accomplirait la promesse qu'il fit à Salomon après la 
dédicace solennelle du Temple : " Mes yeux resteront 
ouverts et mes oreilles attentives à la voix de ceux 
qui prieront dans ce lieu; car je l'ai choisi et je l'ai 
sanctifié, pour que mon nom y soit loué éternelle- 
ment, et que mes yeux et mon cœur y demeurent à 
jamais tous les jours ! « 






7%- 



il 



^ 



¥■ 



.J CHAPITRE CINQUIEME. Ç 

c 



M 



IDJ^IjHIOTJSIE- 



fe?«* 






§ I. — L'église de Saint-François d'Assise. 



5^ 



E jour de F Assomption, en l'année 1894, 
t->.=^^ i Mgr Godefroid Pelckmans eut la consolation 



de bénir, à Dalhousie.la première chapelle catholique 
bâtie sur les hauts sommets de cette partie des 
Himalayas confiée, le 25 Novembre 1888, au zèle des 
Capucins de la Province Belge. Il en avait jeté les 
fondements en 1889, alors qu'il exerçait les fonctions 
d'aumônier auprès des troupes anglaises cantonnées 
en cette région. Cet événement marquera dans les 
annales de notre Mission: car, bien que cette église 
n'ait à l'heure présente d'autre usage que de pour- 
voir aux besoins religieux des Européens résidant 
dans cette station pendant la saison chaude, elle 
est appelée à devenir un centre d'où nous espérons 
faire rayonner sur la contrée environnante l'action 
salutaire de notre Ste Pieligion. 

Quelques détails au courant de la plume sur ce 
coin pittoresque du diocèse. C'est sur une des chaînes 
secondaires des Himalayas, voisine des pics neigeux, 
que s'élèvent les trois sommets distincts qui forment 
la station de Dalhousie. Bakhrota, le plus considé- 
rable des trois, est à une altitude de 2.512 mètres ; 



K 



7K 



■^ 



i'^ 



y^ ^^ . 

104 DIX ANNÉES d'apostolat 

Terah occupe le centre, à 2.241 mètres ; et Potreyn 
sur lequel sont construites notre chapelle et la rési- 
dence des Pères, clôt les limites de cette magnifique 
station, une des plus saines des Himalayas. Les 
Ano-lais ont fait de ce lieu, encore snuvao-e il v a une 
cinquantaine d'années, un séjour vraiment enphaii- ' 
teur. 

Rien ne saurait rendre le splendide spectacle 
dont on jouit quand, le matin d'un jour d'automne, 
on contemple d'un sommet voisin, les trois cimes qui 
se dét ichent sur le fond bleu et ensoleillé du ciel de 
l'Inde avec leurs Hancs boisés d'où émerofent les 
gaies et gracieuses habitations des Euroj)éen8. Le 
Gouvernement, au prix de dépenses énormes, y 
'^y entretient tout un établissement militaire, où. pendant y? 
les chaleurs de l'été, sont envoyés les soldats malades 
ou débiles. Toutefois, ceux qui par devoir ou par 
nécessité habitent cette région toute l'année, ont 
à souffrir des rigueurs des hivers. C'est ainsi qu'en 
1892. la station fut littéralement bloquée sous les 
neiges, qui, en certains endroits, atteignaient 30 à 
35 pieds de hauteur. 

Les bâtiments de l'hôpital, du dépôt et des bureaux 
de l'administration de la garnison s'échelonnent le 
long des pentes que couronnent les hauteurs de 
Dalhousie. En 1873, le chapelain se construisit à ses 
propres frais, sur une petite éminence faisant face à 
l'hôpital, une modeste demeure, espérant qu'un jour 
ses moyens pécuniaires et l'intervention généreuse 
du (îouvernement lui permettraient d'ériger une 
chapelle pour y abriter Notre Seigneur. Ses désirs ne 

7% k 



^ i# l€ 

i AU PUNDJAB 105 

r 

se sont point réalisés. et la petite maison de Balune a j 
servi jusqu'en 1899, époque où elle fut vendue, tout | 
à la fois de chapelle pour les troupes et de résidence ; 
pour le prêtre. 

Lorsqu'en 1889. la Province Pîelge des Capucins 
envoya au Pundjab une caravane de jeunes mission- 
naires, Mgr Sympliorien Mouard crut bon de les , 
placer dans la station la plus saine et la moins chaude ! 
de la mission. Là. ces élèves, pourraient, avec plus j 
de liberté et de facilité continuer leurs études théolo- i 
giques ; en même temps, ils s'initieraient à la connais- 
sance de l'anglais et s'acclimateraient dans leur 
seconde patrie. La petite maison de P)alune leur fut 
assignée. Se serrant un peu, tirant parti de tous les 
coins de l'étroite résidence, nos jeunes apôtres s'esti- 
maient tout de même heureux de goûter les dou- 
ceurs de la pauvreté séraphique. Bientôt le Seigneur 
leur ménagea, en ces commencements assez difficiles. 
une surprise providentielle. Un catholique, >L Berril 1 . 
ancien officier de police, vint leur offrir généreuse- I 
ment ses services. Avec un désintéressement parfait. ' 
il s'improvisa leur professeur d'anglais. Ses leçons de 
I lecture, d'orthographe et de grammaire, sa conver- 
! sation agréable et son commerce facile leur apla- 
nirent les aspérités de la langue, et hâtèrent le 
i moment où ils i)Ourraient utilement se dévouer à la 
mission. Cependant l'exiguïté du local, aussi bien que 
Téloignement très considérable du centre de la station 
; civile de Dalhousie, préoccupait Mgr Mouard, et il 
; attendait l'occasion de louer ou d'acheter une maison 
I plus rapprochée. L'aumônier avait d'ailleurs seul , 

7i #5 ' te; 



5. 



S^ 

106 DIX ANNÉES d'apostolat 

rautorisation de résider dans les limites de la zone 
des casernes; et d'un jour à l'autre, le Gouvernement 
pouvait lui susciter des difficultés. D'autre part, il 
était urgent pour le bien des catholiques qui n'appar- 
tenaient pas au cantonnement militaire, de leur offrir 
plus de facilité pour remplir leurs devoirs religieux. 
Il advint qu^une des maisons les mieux situées fut 
mise en vente; et, au mois de Décembre 1890, grâce 
aux aumônes de nos amis de Belgique, nous étions à 
même de l'acheter. Mgr Godefroid Pelckmans, exer- 
çant alors les fonctions de directeur du petit sémi- 
naire, de professeur de théologie et de chapelain, 
indiqua la place où devait s'élever la future chapelle, 
et la pioche fit sauter aussitôt les premières pierres 
destinées aux fondements de l'édifice. Travail ardu, 
s'il en fut, inexpérimentés que nous étions dans ce 
pays; travail enrayé de toute façon, notamment par 
l'opposition sourde des francs-maçons de la Municipa- 
lité, la mauvaise foi des entrepreneurs, et par les 
surprises réservées à quiconque veut asseoir un tel 
bâtiment sur le flanc d'une montagne. M. Berrill, 
avec l'intelligente collaboration de M. Cameron, 
protestant, ingénieur au service civil, prit la direc- 
tion de l'entreprise que le T. R. P. Edouard, 
actaellement Supérieur Régulier et successeur de 
Mgr Godefroid, put mener à bonne fin après trois ans 
et demi. De l'avis de tous, cette petite église, con- 
struite en style gothique d'un très bon goût, est la 
perle de notre mission. 
I 

-À ^ ^ ?%■ ' ~~~ "tsC 




o 



-a 

Ci 

GO 

ta 

9 



^(_ i# —42: 

AU PUNTKJAB 107 I 

§ II. — Le Couvent et le Pensionnat du 
Sacré-Cœur de Jésus. 

Le complément nécessaire de toute paroisse bien ' 
organisée est et restera toujours Técole. L'école et 
l'église s'appellent mutuellement et se complètent. 
C'est à l'école sous l'autorité de la discipline, que 
se forme le caractère moral et chrétien des enfants, 
qui feront plus tard honneur à la religion dont 
ils reçoivent les divins enseignements. A cette épo- 
que surtout, où l'éducation domestique aux Indes 
est entachée de l'indifférence la plus déplorable sous 
le rapport religieux, la nécessité d'ouvrir des asiles 
à la jeunesse s'impose impérieusement à la conscience 
de ceux que Dieu a choisis pour être les guides et les 
sauveurs de son peuple. En pays de mission, les J: 
jeunes âmes sont à la merci de toutes sortes de 
doctrines et des exemples les plus pernicieux, si elles 
ne sont arrachées de bonne heure au foyer de la 
famille, qui est trop souvent une source de perver- 
sion par la divergence lamentable des convictions 
religieuses du père et de la mère. Déplus, les insti- 
tutions philanthropiques des protestants ou de la 
franc-maçonnerie, excitant bien souvent l'avarice des 
parents par l'appât d'une éducation à bon marché, 
ont avili les mœurs et perdu plus d'un enfant catho- 
lique. Mgr se rendit parfaitement compte de cette 
situation, et conçut le projet d'établir au moins un 
pensionnat dirigé par les religieuses et destiné à 
l'éducation des nombreuses jeunes filles résidant en 
été dans cette station sanitaire. 



1^ 



^ 



108 DIX ANNÉES d'apostolat 

La coutume de se transporter sur les montagnes 

pendant les mois de la saison chaude, a pris depuis 

quelques années une extension extraordinaire, ce qui 

i fait qu'une partie notable de la société anglaise 

• déserte les plaines, amenant eu conséquence un fort 

; contingent d'enfants auxquels nous ne pouvions ott'rir 

î d'asile. Dalliousie n'était pas toutefois absolument 

dépourvu d'établissement scolaire à l'époque où Mgr 

I projetait l'érection d'un couvent et d'un pensionnat. 

j Les ministres protestants, disposant de grosses 

! sommes d'argent fournies par les sociétés évangé- 

j liques, avaient, depuis plusieurs années déjà, ouvert 

I une école dans la loge môme des francs-maçons. Forts 

de leur position, ils exerçaient une sorte de contrainte 

I morale sur les parents catholiques qui se trouvaient 

(C: dans l'alternative de leur livrer leurs enfants, ou de 

les voir privés de l'instruction nécessaire. D'un autre 

côté, le diocèse ne possédant aucune institution de ce 

genre sur les montagnes, les enfants éduqiiés dans 

nos instituts des plaines, et auxquels les parents 

désiraient procurer un climat plus doux, étaient 

envoyés dans d'autres diocèses mieux favorisés que le 

nôtre. Pour cjnibler cette lacune, mais par-dessus 

tout pour sauvegarder l'avenir religieux de tant de 

jeunes âmes, Sa (rrandeur saisit la première occasion 

qui s'oftVit pour acheter un terrain où l'on })ût. avec 

le temps, bâtir un couvent et un pensionnat. En 1^97. 

le llaja de Cachemire mit en vente à Dalhousie une 

de ses villas, située à cin([ minutes de distance de 

l'église de St-François. C'était vraiment providentiel: 

et Mgr n'hésita pas. Il écrivit au T. K. P. Procureur 

^ . ^ 



s 



i^ 

AU PUKDJAB 109 

de la Mission belge et fit un appel ardent à la généro- 
sité des bienfaiteurs de Belgique, mais les sommes 
recueillies se trouvèrent insuffisantes pour couvrir 
l'achat. Comme TafFaire était de nature telle qu'elle 
ns souffrait aucun retard et que, d'ailleurs, la Provi- 
dence semblait si visiblement seconder ses vues, 
Mgr fit un emprunt et dota la mission d'une belle 
propriété, voisine des bâtiments d'Alverna. 

n chargea le T. R. P. Edouard, son Vicaire Géné- 
ral, de raser la maison qui d'ailleurs n'était bâtie que 
sur des soliveaux pourris et msnaçait ruine, et d'en 
construire une assez vaste pour pouvoir y installer 
une institution religieuse. Au prix des sacrifices 
pécuniaires les plus considérables, le couvent fut 
achevé en l'année 1898 et dédié solennellement au 
S. Cœur de Jésus. Sans délai, quatre soeurs de la 
Congrégation de Jésus et de Marie de Lyon, y furent 
envoyées; les prospectus furent lancés et le pension- 
nat ouvert incontinent. L'effet fut désastreux pour 
l'école protestante. La sympathie que le public 
accorda aussitôt à la nouvelle institution, prouva une 
fois de plus la confiance que les parents, même 
appartenant à des confessions dissidentes, ont 
toujours placée dans l'éducation donnée par nos 
saintes et dévouées coopératrices, les religieuses. 
Cette bienveillance paya en grande partie les sacri- 
fices accomplis. Parsis et protestants retirèrent peu 
à peu leurs enfants de l'école patronnée par la franç- 
maçonnerie, et. malgré les tentatives désespérées des 
ministres évangéliques pour sauver les derniers 
vestiges de prospérité de leur œuvre scolaire. naguère 

^ 



110 DIX ANNÉES d'apostolat 

I 

encore si opulente, elle mourut de sa belle mort et 
ne se relèvera pas de sitôt. C'est que l'argent (et ce 

I nerf de la guerre ne manque jamais aux sociétés 
évangéliques) n'est pas le seul ressort vital de ces 
genres d'institutions, qui requièrent par dessus tout 
une vie de dévouement et de sacrifice. 

Et les parents sont, au demeurant, malgré leurs 
préjugés religieux, bons juges en cette matière, 

i désirant surtout que leurs filles soient élevées mora- 
lement. Le couvent du Sacré-Cœur resta donc seul 
maître de la place. Naturellement, comme la société 
qui fréquente eu été cette station se compose en 

t grande partie de protestants, il en résulta que la majo- 
rité des enfants admises au pensionnat était protes- 
tante. Toutefois cet état de choses ne contrarie ni la ^ 
discipline religieuse de l'établissement, ni l'action 
bienfaisante que les religieuses désirent exercer sur 
les enfants catholiques. Car, outre que les chances de 
conversion sont décuplées parmi ces âmes tendres 
en qui l'erreur et les préjugés de religion n'ont pas 
encore poussé de racines profondes, aucun des exer- 

! cices de piété n'est omis sous prétexte de ne pas 
froisser les susceptibilités religieuses ; côte à côte 
avec leurs compagnes catlio]i(|ues, les petites pro- 
testantes assistent à la Ste, Messe le matin, à la récita- 
tion du rosaire le soir, et d'une même voix, sinon 
d'un même cœur, récitent ensemble les prières 
. ; catholiques. Le bien que de telles fondations peuvent 

I réaliser est incalculable. Sans ces asiles où les con- 

I naissances nécessaires aux jeunes filles leur sont 

I distribuées avec l'enseignement religieux, et où les 



AU PUNDJAB 111 

c:erme^ de vertu sont cultivés et les racines vicieuses > 
° . . .1 

extirpées par la douce et incomparable sollicitude de ! 

ces mères spirituelles, que deviendraient ces enfants, 
dans un pays où Satan, il faut bien le redire, excerce 
encore sa suprématie sur la majeure partie des âmes? 
Chrétiens généreux qui lirez ces lignes, n'oubliez 
pas les sacrifices que l'érection de ce couvent a coûtés 
à Sa Grandeur et à son digne coopérateur, le 
T. R. P. Edouard, Supérieur Régulier. Sil existe et 
produit déjà des résultats consolants, il est cependant i 
loin de répondre à Tidéal rêvé par Mgr, et reste i 
encore dépourvu de bien des choses désirables pour 
en faire un pensionnat modèle. Vous avez devant 
vous un objet digne d'intéresser à la fois, et votre zèle, 
et votre charité. C'est surtout, retenez -le bien, par ['^ 
les écoles que les âmes sont sauvées, régénérées, 
christianisées dans tous les pays, mais avec bien plus 
de vérité encore dans les pays de mission. Et tandis 
qu'ici les influences perverses du paganisme et de 
l'hérésie se sont infiltrées dans tous les rapports : 
sociaux et ont envahi jusqu'au foyer domestique, ; 
seule l'école catholique se dresse comme une forte- ' 
resse sous les remparts de laquelle les âmes trouvent ' 
une protection efficace contre le flot noir et impur du i 
mensonge et de l'impiété. Partout où elle s'élève, i 
l'école est un phare lumineux et un refuge pour la 
vertu. Mettez-nous à même d'agrandir cette institu- 
tion salutaire, et soutanez d'une main généreuse cet 
asile offert non seulement à la jeunesse catholique, j 
mais aussi à ceux que nous voulons arracher aux ' 

y^ 5?ç— ^ 



5/ 



:^ i^i 



112 DIX ANNÉES d'apostolat 



ombres de la mort et éclairer de la vraie lumière. 
Vous aurez fait une œuvre de salut, méritoire })our 
la vie éternelle. 






Qfl Ii£ 



•^ —^ ^ 



>^ ^ 



^ CHAPITRE SIXIÈME. 




2 FEI^OZElï^OK/E € 

L n'est peut-être aucune cité dans le Pundjab 
I sur laquelle il existe moins de documents 
historiques que Ferozepore, encore qu'elle soit consi- 
dérée comme une des principales villes de la Province. 
Les seuls vestiges d'antiquité échappés aux injures 
du temps, sont un vieux fort que l'on dit avoir été 
: bâti par Feroz-Shah, empereur de Delhi en 1387. Il 
■•^/ est à présent si complètement en ruines (j^ue n'était 
un monticule couronné d'un mausolée musulman, 
son souvenir serait enseveli dans l'oubli. Après avoir 
été successivement occupé par différents maîtres, 
I Ferozepore finit par tomber, en 1833, à la mort de 
I Sadarmi Tuchman et Lunnar au pouvoir des Anglais. 
I Ces derniers toutefois n'exercèrent qu'une souverai- 
j neté purement nominale jusqu'en 1837, époque oii ils 
;j en prirent formellement possession. Un agent poli- 
■ tique représentant les intérêts de la Compagnie 
Orientale des Indes, fut nommé comme chef de la 
place avec quelques troupes comme escorte. 

Les choses en restèrent là jusqu'au moment où 

éclata la guerre du Pundjab en 1845. Après les san- 

j glantes batailles de Moodhee, Feroz-Shah, Aliwal, 

livrées contre les Sickhs, mais surtout après l'enga- 

! gement désespéré de Sobraou, à cinq lieues environ 



£ 



^ ^ ^ 

114 DIX ANNÉES d'apostolat 

de Ferozepore. où l'armée sickh perdit 8000 hommes 
et les Anglais laissèrent 2083 des leurs, les vain- 
queurs passèrent le Lutley.la nuit même delà victoire, 
et occupèrent définitivement Ferozepore. L'histoire 
rapporte que ce combat eut lieu presque au même 
endroit où Alexandre-le-Grand livra une de ses mé- 
morables batailles. 

Depuis lors, la Cité fut occupée par un cantonne- 
ment militaire permanent, et un vaste arsenal fut 
construit pour fournir les munitions de guerre à 
toute la Province. Inutile de dire que le Gouverne- 
ment protestant fit bientôt bâtir une superbe église 
pour le service des troupes, en majeure partie ])ro- 
testantes, et que les catholiques restèrent abandon- 
nés à leurs propres ressources. \^ 

A force d'économies et de sacrifices, le Père Michel- 
Ange Jacopi finit par recueillir assez d'argent pour 
se construire une petite résidence et une chapelle des 
plus modestes. Ceci se passait en 1852. Les choses 
marchèrent lentement et sans difficultés sérieuses 
jusqu'à l'explosion de la révolte des Cipayes en 1857. 
A cette date, le 61*^ régiment anglais et deux régi- 
ments indigènes, le 55^ et le 45®, étaient cantonnés à 
Ferozepore. Les officiers anglais, commandant ces 
deux derniers régiments, avaient pleine confiance 
dans la loyauté de leurs subordonnés, quand le 14 
Mai, la nouvelle arriva à Ferozepore que les troupes 
indisrènes s'étaient révoltées à Meerut. Ce fut comme 
une traînée de poudre. Sans perdre du temps, les 
Anglais diriçfèrent les femmes et les enfants des 
Européens résidant dans la station vers l'arsenal, 

-À ■ ^ 



^^ 



^ 



X 



AU PUNDJAIÎ 115 



afin de les mettre à l'abri des attaques des rebelles. 
Ils avaient malheureusement à passer par le camp 
du 45*^ régiment d'infanterie indigène qui, dans un 
premier moment de surprise, ne parut pas soupçon- 
ner le but de ce convoi qu'on introduisait dans 
l'arsenal. ]\lais cette hésitation ne fut pas de longue 
durée ; et dès qu'il eurent la certitude que les victi- 
mes qu'ils avaient en vue leur échappaient derrière 
les portes de fer, ils tentèrent d'escalader les remparts; 
ils furent heureusement repoussés par les assiégés. 
La nuit suivante, le cantonnement européen fut le 
théâtre de la plus sauvage dévastation. 

Les troupes mutinées se ruèrent sur la place, in- 
cendièrent non seulement les maisons particulières, 
3^ mais aussi les bâtiments publics; l'église protestante ^ 
et la pauvre petite chapelle catholique, fruit de tant 
de privations, n'échappèrent pas à leur fureur. Le R. 
P. Sébastien, chapelain militaire d'alors (il vient de 
mourir à Allahabad plein d'années et de mérites), fit 
des efforts suprêmes pour sauver des flammes, et sa 
chapelle, et le St. Sacrement. Mais si soudaine avait 
été l'attaque qu'il vit en quelques instants son enclos 
rempli de vrais démons à face humaine, qui mirent le 
feu à la maison, aux remises, à l'église, et transformè- 
rent l'enceinte en un brasier immense 

Aidé de son soldat d'ordonnance qui devint plus 
tard religieux sous le nom de frère Denis, il tenta à 
plusieurs reprises de pénétrer dans la chapelle pour 
arracher aux flammes le St. Sacrement, mais ce fut en 
vain; ils dui^ent assister, l'amertume et la tristesse dans 
l'âme, à cette profanation sacrilège, et voir réduire 

^ ^ ^^ç— ^ 



V 



^ : 

lUi DIX ANNÉES d'apostolat 



en cendres ce qu'ils avaient de plus cher au monde. 
Comment le Père Sébastien échappa à la furie de ces 
démoniaques, cela resta un fait inexpliqué! 

Quand la tourmente révolutionnaire fut apaisée et 
que la confiance mutuelle se rétablit entre maîtres et 
subordonnés, le Père Sébastien se mit en devoir de 
relever de ses ruines le temple bâti au prix de tant 
de sacrifices. Tendant la main à toute âme de bonne 
volonté, il quêta sou par sou l'argent absolument 
nécessaire pour jeter les foniemeats d'une nouvelle 
chapelle. Il trouva une assistance des plus efficaces 
dans le dévouement des soldats irlandais, qui non 
contents de donner leur obole, offrirent spontanément 
^^ le travail de leurs mains et s'improvisèrent qui ma- 
é^ çons, qui charpentiers, qui hommes de peine pour ^C 
hâter l'achèvement d'un édifice que leur foi réclamait 
si ardemment. Mais cette chapelle, construite avec 
plus de foi que d'art architectural , était condamnée 
à être rasée en 1880 par le comité des ingénieurs du 
Gouvernement, chargé du service des bâtiments 
publics réservés à l'armée. En place et lieu de cette 
chapelle qui menaçait ruine, les autorités militaires 
mirent à la disposition de Taumônier des soldats 
catholiques, tantôt une des casernes, tantôt le cabinet 
de lecture où la messe était dite chaque dimanche. 
Ce triste état de choses dura jusqu'à la fin de 
l'année 1889. Grâce aux démarches et aux instances 
répétées du R.P.Medlycott (actuellement évêque) au- 
près du Gouvernement anglais, ce dernier sanctionna 
l'érection, aux frais de l'Etat, de la magnifique 
église dont nous donnons ci-joint la photographie. 




-'A 

y 

-5 
-5 
■A 
> 

O 



5' 



. S^ ■ 

AU PUNDJAB 117 

Elle répond complètement aux exigences du culte 
et peut facilement contenir 800 personnes. Sa Gran- 
deur, Mgr. Mouard, eut la consolation de la bénir 
solennellement en 1890. 

Un nouveau pas dans l'embellissement de cet édi- 
fice vient d'être accompli par Mgr Pelckmans. 
Faisant droit à des pétitions reitérées, le Gouverne- 
ment a élevé tout autour de l'enclos de l'église un 
mur qui en rehausse beaucoup la beauté. De plus, 
Sa Grandeur est actuellement occupée à bâtir une 
résidence pour le prêtre, et Elle espère la bénir avant 
la fin de Janvier 1900. Le terrain offert par le Gou- 
vernement touche à l'enclos et le creusement d'un 
puits aux frais de l'État a permis de commencer im- 
médiatement la construction du presbytère qui sera 
terminée sous peu. 



j^. 



"#v te 






! 
fi CHAPITRE SEPTIÈME. 

M — -^ — 

^ Le Couvent des sœurs de Jésus 
^ et de Marie à Siaikot. 

\ 

OMME le district de Siaikot fut choisi dans les { 





desseins miséricordieux de la Providence 
pour recevoir les premières semences de la bonne 
nouvelle, il ne sera pas sans intérêt de dire un mot de 
cette importante cité, et, à cette occasion de rappor- 
ter un fait merveilleux qui se passa dans l'enceinte 
du couvent des sœurs de la congrégation de Jésus et 
de Marie, lors de la fameuse révolte des Cipajes. .a 

Siaikot était la capitale de la contrée, il y a plus de 
2000 ans. Talii, qui fut plus tard le chef-lieu de tout 
le haut Pundjab, à l'époque où les pèlerins chinois 
visitaient IHindoustan, s'élevait au Sud, dans un 
pays presque désert que le déplacement du cours 
de la Ravi et le dessèchement des canaux ont con- 
damné à la stérilité. Les ruines de l'antique cité se 
voient encore près du village d'Assasour, au N. E. de 
la, petite colline de Sangal, où l'armée d'Alexandre le 
Grand remporta une de ses victoires. 

Quelques années déjà avant l'annexion du Pund- 
jab parles Anglais, un cantonnement militaire com- 
posé de troupes indigènes et de troupes anglaises 
avait été établi pour surveiller plus facilement la 
frontière et la capitale des Etats de Cachemire. De 
cette façon, Siaikot devint peu à peu une des villes 

•^ ^ ■ ■ ^ 



^ — — ^ i4ï^ 



S' 



AT rUNDJAB 119 

importantes des provinces du N. 0.. ce qui déter- 
mina Mgr Jacopi à y fonder le premier couvent de 
religieuses pour Téducation des filles européennes et 
eurasiennes. Ses projets lurent admirablement secon- 
dés par l'offre généreuse qu'une famille anglaise lui 
fit d'une maison avec jardins et dépendances, située 
à une distance de deux milles environ de la résidence 
du chapelain. Quatre religieuses de la congrégation, 
de Jésus et de Marie, envoyées d'Agra, prirent pos- 
session de la donation, qui, par sa situation solitaire, 
loin des bruits du cantonnement et de la cité devint 
un foyer de piété non moins que de bonne et chré- 
tienne éducation. 

Dieu semblait l'avoir placée sous sa protection 
spéciale, ainsi que le prouve un événement mémora- ^r 
ble qui se passa plus tard pendant lïnsurrection des 
troupes indigènes. 

C'était en 1857. A ce moment. Tlnde travaillée par 
un profond ferment de rébellion et de mécontente- 
ment contre les maîtres à couleur blanche qui 
l'avaient subjuguée, sembla échapper pour toujours 
aux Anglais ; leur pouvoir fut sur le point d'être 
englouti dans une vaste hécatombe de victimes 
européennes. En comparaison avec d'autres provin- 
ces, le Pundjab ne fut point le théâtre de scènes 
aussi sanglantes et aussi cruelles que celles qui déso- 
lèrent les villes de Meerut. Delki. Cawnpor, Luck- 
now et Farukabad. Grâce à la prompte et énergique 
action de Sir John Laurence, lieutenant-gouverneur 
de la Province, le sang ne coula pas en si grande 
abondance et bien des vies furent épargnées. Toute- 

-Â — " ^ ■ 



— ^J^ , i£ 

120 DIX ANNÉES d'apostolat 

fois, les troupes indigènes de cette partie de l'Hin- 
doustan manifestèrent un grand esprit d'insubordi- 
nation, et, en plusieurs endroits (1). éclata une 
révolte ouverte. 

Le 2 Juillet de cette année néfaste, à deux heures 
de la nuit, religieuses et enfants du couvent de Sial- 
kot furent réveillées en sursaut par Tirruption sou- 
^ daine d'un messager, qui les pressa de fuir à Tinstant 
même et de chercher, dans le fort européen, un 
refuge contre une troupe de révoltés s'avançant dans 
la direction de la maison. La Révérende Mère Gonza- 
gue envoya aussitôt avis au R. P. Paul, leur direc- 
teur et chapelain, qui, à la suite des rumeurs som- 
bres qui circulaient depuis quelque temps, avait 
^> heureusement fixé son domicile dans une habitation s^ 
I voisine du Couvent. Quelques moments après, il p 
était au milieu de ses enfants en détresse. Son ! 
premier soin fut de i)lacer les v^ases sacrés en lieu 
sûr, se réservait le ciboire avec les saintes espèces, 
qu'il cacha sur sa poitrine, sous ses vêtements. Entre- 
temps, les pensionnaires, en robes de nuit, la tête 
couverte d'un drap de lit à la façon des femmes 
indigènes pour mieux dissimuler leur nationalité, 
commençaient à opérer leur retraite, courant vers les 
étables pour escalader le mur d'enceinte. Mais leur 
sortie fut brusquement arrêtée par l'irruption tumul- 
tueuse d'une bande de rebelles qui, en un instant, 
cernèrent toutes les issues du couvent. D'un ton im- 
périeux, celui qui paraissait être le chef, réclama 



H' ; ^> d"'î) 

. . ^^^ . 

! AU PUNDJAB 121 

qu'on lui livrât à l'instant les deux réfugiés qu'il 
disait être cachés dans l'établissement. Par ces l'ugi- 
tifs, il entendait Tadjudant-militaire et sa femme 
qui étaient accourus affolés quelques minutes aupa- 
ravant auprès des religieuses, suppliant qu'on les 
dérobât à la poursuite des insurgés. Avec un sang 
froid et une présence d'esprit admirables, la Révé- 
rende Mère avait fait placer deux bancs de l'école 
dans une des remises et avait prié les malheureux de 
s'y blottir et de s y tenir cachés le mieux possible. 
Pour toute réponse, le Père Paul les invita à fouiller 
la maison et à s'assurer par eux-mêmes de la 
présence des réfugiés en question. 

En un instant, toutes les chambres furent assiégées 

■e, et mises à sac par ces bêtes humaines altérées de 

"'■f,y .... 

^' sang, à qui Pinsurrection permettait d'assouvir leurs 

passions ignobles et sanguinaires. Pendant que cette 
sinistre besogne s'accomplissait ou, pour mieux dire, 
pendant que cette chasse à l'homme se poursuivait, 
les réfugiés avaient profité du court intervalle 
pendant lequel les insurgés essayaient de terroriser 
les religieuses et les enfants, pour s'échapper et fuir 
vers le fort ; malheureusement ils ne purent l'attein- 
dre : ils furent frappés mortellement par les balles 
révolutionnaires, dans leur course à travers les cam- 
pagnes. Cependant l'heure devenait de plus en plus 
critique et le Père Paul mesurant d'un coup d'œil 
toute la gravité de la situation, fit agenouiller les 

; Sœurs et les enfants dans le salon où ils étaient 
réunis. Privé de tout secours humain, dans un acte 

I de résignation sublime aux volontés de Celui qu'il 

-.^t : #5 



-U. 



^ ^ — 

122 BIX ANNÉES d'apostolat 

portait sur sa poitrine, il s'abandonna, lui et les siens 
à la garde de son Dieu; il récita à haute voix un 
acte suprênie de contrition que tous répétèrent avec 
lui, puis se relevant, il leur donna une dernière ab- 
solution. 

Cette scène touchante à peine terminée. les soldats, 
trompés dans leur attente, rentrent furieux au salon 
et somment la Révérende Mère de leur donner tout 
l'argent qu'elle possède. Très prévoyante, elle venait 

î de distribuer entre les relisj-ieuses et les Qrrandes 

I pensionnaires toutes les ressources pécuniaires dont 
elle disposait, leur disant de les cacher adroitement 

i dans leurs chaussures. Pour toute réponse, la Supé- 
rieure se contente de leur passer les clés, les laissant 
^ libres de fouiller toutes les armoires. Et poussés pas àa 

, leur cupidité, ils se répandent de nouveau dans la 
maison à la recherche de trésors qui pourront, cette 
fois, les dédommager de leur désappointement. Mais 
trois d'entr'eux étaient restés avec les prisonniers. 
Se voyant seuls, ils viennent se poser effrontément 
devant la Mère et exigent avec menaces qu'elle leur 
abandonne une des grandes pensionnaires qu'ils 
désignent de leur sabre. 

La Mère Gonzague refuse catégoriquement, et 

: s'attend à ce qu'elle croit être la fin de ce drame, 
c'est-à-dire à la dernière immolation d'elle-même 
pour sauver celles qui lui avaient été confiées. Déjà, 
le canon d'un fusil est braqué sur elle et l'épée d'un 

j autre soldat levée pour la frap|)er quand Dieu, par une 

' intervention surnaturelle, sauva ceux qui n'avaient 
point espéré en vain dans sa protection. Le chef de 

^^ ^- ; — ^ 



^ ^# 

j AU PUNDJAB 1 23 

{ la bande reparaît dans la salle et fixant lés yeux sur 
i le Père Paul, il lui demande d'un ton arros^ant ce 
I qu'il tient si soigneusemeut caché sous ses vêtements. 
-C'est mon Dieu» répond gravement le saint mission- 
naire — Ton Dieu ! reprend d'un ton sarcastique le 
bandit, je serais curieux de le voir «. Le Père 
n'hésite pas. Avec un profond respect et une foi 
ardente dans la réelle présence de Celui qui protège 
les faibles, il découvre sa poitrine, prend la sainte 
piocide et la présente aux regards cupides de l'infi- 
dèle. Se penchant pour considérer ce que pouvait 
contenir le vase dor, le malheureux recule frappé 
d'une terreur subite et inexplicable, et à l'instant 
même, il donne Tordre* de battre en retraite. 
Qu'avait-il vu dans ce coup d'œil rapide et insultant , '; 
sur le plus sacré de nos mystères? C'est le secret de 
Dieu, et nul n'a jamais pu l'éclaircir.Mais ses entants 
étaient sauvés. | 

En quelques minutes, les révoltés s'enfuirent, les 
uns sur leurs montures et les autres à toutes jambes, 
de ce lieu que Dieu protégeait si visiblement. Le 
premier moment de surprise passé, l'on s'organisa 
pour le départ. Religieuses et entants descendirent 
par ime fenêtre donnant sur la campagne, aidés par 
deux fidèles serviteurs chargés de veiller sur les plus : 
petites, pensionnaires que la terreur avait comme 
paralysées, ce (][ui rendit la fuite plus lente et- partant 
plus périlleuse. Clouées au sol par la peur, les 
pauvres enfants refusaient d'avancer et les sœurs se 
virent contraintes de les emporter dans leurs bras. 
Dieu vint encore à leur aide dans la personne d'un 



5/, 



:fe' ^ ■ »€ 

124 DIX ANNÉES D'ArOSTOLAT 

officier indigène qui non seulement leur indiqua la 
voie la plus sûre pour atteindre le fort, mais les 
aida à transporter le précieux fardeau dont elles 
étaient chargées. 

Après une marche pénible et angoissante, la petite 
■ troupe pénétra enfin dans l'enceinte du fort. Quel- 
J ques jours après, entourée d'une escorte de soldats 
européens, elle fut dirigée sur des chariots à 
bœufs vers le fort de Lahore, où elle resta sous la 
garde des troupes anglaises qui commandaient la 
place. 

Le calme étant rétabli dans la contrée, les reli- 
gieuses et leurs élèves reprirent le chemin de Sialkot 
et rentrèrent dans cette maison qui leur était deve- 
^ nue si chère par la })rotection miraculeuse qu'elles 
^ avaient reçue du Dieu de l'Eucharistie. 

Comme les vieux bâtiments du couvent menaçaient 
ruine, l'on fut obligé, dans ces dernières aimées, de 
les renouveler presque entièrement. Des annexes con- 
sidérables nécessitées par le nombre toujours crois- 
sant des pensionnaires, en changèrent l'aspect pri- 
mitif. L'institution n"a cessé de donner les plus 
consolants résultats, tant par les succès que rempor- 
tent les enfants aux examens publics que par le 
grand nombre d'âmes qui trouvent dans cette douce 
solitude tout embaumée de piété, les unes la vraie 
lumière de la foi, les autres la grâce de tout aban- 
donner pour se consacrer au service de Dieu, toutes 
enfin une éducation solide et chrétienne pour affron- 
I ter courageusement les dangers de la vie au sein 
d'une contrée encore infidèle et hérétique. 



.V? 



^ 



T^r 



"{ 



^ 



4# 



CHAPITRE HUITIEME 









^ 



Le Couvent des Sœurs de la Charité et le Pensionnat 
de Ste-Marie. 




ooLTAN, la princiimle ville du sud du Puiidjab. 
est située à quatre milles anglais de la rive 
gauche de la Chenab, sur la grande ligne du chemin 
de fer qui relie Karachi à Peshawar. 202 milles la 
séparent de Lahore. 11 a été reconnu que Mooltan fut 
l'ancienne ville du ^lalli, conquise par x\lexandre-le- 
Grand, lors de sa mémorable invasion du Pundjab, 
Tan 327 avant J.-C. Elle tomba au pouvoir des 
Arabes au Vll"^ siècle, et l'empereur Akbar s'en em- 
para au XVP siècle. Ranjit Sing,Raja de Lal^ore, l'ar- 
racha aux mains des Afghans et se la rendit tribu- 
taire. Ce fut pendant la guerre des Anglais contre les 
Sickhs (1848-49), qu'elle fut bombardée et prise d'as- 
saut par le général AVish (Janv. 1849) qui rasa la 
citadelle. Cette guerre amena la complète annexion du 
Pundjab à l'empire des Indes. 

Actuellement un brio-adier-général commande la 
place occupée par un régiment d'infanterie, une bat- 
terie d'artillerie européenne et deux régiments 
indigènes, l'un de cavalerie, l'autre d'infanterie. 

Le district de Mooltan a une population de 



126 DIX ANNÉES d'apostolat 

631,434 habitants, qui se répartit comme suit sur 
une superficie de 5919 milles carrés : 122, 714 Hin- 
dous, 503,963 Maliométans, 2832 Sickhs, 24 Jains, 
9 Parsees, 1543 Protestants et 350 Catholiques. La 
ville de ^looltan compte 74,562 âmes dont 10,297 
résident dans le cantonnement, 
i II y a une église protestante et un cimetière pour 

les Européens ; une partie est réservée aux Catho- 
liques. Depuis 1859, un prêtre a toujours résidé dans 
la station et pourvoit aux besoins religieux des 
soldats et autres catholiques que leurs relations avec 
la Société du chemindefer,ouleurs affaires, retiennent 
dans cette localité. 

Le R. P. Félix, capucin de la province de Venise, 
^ j séjourna pendant 19 années consécutives et bâtit le \^ 
presbytère et Téglise actuels, à force de privations 
personnelles et d"aumônes recueillies par des quêtes 
continuelles. Grâce au zèle du R. P. Antoine, chape- 
lain depuis 1895, l'église a reçu dernièrement des 
embellissements notables par le placement de trois 
nouveaux autels en bois précieux, artistement sculp- 
tés. Les magnifiques statues du Sacré-Cœur de Jésus, 
de la Ste-Vierge, de St- Joseph, et le Crucifix monu- 
mental dominant le maître-autel, récemment importé 
d'Europe, ont donné à l'église un cachet de beauté 
religieuse qui ne contribue pas peu à exciter la piété 
Ht la dévotion. 

Une école d'enseignement primaire et moyen pour 

■ les enfants catholiques a prospéré pendant dix 

' années, nonobstant les ennuis causés par l'école 

protestante rivale. Eu égard à l'importance de la 




< 
O 

o 
< 



.« 'A 



S 

ri 

> 
P 
o 



i#_ _ 

AU PUNDJAB 127 

station du chemin de fer et au grand nombre de 
familles des employés au service de la Compagnie du 
Nord-Ouest, les supérieurs de la Mission avaient 
songé depuis longtemps à y fonder un couvent de 
relioj'ieuses destiné à Féducation des filles. Les res- 
sources trop modiques et le manque de personnel 
avaient toujours retardé l'exécution de ce projet; Sa 
Grandeur Mgr Pelckmans, fut assez heureuse de 
pourvoir le réaliser en 1899. Sa Grandeur avait eu 
d'autant plus ce projet à cœur, qu'ayant été le pasteur 
de cette paroisse avant son élévation à l'épiscopat, 
Elle avait pu mieux se convaincre de son importance 
capitale pour les progrès spirituels de cette partie de 
son troupeau. Le bâtiment, construit en briques 
rouges solidement cimentées, s'étend sur une lon- 
gueur de 123 pieds, sa largeur étant de 53 pieds et 
sa hauteur de 23. Les pilliers soutenant les 30 arcades 
des vérandahs qui l'entourent de trois côtés, et le 
parapet couronnant la terrasse, lui donnent un 
aspect imposant et tout oriental qui s'harmonise très 
bien avec les bouquets de palmiers se dressant 
majestueusement aux alentours, dans la chaude 
atmosphère du climat indien. Les Sœurs de Cha- 
rité de Gand arrivèrent au mois de Janvier de la 
même année et furent aussitôt installées. Grâce à 
leur sollicitude maternelle et à leur zèle ardent 
pour le bien des âmes, il y a lieu d'espérer que 
les élèves, tant internes qu'externes, qui y reçoivent 
une éducation soignée, feront un jour honneur à 
leurs dignes maîtresses et à la Ste Reliijrion à la- 
quelle ils appartiennent. Au couvent, fut annexée 

3^ ■■ 5?r~ '■ 



^ 



%^ j£ 

128 DIX ANNÉES d'apostolat 

une crèche pour les enfants trouvés ou privés de 
parents; à la fête de l'Ascension, trois de ces petits 
malheureux, âgés de 2 à 4 ans, furent remis aux 
mains de ces bonnes sœurs qui les adoptèrent avec 
joie. j 

Pensez toutefois, chers Bienfaiteurs, au surcroît | 
de dépenses imposé par Fentretien de ces nourrissons ; 
abandonnés; et, si le Ciel vous inspire l'idée gêné- j 
reuse de placer sur la tête d'un de ces petits innocents i 
un modeste revenu annuel pour son entretien et 
son éducation, n'aurez- vous pas assuré le bonheur 
de vos âmes en sauvant celle d'un de vos jeunes j 
frères de ces contrées lointaines, qui, sans vous, se- | 
rait restée la proie de Satan?... j 

W 






Ji ^ ?% ' ' K 






-K 



5/ 




CHAPITRE NEUVIÈME 




La Mission de DaIwaI 






AK crainte de tomber dans des redites fasti- 
dieuses, nous n'avons pu parler des stations 
d'Anvutsar, de Jullandur, de Mean Meer, de Sia.l- 
kot, qui, dans ces dernières années, ont vu leurs cha- 
pelles pauvres et dénudées s'enrichir d'autels en 
marbre et de belles statues en chromo, se consolider 
par des réparations et s'agrandir dans des proportions 
assez considérables, sans oublier l'ameublement et 
les ustensiles servant au culte divin qui, devenus sur- 
annés, ont été remplacés par d'autres plus riches et 
plus décents. 

Sur le point de terminer ce rapport, un événe- 
ment est venu soudain élargir le domaine d'activité 
des missionnaires et faire luire de nouvelles espéran- 
ces pour la prospérité de l'Eglise Catholique dans le 
diocèse. La divine Providence avait sans doute réservé 
cette consolation comme récompense des efforts et 
des travaux de ces dix ans d'apostolat, traversés par 
ta-nt d'épreuves et marqués de tant de déceptions. 

Sans nous j attendre le moins du monde, une 
députation d'un gros village nommé Dalwal et situé 
dans le district de Jhelum, s'est présentée spontané- 
ment à Lahore au mois de Juin dernier. Abdullah 
Khan, Raja honoraire et son frère Faizullah Khan, 



'S 



À 



^ 



. %i — ^ ___ — 

130 DIX ANNÉES d'apostolat 

tous deux chefs de l'endroit, étaient à la tête de la 
députation. Ils venaient, au nom des Mahométans et 
des Hindous de Dalwal, supplier Sa Grandeur de 
vouloir envoyer quelques prêtres pour j fonder une 
école d'enseignement suj)érieur, dont ces derniers 
auraient toute la direction : ils la priaient en même 
temps d'ouvrir un dispensaire et un hôpital pour les 
malades, laissant toute liberté aux Pères de prêcher 
la religioti chrétienne, et même de bâtir une église 
pour ceux qui voudraient embrasser ce Catholicisme. 
L'on s'attendait d'autant moins à une pareille démar- 
che qu'il n'y avait qu'une année à peine que cette 
région avait été annexée par la Sacrée Congrégation 
de la Propagande au diocèse de Lahore. Des ouver- 
tures avaient été faites depuis quelques années par le 
Préfet Apostolique de Cachemire et de Kafiristan à 
l'évêque de Lahore pour céder au diocèse une petite 
partie de son territoire évangélique, situé sur la rive 
o^auche du Jhelum. Des néofo dations furent ensuite 
entamées avec Rome, mais ce ne fut qu'au mois de 
Mars 1898 qu'elles se terminèrent par la cession de 
cette partie du district de Jhelum, comprenant la 
chaîne de montagnes connue sous le nom de Sait 
Ranofe ou montao^nes de sel. 

C'est sur ces hauteurs qu'est située Dalwal, à une 
altitude d'environ 2000 pieds. Sur un plateau très 
salubre — et très fertile lorsque les pluies sont 
abondantes, — s'élèvent les constructions irrégulières 
de cette petite cité très ancienne et célèbre dans le 
passé, mais tombée dans l'oubli, comme tant 
d'autres à la suite de changements de gouvernement. 



k 



'Pî 




n 



^ — ^ - 

AU PUNDJAB 131 

L'on y montre encore le palais, assez bien conservé, 
que le généralissime des armées de l'empereur Akbar, 
né dans cette localité, s'était fait construire; ce qui 
atteste l'importance de la place à cette époque. 

Mais revenons à notre sujet. L'instigateur de cette 
démarche auprès de l'évêque de Lahore était surtout 
le neveu du Raja qui, depuis cinq ans, avait em- 
brassé la religion catholique dans la Préfecture 
Apostolique de Cachemire et qui s'est toujours distin- 
gué depuis par une foi ardente et un sincère désir 
d'arracher ses compatriotes aux ténèbres de l'infidé- 
lité. Sa Grandeur était absente quand la députation 
arriva; et, comme Elle ne devait être de retour dans 
sa ville épiscopale qu'après quelques mois, ils rédi- 
gèrent une pétition en due forme, qui fut envoyée 
aussitôt à Monseio'neur à Dalhousie. Cet événement 
inattendu causa la plus grande joie au cœur de Sa 
Grandeur. Elle en apprécia aussitôt les conséquen- 
ces. N'ouvrait-il pas, à la propagation de notre sainte 
Foi, de nouvelles perspectives? Et les circonstances 
ne semblaient-elles pas présenter plus de garanties de 
réussite qu'ailleurs, et notamment que dans la 
Mission de Sialkot ? 

Mais nous avions tout d'abord à nous assurer des 
dispositions favorables et amicales de ce peuple, 
ainsi que des motifs de la confiance qu'il avait en 
notre système d'éducation et dans la moralité de notre 
enseignement. Ensuite, nous avions à tenir compte de 
ce que le travail des missionnaires avait été, jus- 
qu'alors, comme invinciblement circonscrit parmi les 
gens des plus basses castes, le rebut pour ainsi dire 

^?5— 



2^ ^ î£ 

132 DIX ANNÉES d'apostolat 

de la société indienne ; et il en était résulté que tout 
accès auprès des castes supérieures nous avait été 
entièrement interdit, parce que celles-ci ne veulent 
en aucune façon avoir des rapports avec celles-là. 
Tandis qu'ici, c'était la classe dirigeante qui venait 
vers nous pour nous confier ses enfants, et cela sans 
faire la moindre réserve, ni la moindre objection, 
même à l'enseignement de notre Sainte Foi dans 
l'école ! Bien que les parents ne demandassent point 
ouvertement d'entrer dans l'Eglise Catholique, c'était 
déjà beaucoup qu'ils accordassent aux missionnaires 
la plus grande liberté d'enseigner le catéchisme et de 
faire de leurs enfants des êtres bons et moraux. Ce 
-^ qui engagea en outre Sa Grandeur à répondre à leur m., 
appel, c'est que Faizullah Khan, le frère du Raja, 
offrait gratuitement un vaste terrain pour y bâtir 
d'abord un établissement d'enseignement supérieur, 
ensuite une habitation pour le prêtre, une église et 
un couvent pour religieuses. A ce dernier, on 
demandait ea outre qu'il fût annexée un dispensaire 
et une école pour filles. Toutefois, avant de 
prendre une décision définitive, Sa Grandeur s'in- 
spirant des conseils d'une grande prudence, députa 
deux Pères pour aller visiter l'endroit et se rendre 
compte par eux-mêmes des dispositions des habi- 
tants. 

Les RR. PP. Léon et Vincent de Ninove partirent 
pour Dalwal et après un voyage de quatre jours, 
rédigèrent le rapport suivant: 



7^? [^ 



} 

AU PUXD.TAB 133 .1 

« Monseigneur, 

^ Nous présentons respectueusement à Votre 
Grandeur le rapport ci-inclus, sur notre mission à ; 
Dalwal. Le 3 Juin, nous quittâmes Laliore et après ! 
dix heures de train nous atteignîmes Kliewra, sta- 
tion terminus d'une branche du chemin de fer de la 
Compagnie du Xord-Ouest, s'arrêtant juste au pied 
de la chaîne des montagnes de sel. et nous arrivâmes 
avec nos montures à Dalwal le jour suivant. Le 
villasre est distant de Khewra d'environ IG milles et 

O 

20 milles de Piud-Dada-Khan, Le chemin n'est rien 
moins qu'aisé, courant le long de montagnes, de 
I rocs, et bordant parfois des précipices profonds. Toute- 
! fois en certains endroits, la route traverse des 
Jf plateaux riants, d'un caractère vraiment pittoresque ^^ 
qui contraste agréablement avec l'aspect ordinaire- 
ment sévère des moutag^nes environnantes. Choha. 
Saidan-Shah et Qatas peuvent être cités comme 
exemples d'oasis dans ces montagnes nues et sauvasses. 
Qatas est célèbre par une source d'eau suintant d'une 
ij manière imperceptible à travers le roc et qui n'est 
\ jamais à sec, ce qui fait qu'elle est considérée par les 
habitants comme ayant la propriété de purifier les 
;, âmes. Cette sotte croyance a fait de cet endroit un 
: lieu de pèlerinage, qui attire chaque année, au 
\ mois d'Avril, près de 10000 personnes venant de 
j toutes les parties de l'Inde, même du Bengale, de la 
( Chine, du Cachemire et de l'Afghanistan, toutes 
avides de boire de ces eaux prétendument salutaires 
et de s'}' plonger. 



4 



i?r 



)*; 



^ %é 

134 DIX ANNÉES d'apostolat 

. ' "Le villag-e de Dalwal est pittoresquement situé sur 
une petite éminence au milieu d'un plateau bordé de 
deux côtés par des chaînes de montagnes peu élevées. 
Bien que la hauteur de l'endroit varie de 2 à 3 milles 
pieds au-dessus du niveau de la mer, il n'j a pour- 
tant pas de difficultés à se procurer de l'eau potable; 
t nous vîmes en effet plusieurs puits au moyen desquels 
les champs d'alentour sont irrigués. Le climat ne 
laisse rien à désirer; et, malgré les chaleurs de l'été, 
le besoin de -^ punkhas „ pendant la nuit ne se fait 
pas sentir. Durant le jour, la chaleurn'est nullement 
déprimante comme dans la plaine; et, si l'on con- 
struisait une maison dans le genre de celles que l'on 
bâtit dans les contrées plates, nous croj^ons que l'on 
V ^ pourrait même facilement se dispenser du luxe des 
« punkhas. ^ Le thermomètre dans la chambre que 
nous occupons et qui est exposée des quatre côtés 
aux rayons du soleil, ne marque pas plus de 93'^ Fa- 
renheit.Les gens nous disent que jamais une épidémie 
n'a fait son apparition à Dalwal. La culture des 
terres est portée à un haut degré de perfection , et 
Ton peut y récolter toutes les céréales des plaines. 
Raisins, amandes, grenades, semblent être en abon- 
dance. Il est possible de s'y procurer de la viande de 
mouton à un prix modéré. 

« Dalwal se compose d'une population d'environ 

5000 habitants, Mahométans et Hindous. Le chef du 

village, qui est en même temps considéré comme le 

j premiers du canton de Pind-Dada-Khan, est aussi le 

! chef de cette tribu de Bajpoutes qui s'est établie, il y 

; a longtemps, sur les montagnes de sel. -D'origine 

^ ^ j^ ■ j^ 




^ ^ 



i 

i AU PUNDJAB 135 

hindoue, ils embrassèrent lïslamisme sous le joug- de 
leurs oppresseurs. Le Ilaja est reconnu pour sa 
loyauté envers le gouvernement britannique. Ses 
ancêtres, ainsi que le prouvent plusieurs documents 
qu'il nous montra, ont rendu en maintes occasions 
des services sio^nalés aux Angiais. La tête de cette 
famille a le privilège de porter le titre de Raja, bien 
qu'actuellement son autorité n"ait plus qu'un carac- 
tère purement nominal et honorifique. C'est grâce 
surtout à son influence que nous fûmes reçus, et le 
terrain dont nous pourvons disposer est un don 
gratuit du frère du Raja. 
i « Il y a, à l'école primaire du village, 115 enfants. 

Dalwal est entourée de nombreux et populeux vil- 
Cj lages ; plusieurs forment une agglomération de plus 
■ de 3000 habitants ; tous sont situés dans un rayon de 
trois milles de distance, offrant ainsi au travail 
apostolique uu champ fécond et plein d'espérances. 
Les dispositions actuelles des habitants de Dalwal 
i paraissent ne devoir présenter aucun obstacle 
I sérieux à la prédication de la vraie Foi. Ils nous font 
I entendre, en effet, que nous somaies entièrement 
libres de bâtir une église près de l'école. A l'objec- 
I tion que nous leur faisions quïl était impossible 
; pour nous d'y tolérer l'enseignement de leurs doc- 
: trines religieuses, ils répondirent que nous aurions 
I carte blanche sur ce point, leur seul désir étant de 
! voir donner à leurs enfants une solide éducation 

morale et scientifique. 
I « Les gens ont un caractère de simplicité que l'on 

pourrait attribuer. peut-être, à l'absence de tout con- 



; i^ : Ivj*: 

136 DIX ANNÉES d'apostolat ; 

tact avec les Européens. Nous n'avons constaté aucun 
signe d'indigence parmi eux ; tous sont habillés 
décemment, et partout se révèlent les indices d'une 
aisance relative, si rare parmi les indigènes des cam- 
pagnes. 

^ Inutile de dire que la réception dont nous fûmes | 
l'objet, fut tout à fait cordiale. Ils rivalisèrent pour | 
nous procurer toutes les facilités qu'il était en leur 
pouvoir de nous donner. Ils nous reçurent à la station 
de Kliewra avec chevaux et mules pour nos bagages. j 
Arrivés à destination, ce fut à qui nous offrirait une 
I chambre pour loger. Nous choisîmes naturellement 
l'hospitalité du Raja qui avait aussi pensé à notre 
repas, auquel nous fîmes grand honneur. 
^*' -'Remis de nos fatigues, nous visitâmes le village et ^ 

les trois différentes parties de terrain dont le choix 
nous était offart par le frère du Raja. Nous prîmes 
celle qui nous parut le mieux répondre au but que 
Votre Grandeur poursuit. Le terrain comprend trois 
acres et est situé à un demi mille des habitations du 
village, dans une plaine fertile et unie. La propriété 
en a été iinmédiat3ment transférée au nom de Votre 
Grandeur, sans autre condition que celle d'y ériger 
une école anglo-indienne pour l'enseignement pri- 
maire, mojen et supérieur. Votre Grandeur reste 
donc entièrement libre de bâtir dans la suite n'importe 
quelle construction qu'Elle jugera convenable, selon 
les circonstances et les besoins de cette nouvelle 
mission. Ils promettent, de plus, d'observer fidèle- 
ment leur engagement de fournir les matériaux 
I nécessaires pour la bâtisse, ce qui, à l'exception du 

'À '^- ' ^. — ■ 



^-— . i4i ^ — — — 

AU PUNDJAB 137 

bois, présente d'ailleurs peu de difficultés, la pierre 
et la chaux étant extraites sur place. Si un mission- 
naire était envoyé. Ton pourrait commencer les 
travaux sans délai, et FaizuUa-Klian met à notre 
disposition une maison à double étage, en attendant 
que l'école et le presbytère soient terminés. 

«Comme vous le voyez. Monseigneur, par ce rap- 
port succint, les circonstances favorisent à merveille, 
dans ce coin encore inexploré et pour ainsi dire 
nouveau du diocèse, rétablissement d'une mission 
qui fait espérer les plus beauxrésultats. Nous joignons 
ci-inclus l'acte de transfert de propriété ; il ne restera 
plus à Votre Grandeur, si Elle accepte la proposition, 
qu'à faire enregistrer le titre au Bureau d'enregis- 
trement à Pind-Dada-Khan, après avoir endossé l'acte 
^ et apposé sa signature, ainsi que celle de deux 
témoins. 

« Nous sommes heureux de nous dire, 

• de Votre Grandeur, 

les humbles serviteurs 
Frère Léon, o. c. et 
« Frère Vincent de Ninove. « 

En recevant ce compte rendu des observations 
des missionnaires, Sa Grandeur n'eut rien de plus à 
cœur que de hâtar l'exécution du projet. Dès qu'EUe 
put descendre des montagnes. Elle se rendit sur ce 
champ d'action (][ue la Divine Providence venait 
d'ouvrir inopinément à son zèle, afin de prendre les 
derniers arrangements, tant pour l'acceptation du 
don généreux du frère du Raja que pour le choix 



A 



i^: 



- • -^ 

138 DIX ANNÉES d'apostolat 

définitif du lieu où s'élèverait l'école. Car de l'avis 
de son Conseil, Monseigneur s'était décidé à prendre 
possession sans tarder de ce nouveau centre de mis- 
sion. 

La nouvelle que révê(j[ue allait visiter Dalwal, 
combla de joie les habitants, et ils ne négligèrent 
rien pour faire honneur à leur auguste visiteur. Le 
Baja, accompagné de son frère, descendit jusqu'à 
Khewra pour recevoir Sa Grandeur à la gare. Un 
palanquin, richement orné, avait été préparé pour 
la transporter sans trop de fatigue le long des côtes 
abruptes qui mènent à Dalwal. Six chevaux que le 
Raja avait gracieusement mis à la disposition de la 
suite de Monseigneur, formaient la garde d'honneur, > 
et c'est dans ce gala que le cortège fit son entrée à v]j)^ 
*j Dalwal. Les principaux Hindous et Mahométans du p 
village vinrent au-devant de la caravane, et présen- j 
tèrent leurs hommages et leurs remerciements aux 
personnages distingués qui daignaient les honorer de 
leur visite. L'accueil bienveillant et respectueux de 
la population charma au plus haut point Sa Grandeur 
et lui fit concevoir les plus belles espérances pour 
' son avenir religieux. 

I Le seul et unique désir des habitants pour le mo- 

ment, tendait à ce que Monseigneur voulût bien 
doter le village d'une école supérieure, placée sous 
! la direction des missionnaires. Monseigneur y acquies 
j ça; il fit remarquer toutefois que les trois acres de 
j terrain pouvaient à peine suffire pour réaliser leur 
I projet, puisqu'ils réclamaient en outre un hôpital et 
! un dispensaire. L'objection produisit ece effet, et, 




O 

O 

;^ 

o 



^ : Ji^ 

AU PUNDJAB 139 

séance tenante, le frère du Raja porta la donation 
primitive de 3 acres à 13, ou environ 4 hectares. Après 
avoir arrêté toutes choses pour l'érection de Técole, 
Monseigneur redescendit à Lahore ; et sou premier 
soin fut d'envoyer de lî. P. Antoine et le cher frère 
Maur pour surveiller la construction et prendre 
ensuite la direction de l'établissement. Les travaux 
furent poussés avec tant d'activité et les bonnes gens de 
Dalwal secondèrent si efficacement les missionnaires, 
que l'école, dont une partie devait servir de résidence 
au Père et au Frère, fut achevée au commencement 
de 1900; Sa Grandeur la bénit le 16 Janvier. 

Dès que les prospectus furent lancés, l'ancienne 
école de Dalwal se ferma et la nouvelle s'ouvrit avec 
•v. un contingent de 1 78 enfants. Tout consolant qu'était 
ce résultat matériel, il ne pouvait satisfaire complè- 
tement Sa Grandeur. Sans doute, l'institution allait 
préparer et assurer le salut des jeunes âmes ; mais 
les autres, celles des adultes, continuerai ent-elles de 
suivre la voie oii elles s'étaient engagées et qui les 
conduirait aux abîmes? 

Dieu ne tarda pas à venir en aide à Monseigneur, 
et cela pas une conversion aussi importante qu'inat- 
tendue. Il convient d'en narrer Jes circonstances. 

Le frère du Ptaja, Faizulla-Khan. avait été invité 
par Sa Grandeur à venir à Lahore pour les fêtes de 
Noël. Il assista, avec son neveu converti au catholi- 
cisme, à ]a messe de minuit. La splendeur des céré- 
monies pontificales, le recueillement et la piété qu'il 
remarqua chez le peuple, — toutes choses si diffé- 
rentes de ce qu'il avait vu jusqu'alors, — l'impres- 



?t 



««r-s 



?v ■ -'^■ 

140 DIX ANNÉES d'apostolat ) 

siouuèrent si profondément que, sans pouvoir définir | 
ce qui se passait en lui, il vint le lendemain trouver | 
Sa Grandeur.- Selon la coutume d'aborder les per- 
sonnes d'un rang élevé, il Lui présenta un plateau 
couvert d'oranges, de raisins, d'amandes, de bana- 
nes et d'autres fruits, se prosterna jusqu'à terre et 
demanda humblement que ses enfants pussent être 
reçus dans la religion de Sa- Grandeur. " Quant à moi, 
ajouta-t-il, je suis trop vieux et trop indigne d'un si 
grand honneur ; pourvu que les miens deviennent 
chrétiens, je mourrai heureux et content. » 

Sa Grandeur le relevant avec bonté, l'enofaîyea à 
persévérer dans ses sentiments et doucement, lui 
fit comj^rendre qu'il lui incombait tout d'abord de 
donner le bon exemple à ses enfants et partant, qu'il 
était de son devoir de devenir un fervent chrétien. 

Rassuré par ces paroles encourageantes, il pria 
Mgr de le faire instruire dans la vraie religion. Il n'y 
avait pas à douter des dispositions de Faizulla-Khan, 
et Mgr s'empressa de le confier à la direction du 
R. Père Antoine pour le préparer au baptême. 

Lorsque cette conversion sera un fait accompli, 
nul doute qu'elle ne produise un e îet salutaire sur 
les habitants de Dalwal;car, comme sa famille est la 
plus influents de l'endroit, l'exemple venant de haut 
aura un action décisive sur les autres. 

Que le Seigneur daigne réaliser nos espérances; 
que Sa lumière puisse luire et Son règne s'établir, 
là où, pendant de longs siècles, ont prévalu les j 
ténèbres et la tyrannie de Satan ! 

yi — ■ — r^r- ' k 



f 



J^ 



¥■ 



^ 




-^ 



J^ 



J0. 



ISat^5*Â.^5?tîsl,^tfefi^fe#Js*^#^^ 



TABLE DES MATIÈRES 






A nos chers bienfaiteurs . 
Les Fondateurs du diocèse. 
Mgr Sympliorien Mouard . 
Mofr Emmanuel Yan den Bosch 
Mgr Godefroid Pelckmans 

CHAPITRE PREMIER. 




Lahore 

§ I. — La pro-cathédrale de Flm- 
maculée Conception .... 

§ IL — L'( )rpheliuat et le couvent 
des Sœurs de Jésus et de Marie. 

§ III. — L'Orphelinat de S. Fran- 
çois d'Assise 

§ IV. — Le Couvent des Sœurs de 
la Charité de Jésus et de Marie 
et l'Orphelinat de St. Joseph . 

§ V. — L'école et l'église de Saint 
Antoine de Padoue .... 

§ VI. — Le dispensaire de Sainte 
Elisabeth de Hongrie . 

CHAPITRE SECOND 

Mission d'Adah 

CHAPITRE TROISIÈME. 

Fondation de la colonie chrétienne 
de Mariabad 

. —-^ 



17 
17 
20 
27 

38 
48 
56 

62 

77 



-K 



-^ 



TABLE DES MATIERES. l43 



^ 



j CHAPITRE QUATRIÈME. 

Mission de Sahowala .... 93 

I 'chapitre cinquième. 

i Dalliousie 103 ! 

§ I. — L'église de Saint François 

d'Assise 103 

' § II. — Le Couvent des Sœurs de 
Jésus et de Marie et le Pension- 
nat du Sacré-Cœur .... 107 

CHAPITRE SIXIÈME. 

Ferozepore 113 ; 

; CHAPITRE SEPTIÈME . 

ri. Le Couvent des Sœurs de Jésus ,;^ 

^' et de Marie à Sialkot . .- . 118 

CHAPITRE HUITIÈME. 

Mooltan 125 

Le Couvent des Sœurs de la Cha- 
i rite et le Pensionnat de Sainte ' 

Marie 125 

j CHAPITRE NEUVIÈME. 

î Mission de Dahval . . . / . 129 




BX 3146 

snc 



15 D58 1900 



Dix annfc>ees d'apostolat 

au Pundjab (Indes 
AZD-4356 (mcih) 



^/'•'V' 



■t, "^ 



*f . - -:^ 









A^ >'" 



^>r 



Y':^^ 



kMf^ 



r -i 



-^^V ^ 



V'. a» 



n-n- 



r**«. n-r - ^v^ >t 






■r., V',